Bleach Le RPG

Forum RPG entièrement cadré sur l'univers du manga Bleach ! Venez incarner votre personnage préféré de la série, et surtout, amusez-vous !
 
AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ainsi débuta son règne [Hijikata vs Komamura]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hijikata Gentatsu
Primiera Asta
avatar

Nombre de messages : 18
Age : 27
Date d'inscription : 25/01/2009

Feuille de personnage
Faction: Asta
Niveau:
29/40  (29/40)
Nom de l'arme: Kokuzoku

MessageSujet: Ainsi débuta son règne [Hijikata vs Komamura]   Sam 9 Jan - 23:44

Komamura Sajin a écrit:
Mais, à ce moment-là, jaillissant d'un autre pan de la crête, un inconnu en guenilles et armé de deux katanas fit son apparition, ressemblant à un shinigamis sans maître, le regard dur et froid, les cheveux tiré en arrière en un chignon effiloché et sans forme, trois mêtres derrière l'imposant colosse...
Alors que ce dernier, ainsi que Iba, se retournait, s'interrogeant sur la nature de cet étranger, ce dernier, dégainant brièvement ses deux katanas, s'élança en avant, vers les deux hommes qu'il se préparait à découper.
Iba, dégainant tout aussi rapidement son couteau de combat, tenta de s'interposer, mais l'homme, apparemment un habitué des combats, réalisa une botte très accomplie et, en une passe de sabre, assomma et rejeta sur le côté le shinigami.
Mais, alors qu'il relevait les yeux vers son second opposant, il eut tout juste le temps de parer un puissant coup de sabre pour, finalement, frappé aux côtes par un coup de pied du géant casqué, devoir se replier à quelques pas de là, à peine essoufflé par ses prouesses techniques et ses voltiges précédentes.

Komamura tendit son sabre en avant et, d'une voix calme, mais lourde de menaces et de sous-entendus, lança :

- " Qui es-tu étranger ? Et pourquoi cette attaque ? "

Hijikata venait de se heurter à un mur. D'envergure, certes, mais il ne baissait pas les yeux devant le colosse qui se dressait devant lui, l'air menaçant, la lame au clair, prêt à bondir sur le primiera si celui-ci tentait quoi que ce soit d'inconsidéré. Évidemment, cet adjectif n'appartenait pas au champ lexical de pensée de l'homme qui tirait maintenant ses deux katanas, car il avait toujours observé chaque chose, jusqu'à la plus fine goutte d'eau pour en décrypter les aléas et l'harmonie. Il fallait toujours comprendre ce à quoi l'on avait affaire avant de se ruer sans réfléchir, car on entrevoyait des solutions et des voies nouvelles dès que l'on tentait d'ouvrir un peu les yeux : ainsi, sauter sur le grand capitaine au casque ne vint pas à l'idée d'Hijikata. Au contraire, il se tint même sur la défensive suite au coup violent qu'il avait reçu sur le flanc et qui l'avait obligé à reculer de quelques mètres. Son zèle avait été coupé en même temps que son élan et il reprenait peu à peu ses esprits ; s'il avait dans un premier temps achever d'un coup net l'adversaire que les plans du seigneur Aizen lui avaient défini, il se doutait à présent que cela ne soit pas si facile, et qu'il devrait faire ses preuves réelles au cours de cet affrontement contre le géant au haori. Oui, ses preuves, se montrer digne de la confiance qu'on lui accordait, et voler toujours plus haut jusqu'à percer la voûte du ciel pour y ouvrir le passage que le seigneur Aizen emprunterait... Mais c'était trop de prétention que de se croire capable d'un tel acte tant que sa valeur n'avait pas été démontrée, et c'est pourquoi Hijikata fut fort satisfait de se voir opposer cette résistance farouche, qui ne le rendait que plus déterminé à donner tout ce qu'il possédait afin de parvenir à son but et d'ainsi pouvoir s'envoler à la suite de celui qui lui avait montré la voie. Le futur était celui-là, mais ne resterait qu'utopie si aucune main ne le façonnait. Dans cet ensemble, le seigneur Aizen était la volonté, l'esprit, ses hommes étaient les bras. Et Hijikata désirait en cet instant plus qu'en tout autre pouvoir se considérer comme un membre à part entière de ce corps qui ne cesserait de s'élever.

Ses deux épées empoignées, celui qui avait tant erré avança doucement un pied, faisant glisser sa sandale de paille sur le sol rocailleux, soulevant une fine couche sablonneuse. Le regard rivé sur l'épée de son adversaire, il pouvait sembler à un observateur extérieur que l'ex-rônin tentait de déchiffrer dans la posture de combat du capitaine son pouvoir ou d'analyser ses failles. Loin de tout cela, l'homme se concentrait. Peu à peu, son esprit se vida de toute émotion, de toute pensée jusqu'à ce q'une lumière unique brille dans ses yeux. il n'était pas un homme. Il était un combattant. Un seul code scintillait dans sa tête, celui de l'honneur, raturé dans ses sentences problématiques par la nécessité de servir le seigneur Aizen de toute son âme, par allégeance, et par besoin profond. Cela, Hijikata ne le pensait pas, mais son instinct bestial de rôdeur errant le lui faisait ressentir : sans ce but, il n'était rien, ou encore moins. Si cet homme ne lui avait pas tendu la main sur Terre, dieu sait ce qu'il serait devenu : serait-il resté la coquille vide qu'il avait été durant ces décennies passées ? Aurait-il trouvé en lui une force, une impulsion qui l'aurait relevé et épaulé à sa vengeance ? Dans tous les cas, Hijikata Gentatsu serait mort d'esprit, laissant place au néant absolu, sans rêve ni lumière. Le vide. Un vide différent de celui qu'il atteignait maintenant, dissemblable à cette aura dangereuse qui lui montait dans cet état de calme complet.

L'énergie spirituelle d'Hijikata augmenta. Devant celle-ci, il ne faisait pas de doute que même un vice-capitaine reculerait, et que ce combat seraitr celui qu'il espérai: un affrontement de face entre deux guerriers de vertu. Si la nécessité d'agir vite pressait le primiera, il ne put s'empêcher de s'annoncer, car cela restait encore une matière honorable dont il ne pouvait se détacher.


-Je suis Hijikata Gentatsu, primiera Asta. J'ai ordre de vous tuer, veuillez m'en excuser.


Hijikata pointa en l'air l'un de ses zanpakuto, gardant l'autre serré dans son poing recroquevillé en une garde passive. Cet adversaire était puissant, jouer était inutile, et l'amusement n'avait pas sa place dans un combat. Devoir tirer son sabre était déjà affligeant pour Gentatsu, et voir des gens s'amuser en se battant dépassait les limites de sa tolérance et de sa compréhension, quoiqu'il restait toujours impassible et calme. Mais ce guerrier ne semblait pas de ce genre, et il se battait pour une cause qu'il devait trouver légitime ; comme il se trompait. Hijikata n'adhérait pas à ces idées des règles et d'armées, de guerre et de hiérarchie militaire qu'il avait observée, mais il n'était pas ici pour en juger, ni pour persuader qui que ce soit. Il était là pour abattre, bien que le mot ne lui plût pas. Il fallait se résoudre pourtant à appeler les choses comme elles étaient...

-Broie la terre vers les cieux, Kokuzoku.


D'un coup, Hijikata abattit son arme levée sur le sol de pierraille qui lui conférait un certain avantage. La lame se planta avec un choc rude dans le sol solide et rayonna en même temps que son manieur, qui laissait à présent son reiatsu s'exprimer à son point culminant. Le sol trembla doucement, puis un séisme se produisit. Pas assez puissant pour déstabiliser le capitaine massif, mais suffisant pour embrayer la suite de l'attaque. Le sol, frappé de l'épée rebelle, se souleva brusquement, renversant des masses de petits cailloux de diverses tailles, dans un craquement sourd. Les masses de pierre se repoussèrent les unes les autres, s'entrechoquant violemment, jusqu'à ce que l'effet de dominos soit si puissant qu'un immense rocher émerge du sol dans un craquement grave et assourdissant, s'abattant droit comme un vieux chêne que lon coupe sur le capitaine. Une telle masse rocheuse pouvait être difficilement esquivée de par sa taille, et parer un tel coup relevait de l'impossible, même pour un guerrier digne du rang de capitaine. Avec cette technique maitrisée depuis des années, Hijikata venait de poser le pied sur la première marcge vers le ciel, et de creuser la tombe en de la Soul Society, du moins le pensait-il sans prétention.
Quant au shinigami casqué, il avait l'honneur de reposer dans un tombeau de roche millénaire, mort pour l'accomplissement des desseins d'autrui. Il était généreux d'avoir donné sa vie pour cette cause. Hijikata ferma les yeux en baissant sa pression spirituelle.


-Merci, sieur capitaine. Votre mort n'aura pas été vaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ainsi débuta son règne [Hijikata vs Komamura]   Dim 10 Jan - 11:56

Son adversaire, malgré le revers qu'il venait d'encaisser, restait d'un calme impassible, les yeux à peine surpris de la rapidité de réaction du capitaine.
Voilà quelqu'un, semble-t-il, de fort étrange : tout d'abord, il se lance sans réfléchir à l'assaut de deux hommes, avant de se calmer immédiatement, probablement plus stupéfié encore par sa propre effronterie que par le coup qu'il venait de recevoir.
Komamura ne savait ce qui avait bien pu engendrer cet assaut irréfléchi, mais une chose était sûre : cet homme-là ne commettrait plus la même erreur...

Sur la défensive, le ronin, les yeux dans le vide, mis-clos, semblait se concentrer, vider son esprit de quelques troubles qui le hantaient, les sabres fermement maintenus.
Enfin, lorsqu'il se remit à regarder Komamura dans les yeux, il semblait à la fois plus sérieux, si cela était possible, et plus grave encore.

* Voilà un adversaire de valeur... *

Son flux de Reiatsu se mit alors à croître, lentement au début, puis de plus en plus rapidement. Effectivement, ce n'était pas un ennemi à prendre à la légère...
Tout à coup, alors que le colosse casqué s'attendait à se que le combat commence, il baissa respectueusement la tête, en signe de salut, et dit :


- " Je suis Hijikata Gentatsu, primiera Asta. J'ai ordre de vous tuer, veuillez m'en excuser. "

Que voilà un assassin prévenant !

Tout dans son attitude marquait un repect profond de son adversaire, comme si combattre était pour lui plus un devoir qu'un plaisir, un devoir à n'appliquer qu'en dernière nécessité.
Et cette vue-là des choses était entièrement partagée par Komamura qui, en retour, le salua lui aussi, se présentant de même :


- " Je suis Komamura Sajin, capitaine de la Septième Division. Sachez que mon devoir est de vous arrêter, et que je ferai tout pour cela. "

Un long silence s'en suivit, un silence qui voulait tout dire : un profond respect mutuel naissait entre les deux hommes.
Soudain, Hijikata tendit l'un de ses deux sabres vers le ciel et, tout à coup, l'enfonça profondément dans le sol, tout en annonçant, à mi-voix :


- " Broie la terre vers les cieux, Kokuzoku. "

La terre commença alors à frémir et, subitement, un séisme secoua la colline, séisme puissant, mais certainement pas assez pour faire basculer un guerrier aguéri tel Komamura.
Non, ce n'était pas l'attaque principale : celle-ci se préparait en ce moment même...
Tout à coup, de petites fissures commencèrent à apparaître tout autour du sabre planté dans le sol, accompagnés de nombreux gravillons qui, de plus en plus gros, jaillissant des entrailles de la terre, s'amassaient, et s'écoulaient lentement vers Komamura.
Soudain, un enorme rocher, faisant bien deux fois la taille du capitaine s'arracha littéralement du sol rocailleux, avant de dévaler à toute vitesse la distance qui séparait les deux ennemis.
Si près, impossible d'esquiver un pareil projectile, et il n'était certainement pas conseillé de tenter de trancher ce dernier...

Le rocher s'acrasa alors sur Komamura, soulevant un épais nuage de poussière beigeâtre, obstruant, du même coup, la vue du traître.
Tout à coup, une véritable volée de gravats jaillit des fumées s'écrasant, au hasard, à divers endroits, et, peut-être, sur Hijikata lui-même...

Immédiatement, à la suite de ce véritable déluge, Komamura, sabre à la main, sortit à son tour du nuage et, usant d'un rapide Shunpo, se téléporta juste devant le samuraï, lui assènant un coup de katana terrible.
Mais, à nouveau, là n'était pas "l'astuce" de l'attaque : à peine le serviteur d'Aizen avait-il essayé de parer ou d'esquiver que, déjà, Komamura faisait signe de lui donner un coup de son énorme poing :


- " Tenken ! "

Réalisant le même geste de le capitaine, un énorme poing en armue et désarmé apparut, s'écrasant vite et fort sur sa cible, espèrant, du même coup, en finir avec ce combat...
Immédiatement après avoir lancé son offensive, Komamura, sur ses gardes, et méfiant vis-à-vis du sable qui lui masquait maintenant la vue, fit quelques pas en arrière, le sabre en avant, prêt à contrer un nouvel assaut...


HRP : Un peu court, mais je pouvais pas faire mieux pour ce que j'avais à raconter ^^
Revenir en haut Aller en bas
Hijikata Gentatsu
Primiera Asta
avatar

Nombre de messages : 18
Age : 27
Date d'inscription : 25/01/2009

Feuille de personnage
Faction: Asta
Niveau:
29/40  (29/40)
Nom de l'arme: Kokuzoku

MessageSujet: Re: Ainsi débuta son règne [Hijikata vs Komamura]   Sam 16 Jan - 14:58

L'énorme rocher que la capacité de l'épée d'Hijikata avait mis en mouvement s'était abattu lourdement, élevant dans sa chute des nappes de fumée brunâtres et des gravillons de toutes tailles. La terre criait sa rage dans un grand craquement sourd qui s'éternisait le long de la faille que le premier coup du primiera avait creusée. Gentatsu saisit ses zanpakutos fermement, car, s'il avait vaincu cet honorable capitaine, il lui restait encore bien des ennemis, de part et d'autre de la colline, et il ne doutait pas que ceux qu'il devrait dès lors considérer comme ses alliés dans la quête du seigneur Aizen auraient sans doute besoin d'assistance. Cependant, il s'arrêta un instant. Il n'avait pas de remords, ce mot sonnant faux dans son esprit, comme il n'en avait jamais éprouvé, n'ayant jamais suivi que la voie qu'il jugeait la meilleure, mais il voulut rendre hommage à cet homme, le capitaine Komamura, qui avait semblé ressentir des sentiments similaires aux siens alors qu'ils servaient une cause différente. Hijikata ne pensait pas que cet homme eut raison, mais son état d'esprit et la droiture qu'il avait montrée avant de succomber au pouvoir dévastateur de son adversaire faisait prendre conscience au primiera qu'il restait, malgré les nombreux vices qui striaient les rues du Sereitei et chaque partie de cet endroit, un espoir, des gens encore capables de raisonner selon leur honneur et leur volonté, fidèles à leur devoir, quel qu'il soit. Il fallait accorder cela à ce guerrier qui n'avait pas fléchi devant lui. Humblement, il baissa les yeux et s'éloigna. Il allait quitter définitivement le caveau de pierre qu'il avait lui-même édifié quand un vacarme assourdissant derrière lui lui fit tourner doucement la tête. La roche se fendillait, et d'un coup, éclata. A cet instant, Hijikata fut saisi d'un doute qui ressemblait à la première forme de peur qu'il avait jamais connue : une forme sombre qui se mettait entre son devoir et lui, inquiétante, mais pas terrifiante. Cela pouvait être qualifié d'angoisse plus que d'effroi, mais Hijikata ne se laisserait pas abattre. Ces dernières semaines avaient été pleines de nouvelles choses plus choquantes et révoltantes que ce qu'il voyait s'élever devant ses yeux à l'instant.
Le capitaine Komamura n'était pas mort, loin de là. Le primiera se blâma d'avoir ainsi sous-estimé son ennemi, qui paraissait n'avoir pas souffert une seconde de l'assaut auquel le serviteur d'Aizen l'avait soumis.



.: Musique d'ambiance :.

Digne de sa position, le capitaine revenait à l'assaut, avec une vitesse que sa taille ne laissait pas deviner. Il asséna à son opposant un coup de sabre si féroce qu'Hijikata se vit forcé de l'esquiver de justesse en se projetant en arrière d'une pulsion des talons. Toujours en garde, il essaya de se stabiliser, mais l'enchainement du guerrier casqué l'avait déjà devancé : un gigantesque poing filait droit sur le combattant en guenilles. S'appuyant sur son premier katana qu'il enfonça vivement dans le sol, Gentatsu tenta une esquive brutale en se renversant sur le côté de toute sa masse, mais le formidable gant de métal le faucha dans son mouvement avec une vivacité ahurissante. Coupé dans son élan, Hijikata se vit brutalement repousser par ce qui semblait être la forme libérée de l'arme de l'ennemi. Sans avoir le temps de réaliser quoi que ce soit, il s'écrasa dans un grand fracas sur un rocher que sa première attaque avait soulevé un peu plus loin en marge du combat. Le choc fut si violent que l'homme sentit son corps pénétrer la pierre tranchante, alors que celle-ci volait en éclat. Grognant de douleur, le primiera traversa le roc d'un bout à l'autre avant d'être arrêté par un second pic plus solide, qui stoppa sa course net. Le souffle coupé, Hijikata se remit vivement debout en haletant. Il avait voltigé loin, mais il pouvait toujours distinguer la silhouette immense du capitaine qui se mouvait derrière le rideau de poussière qui avait accompagné l'assaut. Si Hijikata ne pouvait pas juger de la puissance relative des officiers, ne les ayant jamais vu se battre et ignorant tous les standards requis pour acquérir une position d'une telle importance, il savait cependant désormais que l'homme que le destin l'avait destiné à combattre était très fort. Pas de doute possible, gagner et tuer ce soldat de choc était l'unique solution pour terminer le conflit, d'autant plus qu'avec un obstacle de cet envergure abattu, la voie tracée par le seigneur Aizen vers le ciel ne serait que plus claire aux yeux de Gentatsu.
L'affrontement ne faisait que débuter, et la violence des premiers coups échangés témoignait d'une considération mutuelle sans faille, chacun donnant au premier abord le meilleur de lui-même. Sans se laisser dépasser, il fallait terrasser l'autre. Le primiera se renfrogna. Il ne souffrait plus de ses blessures, presque bénignes, mais son trouble intérieur était palpable quoiqu'impossible à deviner d'un regard sur son visage interdit. Actuellement, hypnotisé par un combat qu'il ne pouvait se permettre de perdre, il ne savait pas de quelle manière vaincre un ennemi qui n'avait même pas l'air de ressentir quelque malaise sous une pression spirituelle d'un telle intensité. Il avait bien sûr déjà affronté un ennemi qu'il n'aurait pu vaincre, mais alors il s'était décidé à mourir au combat, perdu dans les ténèbres. A présent, la lumière éclairait son chemin, et sa route sur ce chemin pavé de grandeur n'en était qu'à ses débuts, guidée dans ses pas par un oracle auquel il devait tout. La mort, sous un tel ciel, une telle voûte céleste au trône vide, ne pouvait plus être envisageable, sauf si elle pouvait permettre dans son dernier assaut de couronner Roi le seul qui en avait la prétention, l'étoffe, et le droit légitime. Ce n'était pas le cas pour le moment, pas encore. Le temps viendrait sans doute un jour, mais quand ils se serraient élevés, ou du moins quand le seigneur Aizen l'aurait fait.
Il fallait donc ruser, car offrir sa vie n'était pas permis à Hijikata. Le primiera n'attendit pas une seconde de plus. Combattre n'était pas une affaire de réflexion, mais de sensations. Seule célérité et dextérité primeraient, et tout stratagème était dans cet lutte inutile ainsi que voué à l'échec car pas éprouvé pleinement, bravant l'honneur à rebrousse poil. Le samurai sauta. Prpulsé par son énergie spirituelle débordante, les yeux brillant d'une flamme orangée, le premier Asta rassembla ses deux lames contre son buste musclé et, surplombant le terrain de plusieurs mètres de hauteur, il observa son adversaire, prêt à réagir au quart de tour. Le silence se fit, l'action latente alors que l'air se concentrait autour de l'homme avec un sifflement muet, donnant une impression étrange d'impulsion, comme si le guerrier aux deux sabres se préparait à imploser. Et soudain, la vague sonique éclata. Dans un bruit retentissant, Hijikata arriva derrière son adversaire. Il avait usé là de son meilleur shunpo, guidé par sa force spirituelle à son niveau maximum. Sans attendre, d'un mouvement de ses bras puissants, il dégagea ses épées de son buste en frappant deux coups croisés de haut en bas. La terre tremblait à chacun des assauts. Rude et violent, efficace. Afin de ne rien laisser au hasard, l'Asta tenta un nouveau bond afin de dépasser le colosse de son propre corps, et envoya deux nouveaux coups similaires, de bas en haut cette fois-ci, dans un mouvement inverse à celui qu'il venait d'exécuter. Son office donné, il tournoya en salto et se réceptionna sur ses jambes à quelques mètres de là, se préparant à la contre-attaque qui viendrait promptement. Hijikata rougit de honte alors. Il n'avait pas remarqué.


-Je vous prie de m'excuser de vous avoir sous-estimé. Je demande à nouveau votre pardon pour l'assaut que j'ai mené dans votre dos, mon élan m'y a poussé sans que je m'en rende compte.


Le premier asta se sentait mal à l'aise d'avoir porté tant de coups sans s'être rendu compte de l'insulte qu'il infligeait à un guerrier de valeur comme l'était le capitaine Komamura : si l'effet de surprise faisait partie des aléas du combat, une attaque si vile n'était digne que d'un couard et d'un paria sans honneur, qui n'offrait même pas à un ennemi honorable la satisfaction de mourir en regardant son meurtrier dans les yeux, libéré d'une lutte longue, trop longue pour des entités millénaires telles que l'étaient les deux shinigamis. La vie de cet au-delà était une guerre perpétuelle pour se trouver une raison de ne pas sombrer dans un désespoir trop profond ou létal. Et ça, Hijikata ne le savait que trop bien. Mais à présent, les yeux avaient reçu la vue. Son coeur avait été ouvert, son esprit avait été sorti de l'ignorance. Ce qu'il accomplirait, il le ferait dans un but plus noble que cette simple recherche de soi, cette sempiternelle survie. Il allait changer le destin de mondes entiers, par la force de son sabre, en servant un Dieu.

Spoiler:
 

Edit du Coyote : tu rigoles, j'espère... Ce Rp est magnifique. Tu retranscrit étonnamment bien le déroulement d'un combat. Je suis sous le charme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ainsi débuta son règne [Hijikata vs Komamura]   Dim 17 Jan - 10:52

Hijikata s'était relevé. Le coup qu'il avait encaissé, pourtant dévastateur, ne lui avait pas été fatal. Bien.
La double-attaque avait fonctiopnné à merveille : à peine le rônin avait-il évité le long sabre du capitaine que, pris dans son élan, dans l'incapacité d'esquiver à nouveau, il avait été brutalemment projeté à plusieurs mêtres de là, arrachant roches et pics au passage, tant avait été grande la puissance de l'impact avec le poing du géant.
Mais il s'était relevé, et c'était tant mieux : un combat entre deux âmes aussi attachées à l'honneur et au respect ne saurait se finir aussi rapidement.

Le regard que le samuraï jeta alors à Komamura lui apparut assez étrange : ce n'était ni un regard de haine, ni un regard terrifié.
Jamais le capitaine n'avait eu une telle impression vis à vis d'un adversaire depuis qu'il avait atteint ce rang : c'était un regard où se mêlaient, indécis, la surprise d'être tombé devant un ennemi aussi puissant, chose à laquelle il aurait pourtant dû s'attendre en décidant de s'attaquer à un officier, et le profond respect que cette force lui inspirait.
Tout indiquait qu'il avait mal mesuré la puissance de Komamura. Et, à présent, il venait de le payer.

Le shinigami observa longuement son opposant : il semblait intensémment versé dans l'art du sabre, comme l'indiquait son esquive efficace, quoique vaine, du premier assaut qu'il avait dû encaisser, et dans son exercice pratique.
Il ne commettrait plus une erreur pareille, Komamura en avait désormais acquis la certitude.

Tout à coup, Hijikata, rompant avec le silence et l'attention de mise depuis quelques secondes déjà, disparut soudain et, à peine une fraction de seconde plus tard, réapparut, les sabres croisés sur sa poitrine, pointes vers le haut, juste derrière Komamura, prêt à frapper.
Quelle traîtrise : alors que, une petite minute seulement avant, son air jurait à Komamura qu'il combattrait selon le code d'honneur de tout guerrier se respectant, voilà maintenant qu'il tentait de surprendre son adversaire par derrière et, profitant de la situation, de lui rendre le coup qu'il venait d'encaisser...
Le capitaine eut à peine le temps de se retourner que, déjà, les deux lames mortelles voltigaient à toute vitesse, droites et précises, en sa direction.
Bloquant alors immédiatement l'un des deux sabres du sien, il ne restait dés lors plus qu'une seule soliution à Komamura pour parer le second.
Un bruit creux accompagné d'un tintement métallique se fit alors entendre : alors que Hijikata pesait de toutes ses forces sur la défense d'acier de Komamura, ce dernier avait bloqué sa deuxième arme en interposant son casque, maintenant très fortement entaillé par l'attaque, et sa main gantée d'acier entre le rapace brillant et sa proie blanche...
Mais le serviteur d'Aizen savait se battre et, aussitôt après avoir échoué, rebondit en l'air, attérissant, à nouveau, dans le dos du shinigami et, une nouvelle fois, lui assènant un coup croisé de ses lames.
Cette fois-ci, mieux préparé face à la fourberie et à la vilennie,Komamura fit rempart, déviant, sans broncher, les deux sabres d'un revers du sien, les laissant à peine rayer la surface de son casque, déjà bien mal en point.
Les deux hommes se séparèrent immédiatement et, à peine avaient-ils posé pied à terre que, aussitôt, son teint paysan empourpré de honte, le samuraï, raide et visiblement gêné, baissa la tête en signe d'excuse : annonçant :


- " Je vous prie de m'excuser de vous avoir sous-estimé. Je demande à nouveau votre pardon pour l'assaut que j'ai mené dans votre dos, mon élan m'y a poussé sans que je m'en rende compte."

Il n'était donc pas si mauvais, juste maladroit et, probablement un peu décontenancé par les revers qu'il venait d'encaisser : sa seule et unique loi était donc bien celle du guerrier : suivre son maître dans l'honneur et la droiture.

Tout à coup, alors que les deux adversaires reprenaient position à quelques pas l'un de l'autre, la faille faite par Hijikata au masque de Komamura s'élargit et, aussitôt, tout un pan du couvre-chef se désagrégea, s'écroulant sur lui-même, en dizaine de fragments brisés.
La résonnance qu'avait infligé un coup si dur sur le casque du capitaine avait dû très sérieusement l'endommager.
Mais pourtant, ce n'était pas là le plus impressionant : en effet, à peine une partie du masque s'était-elle écroulée, que la surprise s'empara du regard de Hijikata : une oreille de loup, c'était bien ça !

Mais komamura, aspiré parl'idée qu'Aizen commettait quelque forfanterie dans son dos, n'y prêta même pas attention : il fallait en finir, une bonne fois pour toute.
C'est pourquoi, se détendant soudain, il tendit son sabre en avant et dit, à l'adresse du samuraï :


- " Ce fut un beau combat, honorable Hijikata. Je suis flatté et honoré d'avoir pu rencontrer un homme tel que vouis.
Mais, à présent, je dois y aller. Je vous prie de m'excuser...

Bankaï. Kokujo Tengen Myoo !"


Tout à coup, semblant s'élever de derrière la failaise même, un immense géant en armure, et armé d'un large lame à ses dimensions, apparut.
Komamura, levant haut son sabre, aussitôt imité en cela par le colosse, l'abatit alors soudain juste devant lui, dans les airs, suivi par son zanpakutoh qui, frappant de toutes ses forces, fit s'écraser son arme en direction du serviteur félon...


HRP : Bon, on est le 17, je suppose que l'on va être interrompu sous peu, je n'ai donc pas fait une attaque fort développée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ainsi débuta son règne [Hijikata vs Komamura]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ainsi débuta son règne [Hijikata vs Komamura]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le règne du feu [Dazh & Lou]
» Le règne du feu
» La fin d'un règne, le début d'un renouveau... [PV]
» Ainsi sera ta vie [PV Mistral Glacé]
» Frère... puis-je t'appeler ainsi? Tant de temps s'st écoulé..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Le RPG :: RPG :: Soul Society :: Colline du Soukyoku-
Sauter vers: