Bleach Le RPG

Forum RPG entièrement cadré sur l'univers du manga Bleach ! Venez incarner votre personnage préféré de la série, et surtout, amusez-vous !
 
AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'humaine et la Peste [PV : Hasu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hiyori Sarugaki
Vizard | Singe Criard | Ex-lieutenant de la 12ème division
avatar

Nombre de messages : 13
Age : 21
Localisation : Quelque part, au milieu de ces êtres inutiles
Date d'inscription : 19/08/2010

Feuille de personnage
Faction: Vizard
Niveau:
29/40  (29/40)
Nom de l'arme: Kubikiri Orochi

MessageSujet: L'humaine et la Peste [PV : Hasu]   Jeu 26 Aoû - 13:14


    Le temps passe toujours lentement, trop lentement, on change pourtant difficilement, après tout, Hiyori n'avait jamais changé, elle était toujours resté la peste qui s'énerve pour un rien qu'elle était, mais cela ne posait pas problème après tout. Ce jour là, le ciel était brumeux, et une fine pluie parcourut la ville, enfin, rien nécessitant une capuche ou un parapluie pour sortir. Aucun vizard n'était présent dans le repaire, tous sorti faire un tour, pourquoi Hiyori n'en ferait pas autant ? Dans cette pensée d'injustice qu'elle dut être la seule à rester, elle se leva d'un bond et empoigna son Zanpakutô pour finalement sortir dans un gigai qui ne montrait pas l'arme.
    Sur son chemin, elle croisa un couple plus gnangnan que jamais, elle ne le supporta pas et pesta doucement, puis, ne cherchant pas à les éviter, elle bouscula l'homme qui tenait tendrement sa femme et passa son chemin sans se retourner pendant que le couple hurlait au respect. Aucun respect pour ce qu'elle détestait non, il n'y avait aucune raison qu'elle donne son respect à ces gens, le respect se mérite après tout. Cette néfaste phrase la ramena au passé au Seireitei, quand Urahara dut gagner son respect, enfin, il ne l'avait pas vraiment demandé. Elle se baladait donc tranquillement dans les rues, pestant sur tout ce qu'elle voyait, tout ce qui l'énervait elle le dénigrait, enfin, tout ce qui se passait été inintéressant, et elle regretta soudain d'avoir quitté le repaire. Bon, quitte à s'ennuyer, autant le faire en voyant le malheur des autres non, pour ne pas se sentir seule à ne pas être heureuse. Donc, pour cela, direction le square, les enfants tombant de leur balançoire et implorant leur mère de leur acheter une glace.
    Elle y passa un quart d'heure avant d'en avoir marre et de repartir à sa balade en ville, elle ne voyait là rien qui ne l'intéressait et se demanda donc ce qu'elle allait pouvoir faire de sa journée avant de sombrer dans l'ennuie le plus total et de rentrer attendant allongé sur le canapé le retour de la mauvaise troupe. Non, elle refusait de passer son après-midi à ça, il fallait donner un sens à la vie des gens, sinon pourquoi ne pas être morte face à son hollow. Enfin ce n'est pas l'important, l'important était ce qu'elle allait faire, la rue était vraiment un endroit ennuyant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hasu Mizuiro
Humaine sans pouvoir | Lectrice Assidue/But presque indéterminé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 44
Age : 22
Localisation : Perdue dans mes rêves
Date d'inscription : 16/03/2010

Feuille de personnage
Faction: Humain sans pouvoir
Niveau:
7/40  (7/40)
Nom de l'arme: Hasu (Lotus)

MessageSujet: Re: L'humaine et la Peste [PV : Hasu]   Jeu 26 Aoû - 22:02

Ce matin, tout était plutôt calme. Je me réveillai doucement, comme à mon habitude, m'étirant les bras et faisant mon lit. J'ouvris rapidement les rideaux pour constater qu'il pleuvait. Ah dommage, j'avais prévu un entraînement aujourd'hui... Je ne détestais pas la pluie, j'adorais même le son que cela procurait à la nature. Par contre, être trempées ce n'est pas ce que j'appréciais particulièrement. Bref, la matinée passa habituellement dans un train quotidien habituel et dans un silence habituel. Banale qu'est notre vie à nous, les humains. Je me décida soudainement de prendre un parapluie et de partir faire une promenade en ville. J'avais économisé un peu d'argent et je voulais aller m'acheter un nouveau livre. N'importe lequel ferait l'affaire, tant que l'histoire me semble passionante.

Ce fût une bonne demi-heure de marche dans la forêt, encore des instants de silences accompagnés par les clapotis réguliers de mes pas, et de ceux que créaient les gouttes d'eau. Arrivée en ville, j'apercevait des enfants qui jouaient au parc malgré la pluie et l'air humecté de cette humidité constante. Les gamins, pourquoi jouent-ils toujours peut importe les circonstances? Pourtant je ne me rappelait pas être comme ça quand j'étais petite. Peu importe, un peu plus loin une boutique attira mon attention. Évidemment il s'agissait de la librairie. Je restais un bon moment immobile, rien qu'à fixer tous les manuscrits inimagineables sur toute sorte de sujets différent. Dans les livres au moins, les héros sont rarement normaux. Il y a toujours une histoire logiquement impossible, ou encore, ne serait-ce qu'un minuscule détail qui serait impossible à trouver dans la réalité. Eux, leur vie était passionante, même s'il ne s'agissait parfois que de simples être humains.

Une fois que j'eût acheteé mon volume, je sortis de la librairie en étant toute fière. Ce livre était la suite du précédent que je m'était acheté il y avait quelques jours de cela. Tenant toujours mon parapluie d'une main et mon livre de l'autre, impatiente que je fûs de commencer à le lire dès maintenant. J'ouvris le roman rapidement et commençais à dévorer les lignes unes par unes. Moi qui avait prit l'habitude de marcher en lisant, je ne me souciais guère de ce qui pouvait se trouver sur mon chemin. Je n'heurtai personne au passage, j'attendais aux feux rouges, j'évitais les accidents. Pourtant, moi qui avait pris cette habitude, je n'avais pas réalisé qu'un jour le sens inverse des conséquences attendues aurait pût survenir. J'heurta quelque chose qui avait bloqué ma route, ou plutôt quelqu'un, ce qui me fit trébucher par derrière, surprise. Je vis mon livre valdinguer à travers la pluie et s'ouvrir à plusieurs pages différentes. Je m'empressa de me relever pour le rattrapper, mais une autre main inconnue en prit la possession. Mon parapluie par terre, moi étant toute trempée, mon livre ailleurs que dans mes mains... était-ce là tout le contraire de ce que j'avais pût prévoir en cette journée banale?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiyori Sarugaki
Vizard | Singe Criard | Ex-lieutenant de la 12ème division
avatar

Nombre de messages : 13
Age : 21
Localisation : Quelque part, au milieu de ces êtres inutiles
Date d'inscription : 19/08/2010

Feuille de personnage
Faction: Vizard
Niveau:
29/40  (29/40)
Nom de l'arme: Kubikiri Orochi

MessageSujet: Re: L'humaine et la Peste [PV : Hasu]   Ven 27 Aoû - 17:26

    Un livre ? Un livre venait de tomber par terre, évitant de justesse une flaque, c'était juste après ce coup qu'Hiyori avait senti, elle se tourna et le ramassa avant de regarder la couverture. C'était un tome 2, ça déjà, c'était un mauvais point pour que cela l'intéresse, et puis, elle avait la flemme de lire le résumé. Elle vit par terre une jeune fille, désormais trempé, qui se releva. Elle la regarda, comme elle regardait les autres, mais elle captait de cette jeune fille une certaine gentillesse et non pas de l'ignorance et de l'égoïsme comme aux autres personne, cela l'intriguait légèrement et donc, elle se décida à ouvrir la bouche et prononcé quelques mots en plus de son geste de tendre le livre vers la jeune fille :

    Hiyori : C'est ton livre ?

    Elle posait une question stupide, et elle le pensait, c'était évident après tout que c'était le sien, elle détourna les yeux, refusant de regarder la personne en face, de peur que ses yeux parlent trop peut-être ? Elle regardait par terre, inclinant légèrement la tête et tournant ses yeux autant qu'elle le put. Son regard pourtant si dure habituellement état légèrement moins énervé, plus songeur, plus comme avant, ce n'était pas là le sujet, si ? Elle n'avait rien d'autre à dire et se contenter de regarder le parterre froid et mouillé, la pluie douce venait donner un aspect plus dramatique à la scène, une blonde avec les couettes qui tombent à cause de l'eau, le bras tendu en avant tenant un livre et une main dans la poche, en face, une jeune fille trempé, regardant seulement le livre que tenait la blonde. Cela faisait un peu mélodramatique comme dans les films, les films pitoyable qui passe à la télé et que les couples regardent ensemble, ou les adolescentes romantique qui ne savent pas quoi faire de leur après-midi par ce que leur copain n'est pas là, les films Happy End quoi, les genre de truc qu'Hiyori détestait, mais bon, la vie n'était pas un téléfilm de l'après-midi rempli de mélo-drame qui finissent bien, dans la vrai vie, c'est comme dans les livres Fantastique : Ça finit TOUJOURS mal.
    Peut-être qu'après tout dans ce monde la fameuse happy End n'existe pas, et c'est peut-être mieux comme ça.
    Hiyori se décida finalement à regarder l'inconnu dans les yeux, peut-être y décèlerait-elle une once de pensée, de la peur, de la haine, du dégoût, ou tout simplement enfin une personne réellement humaine et gentille. C'est tellement rare dans ce monde qu'Hiyori n'y croyait pas, attendant seulement qu'elle récupère son livre pour pouvoir se détourner et reprendre son chemin, s'attendant à ce que la jeune fille fasse de même. Peut-être ce ne serait pas le cas, mais cela l'étonnerait puisqu'Hiyori était une peste. Après la Belle et la Bête, voici l'Humaine et la Peste. On insulte les grand classiques de Disney, les Happy End tout au plus, on se fou de qui on insulte en faite, ce n'est pas si grave, ce qui est grave, c'est de pourrir la tête des gosses avec des bêtises pareil, faisant croire aux jeunes filles qu'elles trouveront leur prince Charmant, où que leur Bête deviendra un bel homme. On s'éloigne à nouveau là, mais après tout, comment rester concentré sur un seul et même sujet quand on a des tas d'idées haineuse qui fume dans notre petite tête qui ne pourra pas les garder longtemps.
    La pluie était toujours aussi abondante, elle commençait même à augmenter, le livre allait se gâcher si il restait trop longtemps là, l'eau glissait sur les visages, et il y avait de moins en moins de gens dans la rue, enfin, il n'y avait carrément que deux voir trois courageux qui avaient une urgence et qui étaient obligé de supporter la pluie, et les deux filles, avec leur livre.
    Etait-ce le Hasard, ou le destin existait vraiment ?




    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hasu Mizuiro
Humaine sans pouvoir | Lectrice Assidue/But presque indéterminé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 44
Age : 22
Localisation : Perdue dans mes rêves
Date d'inscription : 16/03/2010

Feuille de personnage
Faction: Humain sans pouvoir
Niveau:
7/40  (7/40)
Nom de l'arme: Hasu (Lotus)

MessageSujet: Re: L'humaine et la Peste [PV : Hasu]   Sam 28 Aoû - 2:50

J'aperçût une gamine qui se tenait juste devant moi. Mon livre en main, elle ne fit que me demander si ce livre m'appartenait. Je pris le temps de me relever, de tordre mes vêtements trempés, de saisir mon parapluie et le mettre juste au dessus de moi et de la jeune fille. Sans me justifier sur mon acte, je fis un petit sourire embarassé avant de répondre à sa question.

''Oui en effet, il s'agit bien de mon livre...''

Je ne voyais pas spécialement où elle voulait en venir. Pourtant, elle m'avait vu l'échapper non? Enfin bref, c'est sans doute une question de politesse de sa part, rien de plus normal. Pourtant, je sentais que quelque chose d,étrange émanait de sa personne. Comme une sorte... de pression spirituelle, ou je-ne-sais-quoio qu'elle possédait en plus. Mon regard fût par la suite attirée subtilement vers un objet qui ne m'était pas inconnu. Pourquoi portait-elle une arme? Elle semblait pourtant si jeune et elle n'avait l'air que d'une simple jeune fille comme tout le monde. à moins qu'il ne s'agisse d'une âme? Bien sûr que non, sinon elle n'aurait pas pût prendre possession de mon livre, de plus, je ne l'aurai pas heurté de la sorte. Tout ça c'était de plus en plus bizarre. Qui était-elle, et qu'est-ce qu'elle était surtout, pour porter une arme en plein milieu de la ville sans se faire remarquer? Je me dis bien évidemment qu'il ne pouvait s'agir que de mon imagination, mais en vain.

''Dis-moi, personne ne t'as vu avec ton katana non? Tu ferais mieux de le cacher, on dévisage les gens pour moins que ça de nos jours.''

Tenant toujours le parpluie au-dessus de nos deux têtes, le rythme de la pluie semblait même avoir augmenté en trombe. Des éclairs commençaient même à surgir un peu partout dans le ciel.

''Heu... on parlera de ça plus tard... tu cours vite? Avec une vitesse assez bonne on peut se rendre en moins de dix minutes jusqu'à chez moi.''

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiyori Sarugaki
Vizard | Singe Criard | Ex-lieutenant de la 12ème division
avatar

Nombre de messages : 13
Age : 21
Localisation : Quelque part, au milieu de ces êtres inutiles
Date d'inscription : 19/08/2010

Feuille de personnage
Faction: Vizard
Niveau:
29/40  (29/40)
Nom de l'arme: Kubikiri Orochi

MessageSujet: Re: L'humaine et la Peste [PV : Hasu]   Mer 1 Sep - 21:38


    Un livre, une main, une personne, un nom, un visage, un humain, ou deux. Hiyori fixait l'inconnu qui lui confirma que oui c'était son livre et elle le récupéra, enfin, elle posa une question sur l'épée d'Hiyori, comment faisait-elle pour voir l'épée... QUOI ELLE AVAIT OUBLIE DE CACHER SON ZANPAKUTÔ ?! Oh mon dieu, oh mon dieu (Oh mon Shinigami pour les intimes /SBARF/) Comment allait-elle s'en sortir, pitié que personne d'autre n'ai remarqué, sinon Hiyori allait se faire tirer les oreilles par l'ancien capitaine de la 5ème division, Hirako Shinji. Heureusement, l'inconnu lui proposa de courir jusqu'à la maison de cette dernière, Hiyori accepta, il fallait qu'elle cache son arme, que personne d'autre ne la voit, et qu'elle trouve une explication de pourquoi elle portait une arme sur elle, alors que cela est interdit, et qu'elle ne se rendait même pas compte que tout le monde pouvait voir cette arme. Alors voyons voir y avait l'approche direct « Tu dis à quelqu'un pour l'arme et je te tue » ou l'approche discrète « Je travaille pour un forgeron et je dois livrer cette arme à un client de toute urgence » En gros, un truc qu'elle était sûr qui fasse taire, et un complètement improbable mais qui aurait une infime chance de marcher, non ça ne tenait pas debout, il faudrait qu'elle trouve une meilleure excuse, ET MEILLEURE QUE « Je suis un vizard, ceci est mon zanpakutô, et j'ai quitté le seireitei où se trouve les shinigamis par ce qu'Aizen Sôsuke m'a donné un côté hollow » Ouais avec ça cocotte tu finis à l'hôpital psychiatrique, qui te croirait ? Surtout une personne qui ne peut pas voir ta forme d'âme, aller Hiyori, trouves une bonne excuse >o<
    Leurs pas rapide faisaient du bruit dans les flaques d'eau qui se formaient de plus en plus sur la route, aucune voiture ne circulait actuellement, la chaussé était donc libre, ce qui était plus simple pour courir avec les trottoirs inondé cela serait probablement plus dur de marcher, ou courir là, on peut profiter donc de la route qui commençait à se remplir d'eau au fut et à mesure que cette dernière quittait le trottoir, Hiyori ne savait pas quoi dire comme explication pour son épée, elle réfléchit encore et encore, se torturant l'esprit, si ça continuait elle allait devoir sortir l'excuse du forgeron, son petit cerveau se mit à surchauffer, heureusement que l'eau était là pour le refroidir, bon, une excuse, une excuse, qu'es ce que l'on peut trouver comme excuse en ce vaste monde ? L'humain peut tout croire, mais quand quelque chose arrive, ils croient tout, sauf ce qu'on leur dit, donc si elle dit la vérité, elle ne la croira pas et donc s'imaginera tout un tas de truc 8D Oui mais non, l'humain est capable d'aller prévenir la police à peine ils voient une personne en traîner une autre dans le jardin, direct le meurtre, il faut vraiment qu'ils se fassent soigner les gens, les humains sont stupide, les shinigamis sont stupide, AIZEN EST STUPIDE ! Tout dans ce monde, dans les deux autres, et même dans la dimension royal et l'enfer est STUPIDE rien ne sert, tout se sait, ou s'ignore, on ne sait jamais ce qui peut arriver, on ne fait qu'imaginer, et qui sait ce que pouvait penser l'humaine au sujet de l'épée qu'elle venait de voir, qu'Hiyori se préparait à un meurtre ? Que c'était un combattant Jeidai (je sais absolument pas l'écrire) venu d'une autre planète pour défendre la terre de l'invasion extraterrestre ? Ou même une fille de gang ? OU PIRE ! UN REBELLE ! Bon en faite, ce n'est pas le pire mais bon, vite une excuse, vite. Elles arrivèrent devant le lieu promis (Ah c'est plus la terre ?) et entrèrent, Hiyori ne pensait plus qu'à une chose, être au sec !

    Hiyori : C'est pas mal ici >.>

    Allait, un petit compliment pour détourner le sujet pendant qu'Hiyori cherchait une explication pour la présence de l'arme, alors voyons voir...

    Hiyori : Pour l'arme, je me sens juste plus en sécurité quand j'ai mon épée.

    L'EXCUSE BIDON c'était sortit tout seul mais c'était mieux que ce à quoi elle avait pensé au par avant, enfin une excuse valable, même si cela paraît assez bizarre, tant pis, oui tant pis, c'était mieux que rien, c'était une explication comme une autre, enfin bref, elle allait se taire maintenant, il valait mieux après tout, sinon elle allait sortir une bêtise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hasu Mizuiro
Humaine sans pouvoir | Lectrice Assidue/But presque indéterminé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 44
Age : 22
Localisation : Perdue dans mes rêves
Date d'inscription : 16/03/2010

Feuille de personnage
Faction: Humain sans pouvoir
Niveau:
7/40  (7/40)
Nom de l'arme: Hasu (Lotus)

MessageSujet: Re: L'humaine et la Peste [PV : Hasu]   Lun 13 Sep - 0:58

Lorsque nous fusses chez moi, je m'empressai rapidement de fermer toutes les fenêtres et ouvertures qui pouvaient être susceptibles de laisser entrer la pluie. Malgré le fait que je sois trempée jusqu'aux os, je fus rapidement de retour en face de mon invitée. Lui souriant bêtement et tentant de me tordre les cheveux dans une serviette, je lui en tendis une à elle aussi si elle désirait se sécher. La pluie avait causé un de ces ravages... on ce serait cru en pleine tempête tropicale! N'empêche que, il y avait encore cette histoire d'épée accrochée à son dos. Je fis mine de rien pour le moment, jusqu`à ce que la jeune fille me sorte une de ces excuses vraiment bidons à propos de son katana.

"Ahah! Ne t'en fais pas, j'ai moi aussi une épée en ma disposition. Peu importe, je me demandais simplement comment les autres avaient-ils fait pour ne pas remarquer que tu portais une arme en plein jour..."

Par la suite, une idée me traversa l’esprit. Peut-être était-elle une simple âme errante, comme il m’était souvent arrivé de croiser en chemin? Non, bien évidemment, car elle avait rattrapé mon livre alors que je l’avais échappée. Bref, je ne voulu pas trop m’interroger sur le sujet. Pour être franche, je m’en fichais un peu. Elle possédait une épée et ne savait peut-être pas que c’était interdit, et donc, ce qui explique le fait qu’elle la portait. N’empêche que, qui, aujourd’hui, ne connait pas cette loi qui régi notre pays? Peu importe, nous pourrions discuter de cela plus tard. Je l’invitai à s’asseoir à table pendant que je lui préparais un bon chocolat chaud.

"J’espère que tu aimes le chocolat chaud…"

Je n’attendis même pas sa réponse que je disposais déjà nos deux tasses sur la table. Selon moi, personne ne pouvais réellement détester le chocolat chaud. Enfin, si elle n’en voulait pas, je lui aurais bien servit un peu de thé. Au moins, il fallait qu’elle boive quelque chose de chaud pendant ce temps froid et humide. Un silence long et calme régna longtemps dans la pièce.
Quelques instants plus tard, une question trottinait dans mon esprit. Je ne voulais pas être trop directe sur mes propos, néanmoins, le seul fait que les autres n’aient pas remarqué son épée laissait à croire qu’il ne s’agissait pas d’une humaine. Je pensais sans arrêt aux mots que je devais ou que je ne devais pas prononcer. Il s’agissait d’un sujet assez délicat. Si cette personne n’était qu’une simple humaine banale qui suivait des cours de kendo, que dirait-elle si je lui demandais si elle était humaine ou pas? Demander à quelqu’un s’il est de nature humaine semblait plutôt étrange en effet. Ceux qui ignorent l’existence des âmes errantes m’auraient sans doute trouvés dérangée. Malgré le fait que j’avais hésité un bon laps de temps avant de lui poser la question, je le fis quand même. Qu’elle me trouve stupide ou pas ne faisait aucune importance. Après tout, si elle n’était que de ceux dont je catégorise comme étant « banals », sa réaction serait étrange certes, mais c’est tout. Je ne pense pas qu’elle m’en veuille pour si peu…

"Heu… dis-moi… je peux savoir ton prénom?"

Ah, l’idiote. Encore une fois celle qui tourne autour du pot. Non, je ne devais pas dire n’importe quoi, j’étais intriguée, et je devais absolument savoir la nature de ce sabre.

"Ah, enfin bref… je voulais seulement savoir si tu étais une humaine ou non…"

Honnêtement, ce n’était pas la façon la plus appropriée de lui poser la question. Personnellement je m’en fichais un peu, du moment que j’avais l’esprit un peu plus clair.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiyori Sarugaki
Vizard | Singe Criard | Ex-lieutenant de la 12ème division
avatar

Nombre de messages : 13
Age : 21
Localisation : Quelque part, au milieu de ces êtres inutiles
Date d'inscription : 19/08/2010

Feuille de personnage
Faction: Vizard
Niveau:
29/40  (29/40)
Nom de l'arme: Kubikiri Orochi

MessageSujet: Re: L'humaine et la Peste [PV : Hasu]   Lun 4 Oct - 1:05

Spoiler:
 



    Les pensées d'Hiyori « Savoir si j'étais humaine ou non ? Mais de quoi elle se mêle celle-là ? Elle n'avait pas besoin de savoir si j'étais une- Hé mais attendez, d'ailleurs, comment connaissait-elle les âmes ? Elle aurait des pouvoirs ou je ne sais quoi comme Ichigo ? Rah je la sens mal celle là, vraiment très mal, comment je vais me sortir de ce foutoir ? Comment une humaine pouvait-elle me voir ? Et pourquoi je reste planté là sans rien dire ? Je devrais lui balancer un de quoi j'me mêle et puis basta, je serais sorti en claquant la porte et tout le monde serait content ! »
    Elle avait beau dire ça, elle avait l'impression qu'elle devait rester, comme un instinct de survie lui ordonnant de rester dans ce lieu trop éclairé à son goût, elle dévisagea la jeune fille quelques minutes et puis, décida de dire quelque chose, et comme une idiote, ce serait quelque chose qui répondrait bien à la question...

    Hiyori : Par ce que tu peux voir les âmes ? Tss... Pourquoi les humains de cette ville arrivent toujours à voir les âmes =_=

    Aller ça c'est fait, direction le mur pour se le prendre en pleine tête, Hiyori et la discrétion ça fait deux ! Mais ça, on le savait déjà, le seul problème c'est que le jour où quelqu'un le dit pour rire et qu'elle dit ça, elle est grillé direct ! Oui Hiyori était vraiment nul pour garder un secret, mais bon, elle s'en fichait totalement et continua de dévisager la fille en face d'elle, elle avait l'air d'une fille tout ce qui a de plus banal pourtant, pas comme l'autre rouquin et ses cheveux oranges flash qu'on voit à l'autre bout de la terre, et puis, Hiyori ne faisait pas gaffe au reiatsu, donc elle ne pouvait pas capter quoi que ce soit, elle s'en fichait en faite, mais ça l'énerver qu'une humaine puisse la voir si elle était sous forme d'âme, allez savoir pourquoi d'ailleurs, elle s'énervait vraiment pour un rien cette gosse ! Enfin, cela devait surtout être le fait qu'un être qu'elle méprise puisse la voir sous sa forme réelle qui l'énervait, ou que ce même être qu'elle déteste ai une quelconque puissance, en faite, on pouvait trouver n'importe quel raison pour que cela l'énerve, mais au fond, on ne saurait pas vraiment pourquoi puisque ce n'est pas toujours vrai ce que l'on suppose.
    Hiyori tourna la tête vers une des fenêtres et vit la pluie tomber violemment sur la ville, partir sous cette pluie ne donnait vraiment pas envie, et la peste déjà trempé n'avait pas envie d'y retourner, mais il faudrait bien qu'elle rentre chez elle à un moment ou à un autre, enfin, pourquoi elle partirait tout de suite puisqu'on l'avait invité et que dehors c'était trempé ? Bah oui, faut garder un minimum de politesse quoi 8D Mais non, Hiyori n'était pas polie et ne le serait jamais, mais bon, autant en profiter, alors après s'être légèrement mordu le coin de la lèvre et avoir balancer un léger « Tss », la blonde retourna son regard vers l'humaine, la dévisageant à nouveau, avant de porter son regard sur le livre qu'elle tenait, une littéraire peut-être ? Ou un livre pour les cours ? Hiyori aurait plutôt penché pour les cours mais elle se rappela que la fille le lisait dans la rue tout à l'heure, une tel passion pour un livre, non cela ne venait pas des cours, surtout un tome 2, et une littéraire ! Il manquait plus que ça ! Enfin bref, elle avait pas finis de s'en prendre à cette pauvre fille qui lui avait absolument rien fait ? Apparemment pas, eh bien oui, il faut bien un bouc-émissaire dans la vie, et pour Hiyori c'était n'importe quel personne croisant sa route alors mesdames et messieurs excusez la, mais on ne la changera pas elle restera comme ça.
    En tout impolitesse, Hiyori commença à légèrement essorer ses couettes, laissant tomber un peu d'eau sur le sol, se disant qu'elle ne nettoierait pas, mais quel malpolie ! On allait finir par la mettre à la porte, puis elle se dit que la fille, connaissant l'existence des âmes, n'était peut-être pas humaine elle non plus. Alors, elle renchérit.

    Hiyori : En faite, tu es humaine ou une âme ?

    Allé ça c'est fait ! Plus aucun doute à avoir, Hiyori n'avait vraiment aucun tact, mais c'est comme ça comme l'aime, ou comme l'haine plutôt !
    Dans le prochain épisode... /SBARF/ * censuré * A tout de suite la suite 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hasu Mizuiro
Humaine sans pouvoir | Lectrice Assidue/But presque indéterminé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 44
Age : 22
Localisation : Perdue dans mes rêves
Date d'inscription : 16/03/2010

Feuille de personnage
Faction: Humain sans pouvoir
Niveau:
7/40  (7/40)
Nom de l'arme: Hasu (Lotus)

MessageSujet: Re: L'humaine et la Peste [PV : Hasu]   Dim 24 Oct - 16:22

La jeune blonde ma dévisageait avec un regard quelque peu embêtée, ou plutôt fâche contre moi…? Elle semblait typiquement désintéressée à travers chacune de ses paroles, et pourtant, les questions qu’elle me posait définissaient tout le contraire d’un quelconque désintérêt.

Par ce que tu peux voir les âmes ? Tss... Pourquoi les humains de cette ville arrivent toujours à voir les âmes =_=

Je restais étonnée sur le coup, voire même ébahie, et en plus, ce qu’elle venait de me dire m’intriguait.

-B..beh euh… j’ai toujours pu es voir… mais... comment ce fait-il… que veux-tu dire par « les gens humains de cette ville »?

Sans même porter attention à ce que je disais, elle essora ses couettes de manière à ce que toute l’eau s’étende en deux petites flaques sur le sol. Je me dis que je nettoierais plus tard, mais instinctivement j’allais chercher une autre serviette pour essuyer le tout. Alors que la jeune fille me dévisageait encore plus, je lui souris bêtement pendant que je nettoyais son dégât. Elle me prendrait surement pour une idiote finie et obsédée de la propreté, mais on ne change pas sa propre nature de perfectionniste…

En faite, tu es humaine ou une âme ?

Un petit sourire en coin se dessina sur mon visage pendant que je me relevais. J’allais déposer la serviette humide sur le bord de la fenêtre pour la faire sécher, puis je revins vers elle, souriante.

-Hem… et, quelle âme errante aurait une maison à elle seule en plein milieu de la forêt, dis-moi?

Un petit rire s’échappa de ma personne tandis que je me disais intérieurement que je n’aurais pas dût… et si elle le prenait mal que je lui ai répondu par une autre question? Bah peu importe, quelqu’un de normal ne se fâcherait pas pour si peu non? … non!? Bref, avant qu’elle n’eût le temps de renchérir quoi que ce soit, je m’empressais de changer de sujet. Il fallait absolument que je me débarrasse de cette atmosphère étrange qui régnait autour de nous

-Oh, tu n’as pas répondu à ma question. Tu aimes le chocolat chaud? Sinon je peux te préparer autre chose peut-être? Bref, viens t’asseoir à table, on pourra mieux discuter que si l’on reste plantées là devant la porte, tu ne crois pas?

Je lui souriais encore bêtement alors que je m’étonnai moi-même de toute cette gentillesse. C’est trop bizarre… d’ordinaire, j’aurais été plus discrète sur mes propos…mais je réfléchirai à ce qui m’arrive plus tard. Pour l’instant, j’avais une invitée, ce qui ne faisait que me pousser à me demander encore et toujours pourquoi j’agissais comme ça…depuis quand j’étais aussi… étrange? Mais bon, alors que je l’invitais à s’asseoir à table en face de moi, une autre question me vint à l’esprit…

-Mais dis-moi, tu n’as pas l’air très vieille… comment une fille aussi jeune que toi peut être au courant de ça, et posséder un katana?

Peut-être que ça avait été la goutte qui fit déborder le vase? Décidément, je posais vraiment trop de questions. J’étais trop bavarde, qu’est-ce qui m’arrivait? D’ordinaire, jamais ce genre de situations ne serait arrivéOO…

-Oh... je… désolée…

Pitoyablement, ma vraie nature prit le dessus. Avant que je n’ai eût le courage de me justifier, mon regard s’abaissai vers le sol. Vraiment… qu’est-ce qui m’arrivait soudainement…?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiyori Sarugaki
Vizard | Singe Criard | Ex-lieutenant de la 12ème division
avatar

Nombre de messages : 13
Age : 21
Localisation : Quelque part, au milieu de ces êtres inutiles
Date d'inscription : 19/08/2010

Feuille de personnage
Faction: Vizard
Niveau:
29/40  (29/40)
Nom de l'arme: Kubikiri Orochi

MessageSujet: Re: L'humaine et la Peste [PV : Hasu]   Mer 17 Nov - 20:19

Hiyori regarda la tasse, d'un air blasé, et lança un petit « Oui j'aime ça.. » et alla s'assoir à la table, avec la tasse à la main. Elle regarda la substance liquide et hésita tout de même à en boire.. Pourquoi ? C'était simple, elle ne voulait pas faire plaisir à une humaine, mais bon, allé, elle prit la tasse, et bu... Un peu, puis plus.. Elle faisait désormais à peine attention à ce qu'on lui disait, mais bon, si elle voulait entendre la réponse à ses questions, il fallait bien qu'elle le fasse...

Hasu : Mais dis-moi, tu n’as pas l’air très vieille… comment une fille aussi jeune que toi peut être au courant de ça, et posséder un katana?
Après quelques secondes, la jeune Hasu reprit pour dire :

Hasu : Oh... Je... Désolé.
Hiyori : Je n'ai pas «l'air» mais je dois bien avoir une centaine d'année, voir plus... Et je suis une vizard..

Mais oui, comme si tout le monde savait ce qu'était un vizard, eh bien non pas tout le monde ne savait pas ce que c'était, mais pour Hiyori c'était une évidence, alors elle ne voyait pas la peine d'expliquer, sauf si on lui posait la question, elle n'était d'habitude pas très bavarde, mais avait tout de même décidé de répondre pour une fois. Pourquoi cette envie soudaine ? Pour un autre chocolat chaud peut-être ? Non, Elle devait probablement s'ennuyer et n'avoir rien trouvé de mieux à faire que... Que répondre aux questions des gens, puis la politesse est censé être normal non ? Même si Hiyori n'est pas vraiment polie, c'était d'aileurs la son plus grand qualité défaut, mais bon, on ne pouvait vraiment pas lui en vouloir, c'était sa nature, sa manière d'être, poli ce ne serait plus elle, ce serait... Un extraterrestre qui aurait échangé sa place avec elle OO'' Enfin ils l'auraient très vite relâché tellement elle est insupportable quand elle s'y met.. Mais c'est c'est un avantage au moins ! Personne ne peut envahir la terre en la capturant comme ça ! Bénissez là, applaudissez là, et OK je me tais..
Ce n'est pas comme si elle voulait être désagréable non plus, mais elle l'est de nature, on ne peut pas lui en vouloir, et cette humaine, qui était-elle pour voir les âmes ? Quel pouvoirs spéciaux pouvait-elle avoir ? Connaissait-elle l'existence des Shinigamis, des Hollows, des Vizards et des Arrancars ? Ou était-elle juste une simple humaine pouvant voir les âmes et à qui Hiyori, si elle ne modérait pas ses paroles, pourrait révéler trop de choses...
Elle aurait aimé poser ses questions, mais après on aurait pu croire qu'elle s'intéressait à une simple humaine, mais c'était bien une des rare lui ayant parlé, s'étant renseigné ou autre que la blonde avait décidé de laisser en vie, cette sale peste avait quelque chose de bizarre aujourd'hui, peut-être se sentait-elle mal dans sa vie monotone de Vizarde, mais cela serait surprenant, quoi que, elle faisait la même chose tous les jours, encore et toujours, alors cela changeait un peu ses habitudes, c'est peut-être ça qui lui plaisait, qui l'intéressait dans cette journée, ou qui ne l'intéressait pas, on parle d'Hiyori après tout. Qu'allait dire l'humaine ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hasu Mizuiro
Humaine sans pouvoir | Lectrice Assidue/But presque indéterminé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 44
Age : 22
Localisation : Perdue dans mes rêves
Date d'inscription : 16/03/2010

Feuille de personnage
Faction: Humain sans pouvoir
Niveau:
7/40  (7/40)
Nom de l'arme: Hasu (Lotus)

MessageSujet: Re: L'humaine et la Peste [PV : Hasu]   Mer 15 Déc - 0:18

Alors que la personne face à laquelle je parlais me semblait plus jeune que moi, quand j’eusse su qu’elle était plutôt vieille, je ne la cru pas beaucoup. Mais avec les esprits, il fallait s’y attendre après tout…Alors que j’avais osé lui parler comme si j’étais plus vieille qu’elle, je me sentais désormais mal d’avoir agis de cette manière jusqu’à présent. Enfin, il y avait cependant un autre mot qui avait attiré mon attention dans sa phrase précédente… « vizard » … C’était quoi ce truc? Je n’avais jamais entendu parler de cette …bande? À l’entendre parler, on aurait dit qu’elle abordait le sujet d’un groupe de personnes, voir d’une communauté. Je trouvais cela très étrange. Je ne pensais pas qu’il y avait différentes catégories d’âmes. Enfin, ça, ça reste à voir, mais je tenais absolument à être au courant. Après tout, pourquoi ne pas connaître ce qui nous entour? Pourquoi rester ainsi dans un monde que l’on se façonne soi-même, sans qu’il n’y ait d’inconnus à notre porté? Bref, je devais arrêter de philosopher ça et là. Je devais à tout prix savoir de quoi pouvait bien s’agir un vizard.

Je crois qu’elle eut le temps de dissimuler un vif étonnement de ma part. Mes yeux s’étaient quelque peu écarquillés, et je déposai doucement ma tasse de chocolat chaud sur la table avant d’entamer ma prochaine question.

-Mais… puis-je savoir ce que c’est, être un ou une vizard? Tu as l’air de parler si simplement de ça, alors que moi je…

J’étais décidément trop bornée. Pourquoi fallait-il que ma curiosité prenne le dessus à tout prix? Était-ce ma soif de connaissances qui prenait le dessus, ou alors n’étais-je que trop intriguée par le monde des esprits et des âmes? Ni l’un ni l’autre ne pouvait cependant expliquer mon manque de tact. C’était pitoyable à voir, il fallait bien l’avouer. Je me trouvais vraiment idiote de parler autant. Pourquoi? Simplement parce que je n’étais pas habituée de le faire, sans doute. Je détestais m’ouvrir aux gens. Je ne suis pas une personne que les gens veulent connaître après tout. Avide d’un quelconque intérêt, et nulle dans tous les domaines… enfin je crois.

-Moi je… suis vraiment désolée… je n’ai pas à t’importuner avec tout ça, c’est pas croyable.

Mes sourcils se froncèrent au même rythme. Je ne pouvais pas m’informer à ce point sur la vie des gens, tout de même. Depuis quand ne respectais-je pas l’intimité des gens au point de leur poser milles et unes questions? Je me demandais vraiment ce qui se passait aujourd’hui. Peut-être m’étais-je levée du mauvais pied? Ou alors, je n’étais pas entièrement réveillée? Moi qui avais l’habitude d’être presque endormie et de rester là à rêvasser à toute heure du jour, cette hypothèse ne pouvait en effet qu’être plausible.Je me relevai doucement de ma chaise, j’allai rapporter ma tasse de chocolat chaud vide sur le comptoir de la cuisine, je soupirai un grand coup et je vins me rassoir près de la fille sans nom. C’est vrai, même après ma précédente question, elle ne m’avait toujours pas donné son prénom. Bah, peu importe de toutes façons, j’avais déjà assez empiéter questions sur questions depuis son arrivée chez moi. Elle devait me trouver soûlante à la fin. Tellement indiscrète et empotée que je me demandais encore pourquoi elle était toujours assise à table avec moi…

-Pardon de t’ennuyer avec toutes ces questions. Tu sais, tu peux t’en aller si tu veux. Je crois que c’est un peu trop indiscret que de te poser toutes ces questions…

Je lui souris, pourtant hésitante. J’étais très acharnée sur le fait de vouloir savoir ce qui se tramait dans l’autre monde, mais si j’avais eu à poser autant de questions et que je n’avais pas eu l’ensemble des réponses que je cherchais, je crois que c’était un signe. Je saurais peut-être tout ce qui se trame un jour ou l’autre après tout. Il fallait que je cesse de m’acharner sur la même personne…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiyori Sarugaki
Vizard | Singe Criard | Ex-lieutenant de la 12ème division
avatar

Nombre de messages : 13
Age : 21
Localisation : Quelque part, au milieu de ces êtres inutiles
Date d'inscription : 19/08/2010

Feuille de personnage
Faction: Vizard
Niveau:
29/40  (29/40)
Nom de l'arme: Kubikiri Orochi

MessageSujet: Re: L'humaine et la Peste [PV : Hasu]   Sam 1 Jan - 21:52

    NON MAIS C'EST QUOI CA ?! Une humaine comme les autres après tout ! Curieuse comme pas deux mais qui ne sait RIEN de RIEN ! Et puis c'est quoi cet indiscrétion ? Si elle veut savoir ce qu'est un vizard elle a qu'à demander à ses amis les Shinigamis, car je suis sûr qu'elle les connait, ah oui, ça, une humaine aussi curieuse et qui voit les âmes ne peut QUE ÊTRE AMI AVEC DES SHINIGAMIS !
    Certes Hiyori s'emportait légèrement, mais son coeur battait violemment dans sa poitrine, c'était une Vizard, normal qu'elle n'aime pas les Shinigamis, ils avaient voulu la tuer, mais les humains, leur ignorance l'insupportait, après tout, ils ne savaient pas ce que c'était que ce maudit travail de les défendre des hollows, mais quand ils le voient, ils se contentent d'avoir peur, ils se fichent que les Shinigamis risquent leurs vies, tant qu'EUX ils restent en vie ! Rah Hiyori détestait vraiment les humains !
    Elle posa violemment la tasse sur la table, tasse qui commença à se fissurer mais qui heureusement ne se cassa pas, et se leva, posant ses deux mains sur l'objet de moi qui supportait tous les jours les repas.

    - Tu fais bien de t'excuser, je n'aime pas qu'on me harcèle de question effectivement.

    Se contenant encore légèrement, elle fixa la porte, et fit un mouvement pour s'y diriger sans aucun au revoir quand, sa main croisa la tasse de Chocolat Chaud qui se renversa sur la table, mais ce n'était pas le pire, son contenu atterrit directement sur la jambe d'Hiyori, là, son sang se mit à bouillonner, elle n'en pouvait plus de se retenir, elle fit un grand geste pour chasser cette tasse loin d'elle et l'envoya contre le mur où elle se cassa, mais la peste s'en fichait, elle était tâché, et en plus ça brûlait, sa jambe souffrait sous la chaleur du chocolat, mais elle oublia vite la douleur, succombant à la colère, elle se mit à crier un grand « GRAAH » qui traversa probablement toute la ville et qui aurait du faire réagir ses amis vizards, mais non, ils ne reconnurent pas la désagréable voix d'Hiyori. Elle regarda les yeux plein de rage l'impertinente qui l'avait mise en colère et à qui elle devait sa tâche sur sonpantalon et sa brûlure sur la jambe.

    - Stupides humains, stupide humains, stupides humains _ _#

    Elle détournait maintenant son regard de la jeune fille et repéra la salle de bain, toujours aussi mal poli, elle y entra précipitamment et prit un gant qu'elle mouilla avant de le passer sur son pantalon brûlant. Cela faisait mal, mais elle se tut, contenant sa rage, puis, elle jeta le gant dans le lavabo et se leva, sortant de la salle de bain en claquant la porte, et fit la même sorti de la pièce, se retrouvant alors dehors, elle avança un peu, puis ne trouva plus son chemin, elle n'apercevait plus la maison, et n'apercevait pas la route non plus, comment allait-elle se sortir de ce calvaire ?
    Étant déjà énervé, elle attrapa son Zanpakutô et coupa un arbre, puis, elle repéra sa prochaine cible, mais se contenta d'égratignure, évidemment, c'était par ce qu'elle s'était arrêté avant, l'ayant à peine entamé, pourquoi ? Tout simplement par ce qu'elle commençait à comprendre que cela ne l'amènerait à rien de détruire cette arbre, elle était perdu, tout simplement perdu.. MAIS COMMENT ALLAIT-ELLE FAIRE ?! Elle marcha d'un côté, de l'autre, laissant des marques sur les arbres pour se repérer, elle ne trouva pas la sortie, où était-elle ? MAIS POURQUOI ETAIT-ELLE VENUE ICI ?! Qu'es ce qu'elle pouvait être énervante à craindre la pluie, maintenant que le soleil était revenu, il n'y avait plus aucun problème.
    Elle était définitivement perdu. Elle eut ensuite la sublime idée de grimper en haut d'un arbre pour se repérer, mais tout ce qu'elle vit, c'était d'autres arbres.. Pourquoi, pourquoi ne trouvait-elle rien ? Serait-elle dans l'illusion d'un Zanpakutô ?
    Qui sait ? Mais que faisait-elle là..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hasu Mizuiro
Humaine sans pouvoir | Lectrice Assidue/But presque indéterminé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 44
Age : 22
Localisation : Perdue dans mes rêves
Date d'inscription : 16/03/2010

Feuille de personnage
Faction: Humain sans pouvoir
Niveau:
7/40  (7/40)
Nom de l'arme: Hasu (Lotus)

MessageSujet: Re: L'humaine et la Peste [PV : Hasu]   Jeu 3 Mar - 1:27

Après avoir assisté à la sortie de la Vizard qui fût ma foi, des plus fulgurantes, je soupirai un grand coup avant de nettoyer les dégâts qu'elle avait fait. Plus vieille ou pas, elle avait quand même le caractère d'une gamine qui ne savait pas contenir ses émotions. Elle avait oubliée de fermer la porte de ma maison en sortant, et je la vis trancher un arbre d'un simple coup de sabre! Mes yeux restèrent figés sur la silhouette frêle de la jeune fille tandis qu'elle s'éloignait un peu. Comment une gamine comme elle pouvait-elle faire ce genre de choses? Et surtout, pourquoi portait-elle un sabre surpuissant dans son dos? Mine de rien, je sortis à mon tour de ma maison pour la suivre, cette fois en prenant bien soin de ferme la porte à clé. Je la vit qui grimpai rapidement à un arbre pour tenter de se trouver un quelconque point de repère pour rentrer en ville. Je m'approchai alors d'elle en restant cependant en bas de l'arbre. Je levai mon regard en direction du haut de l'arbre pour lui adresser la parole.

-Désolée mais tu perds ton temps. Cette forêt est immense et il faut la connaître par coeur pour espérer s'en sortir rapidement.


Je lui accordai un petit sourire désolée. La pauvre n'avait déjà pas besoin de grand chose pour piquer sa crise. Je vins déposer mon dos sur de tronc d'arbre en regardant les alentours sans rien dire, pendant que la jeune fille restait toujours postée en haut de l'arbre. Aucune d'entre nous ne disait quoi que ce soit. La situation n,étant pas très tendue, je l'entendit cependant marmonner quelques trucs ici et là. J'eus ri un peu après l'avoir entendu se plaindre. Sa colère était facilement perceptible, mais je m'en fichais, pour tout dire. Je me décidai finalement à venir la rejoindre en haut de l'arbre, en enchaînant branches sur branches pour finalement m'asseoir à ses côtés. Elle semblait toujours aussi embêtée, mais je mis ma main sur son épaule.

-Allons, ne sois pas fâchée. Je suis désolée de te poser toutes ces questions... et désolée d'avoir été aussi idiote... mais, ne sois pas fâchée, s'il te plaît...

Un sourire triste se dessina sur mon visage tandis que je retirai ma main de son épaule. Je regardais ensuite à droite et à gauche, ici et là, un peu partout, en fait. Tant que je ne croisa pas son regard, la tension ne se sentirais pas. Le problème, c'était que je devais à tut prix lui poser d'autres questions. Dès qu'elle serait apte à reprendre une conversation calme avec moi, je pourrais lui soutirer quelques informations sur le mot ''Vizard'' qui semblait tant importer à cette fillette. Enfin, je devrais arrêter de la toiser intérieurement du nom de ''fillette'', ou encore ''gamine'', puisqu'elle venait de me dire qu'elle devait certainement avoir plus de 100 ans. Je détenais alors une information sur les Vizards : Ils pouvaient vivre très longtemps et conserver une apparence jeune. N'empêche que, avec cette seule information, je ne pouvais pas aller bien loin dans mes recherches.

Nous étions assises aux branches les plus hautes d'un chêne assez fort physiquement pour supporter notre poids. Mais même à une telle hauteur, il nous était impossible de voir la ville à partir de notre point de vue. Mais j'y pense, elle devait me trouver collante à la fin, non? Elle devait vraiment me trouver débile, voire complètement bouchée! Je laissais ces pensées de côtés, et me mis à descendre de l'arbre après quelques minutes de silence. Elle sembla s'interroger sur le fait de ma décision prise à l'instant. Cependant, je me contentais de lui adresser quelques mots avant de repartir en direction de chez moi.

-Bah, j'dois être emmerdante non? Alors bon, si tu as envie de m'en dire plus sur ces Vizards, ça m'intéresse. Sinon, au revoir.

Non sans raison, un sourire en coin se forma sur mon visage. Je savais bien qu'elle aurait besoin de moi pour quitter la forêt, alors elle viendrait me voir tôt ou tard. Je connaissais cet endroit par coeur, puisque j'y avais passé presque tout un an, depuis ma sortie de l'orphelinat. Si elle n'avait pas besoin de moi, qu'il en soit ainsi. Mais peut-être aurait-elle le temps de se perdre deux ou trois fois avant de trouver le chemin approprié.

Mon sourire se dissipa rapidement lorsqu'une masse impressionnante de reiatsu vint faire son apparition près de moi. Je ne voyait rien, sauf une légère forme peu distincte à travers les arbres, qui s'approchait rapidement de l'arbre ou était toujours prostrée la jeune blonde. Sans plus attendre, je sorti mon sabre et me dirigeai vers la créature au masque blanc. C'était le même type de créature chaque fois que quelqu'un se promenait en forêt. Cette forêt regorgeait de monstres en tout genre ou quoi!? Peu importe, j'espérais seulement que la jeune fille avait pris connaissance de cette créature qui se tenait juste en dessous d'elle...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiyori Sarugaki
Vizard | Singe Criard | Ex-lieutenant de la 12ème division
avatar

Nombre de messages : 13
Age : 21
Localisation : Quelque part, au milieu de ces êtres inutiles
Date d'inscription : 19/08/2010

Feuille de personnage
Faction: Vizard
Niveau:
29/40  (29/40)
Nom de l'arme: Kubikiri Orochi

MessageSujet: Re: L'humaine et la Peste [PV : Hasu]   Dim 24 Avr - 2:34

Spoiler:
 

    Hiyori, perchée en haute de son arbre, cherchait encore et encore un moyen de sortir, écoutant à peine ce que lui disait la jeune fille en bas. Et puis pourquoi elle s'était énervée d'abord ? Par ce qu'elle déteste les humains ? Par ce qu'elle pensait encore que les Shinigamis allaient passer pour les grands Héros, qui sait.
    Elle entendit des excuses mais ne répondit pas, toujours occupée à chercher la sortie de cet endroit, au moins pour le retour. Elle était persuadé qu'elle pouvait s'en sortir seule et elle ne voulait pas donner raison à une humaine de là à se faire passer pour une idiote, mais finalement elle risquait gros, et au moment où elle se décida à répondre, l'humaine dit qu'elle repartait et que si Hiyori voulait en dire plus sur les Vizards ça l'intéressait, la fierté que la blonde avait faillis abandonner pendant un instant revint d'un coup et elle se résigna à dire quoi que ce fut et resta bouder en haut de son arbre. Réaction totalement immature ? Certes, MAIS on ne pouvait pas s'attendra à beaucoup de réflexion de la part du singe criard.
    Hiyori chercha si elle n'avait pas une sucette dans sa poche, ou n'importe quel autre chose qu'elle pourrait mâchouiller, mais sentant seulement le tissu de son blouson, elle désespéra et se résigna à descendre de son abris de feuilles et de bois. Elle regarda de tous les côtés et sachant qu'elle était définitivement perdu, décida de retourner vers chez la jeune fille, se demandant ce qu'elle allait bien pouvoir dire pour pas se faire jeter dehors à coup de balais brosse... Elle ne trouva rien pendant la majorité du trajet, et quand elle aperçut la maison, elle ne fut pas rassurée, elle n'avait pas envie d'errer dans cette forêt pendant un siècle...
    Elle finit par revenir devant la porte, hésitant à entrer, puis, lâcha deux coup secs contre le bout de bois, car elle supposait que la porte était en bois, et n'attendant même pas la réponse s'apprêta à partir, elle n'osait pas, elle n'osait plus peut-être, si Hiyori osait toujours, seulement elle ne voulait pas admettre avoir une tord dans l'histoire, oh et puis tant pis, elle se retourna brusquement et ouvra rapidement la porte avant d'entrer pour se retrouver nez à nez avec... Une chaise, oui, elle avait avancé jusqu'à la chaise sur laquelle elle venait de se cogner et qui l'a fit tomber, puis, se relevant, elle scruta la pièce, personne. Elle ne dit rien, elle se disait que le bruit aurait pu réveiller un mort après tout, enfin elle regarda la chaise étalée de tout son long sur le sol, après y avoir mis un violent coup de pied, où elle se fit mal elle même, elle se décida à la redresser et à s'assoir dessus pour montrer sa suprématie, enfin, tout le monde sait que l'humain crée l'objet et que l'objet n'est pas vivant, elle n'avait rien à prouver à qui que se soit.
    Finalement, un soupir s'échappa, elle croisa les bras, baissa la tête et ferma les yeux, son cœur battait rapidement, elle n'en pouvait plus de ce silence, rah maudit silence, pourquoi es-tu toujours présent ?
    Elle se releva d'un geste brusque, laissant tomber la chaise en arrière, décidément ce pauvre objet n'avait pas de chance, elle la ramassa et se dirigea rapidement vers la porte, elle se débrouillerait seule, elle n'allait pas attendre indéfiniment assise là, elle ne tiendrait pas surtout longtemps avec la mentalité « Elle a raison je ne m'en sortirais pas seule » il FALLAIT qu'elle se débrouille, s'était dans sa nature, même si elle avait souvent été sauvée par Shinji...
    Alors qu'elle s'emparait de la poignée elle entendit un bruit et se figea, ça se rapprochait, elle devait vite sortir, mais son corps ne lui obéissait plus, c'était comme si son cerveau ne pouvait pas lui transmettre les ordres. Elle songea à s'enfuir et laisser son gigai ici, mais elle ne pouvait pas. Ravalant lentement sa salive, elle lâcha la poignée comme si sa main tombait raide morte et se tourna, non, elle ne voulait définitivement pas admettre qu'elle avait besoin d'aide, pourtant, pourtant elle n'avait pas le choix si elle voulait sortir de cet enfer, elle devait faire confiance aux autres... Confiance, c'est bien la confiance en « eux » qui l'avait transformé en Vizard non ? Alors au diable la confiance ! Au diable la politesse !
    La raideur de ses jambes disparu et, son dos qui était jusqu'à lors courbé, se redressa. Elle regarda dans la direction d'où venait le bruit, puis, tourna entièrement son corps.
    Supposant que c'est son hôte, elle prononça une simple phrase.

    -Si tu veux vraiment savoir pour les Vizards, alors je te le dirai, si tu me fais sorti de ce foutu endroit !

    Elle n'avait pas réfléchis à ses mots, ne pensant qu'à quitter ce lieu maudit pour retourner tranquillement dans sa « maison » si on peut appeler cela ainsi. Elle voulait juste, sortir de cet endroit vivante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'humaine et la Peste [PV : Hasu]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'humaine et la Peste [PV : Hasu]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]
» Le Hobbit, une espèce humaine différente de l'homme moderne.
» Roulotte dela peste maison!
» Peste et Tempête, tandem de choc...
» Séminaire intensif en peste + tétanos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Le RPG :: RPG :: Monde des Vivants :: Rues de Karakura-
Sauter vers: