Bleach Le RPG

Forum RPG entièrement cadré sur l'univers du manga Bleach ! Venez incarner votre personnage préféré de la série, et surtout, amusez-vous !
 
AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le papillon du bonheur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le papillon du bonheur   Mer 10 Fév - 22:20

Umisuke:

Umisuke n'aurait pas pu mieux se sentir en cette journée ensoleillée. Il s'était pleinement rétabli de son combat avec le ryoka, même qu'il n'aurais pas pu être plus en forme. Il était aussi heureux d'avoir pu combattre au nom du Seireitei, même si il avait perdu. Il se leva de son lit pour regarder le magnifique décor par la fenêtre. Non seulement la vie, mais le paysage aussi appartient à ceux qui se lèvent tôt. Il sortit la tête par la fenêtre pour respirer l'air pur, et une goutte de rosée vint se poser sur son nez. La journée lui souhaitait un bon matin. Il alla dans son garde-robe prendre son habit habituel et l'enfila rapidement. Pas une seule seconde, à perdre, il fallait profiter au maximum de la journée. Il ne prit même pas le temps de déjeuner, il se dirigea directement vers l'extérieur pour une grande marche matinale. En marchant, il rencontra une jolie demoiselle qui elle aussi avait décidée de faire un peu d'exercices en ce merveilleux matin. Le soleil passant à travers sa chevelure blonde donnait l'impression que la fille portait le soleil sur sa tête. Peut-être pas la plus belle, pensa Umisuke, mais belle tout de même. Il lui adresa un beau bonjour et lui proposa de continuer leur marche ensemble. Elle accepta. Sur le chemin, Umisuke sortit ses meilleurs blagues, blagues de bons goût évidemment, pour impressionner la fille. Depuis sa mort et donc son arrivée à Soul Society, il ne s'était pas vraiment intéressé aux femmes, après tout, on ne pouvait pas vraiment savoir quel âge elles avaient, puisque l'apparence changeais peu avec l'âge. Cela dit aujourd'hui semblait une bonne journée pour commencer. Il fit rire la jeune fille, à moins que ce soit la vieille fille, à maintes reprises. par contre, après un moment, elle dut quitter, car son tour de garde allait commencer.

Umisuke alla terminer sa marche dans un forêt du Rukongai. Les marches parmi les arbres sont toujours les meilleures, pensa Umisuke. Il vit soudain un papillon sur un rose, juste sur le bord de la route. Il s'assit prêt de la fleur et observa l'étrange créature. Celle ci semblait être en train de boire le contenu de la fleur avec une paille, et les dessins sur ses ailes étaient de vraie oeuvres d'art. Après quelques secondes, le papillon retira la paille de la fleur et s'apprêta à partir, mais Umisuke le captura dans ses mains avant qu'il en ai la chance. Il s'était dit qu'une telle créature pourrait sûrement rendre sa petite chambre plus vivante et heureuse, alors il avait l'intention de la ramenée avec lui. Il pourrait lui amené des fleurs chaque jour pour qu'il ne meurt pas de faim. Umisuke se leva et semblait maintenant encore plus joyeux. Il décida de se retourner tout de suite vers sa chambre. Il aurait voulu en se moment plaisanter avec quelqu'un, mais il ne connaissait pas encore beaucoup de gens à Seireitei puisqu'il venait de devenir shinigami ou presque. C'est alors qu'il aperçut, dans un bar du Rukongai, une shinigami assise au comptoir.

Umisuke ne s'attendait pas à voir un autre shinigami dans un bar du Rukongai, aussitôt le matin, et encore moins que ce soit une fille. Encore plus étonnant, elle n'avait pas de verre et ne semblait pas saoul. À quoi bon être dans un bar si on ne boit pas ? Avec ses cheveux noirs, sa tenue déchirée qui laissait paraître ses épaules, cette fille semblait vraiment étrange. Évidemment, Umisuke décida donc d'aller la rejoindre dans le bar, malgré le fait qu'il avait encore le papillon dans ses mains. Il s'assis au comptoir, juste à côté de la jeune femme, libéra une de ses mains en gardant le papillon dans l'autre, et commanda du saké à l'homme derrière le comptoir. Jamais assez tôt pour le saké, pensa Umisuke. Il prit une gorgée, et se retourna finalement vers la fille, avec la ferme intention de lui parler.


"Alors, vous ne buvez rien, jolie demoiselle ?"

La réponse allait le surprendre...
Revenir en haut Aller en bas
Umisuke
Modérateur | 4ème siège de la 9ème division
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 23
Date d'inscription : 30/12/2009

Feuille de personnage
Faction: 8ème division
Niveau:
20/40  (20/40)
Nom de l'arme: Tsukai Korosu

MessageSujet: Re: Le papillon du bonheur   Jeu 11 Fév - 0:32

Mazeru Kuro:


Mazeru Kuro n'aurait pu se sentir plus mal en cette journée ensoleillée. Au moins le réconfort du plancher lui remontait le moral. Quoi de mieux qu'une plancher dur et inhospitalier pour dormir. Pourquoi dormir dans un lit douillait et confortable ? Pourquoi ne pas prendre retraite tout de suite, tant qu'à faire ? Le manque d'originalité la choquait. Comme presque tout en ce monde...fade et ordinaire. Elle quitta son plancher à regret pour découvrir un magnifique paysage devant ses yeux. Merde. Pourquoi il fallait qu'il fasse soleil ? Un belle journée ? Merde, merde, merde! Elle détestait ces journée. Le monde se levant tôt, de bonne humeur, toujours souriant, prenant une marche de santé en profitant de la belle journée, placotant joyeusement avec ses pairs. Beaucoup trop fade! Et cela manquait singulièrement de chaos! Elle se demanda qu'est-ce qu'il arriverait à cette pauvre tèrre, si les gens comme elle n'étaient pas là pour pimenter le décors. Le temps qu'elle réfléchisse à toute ces choses, elle s'était mis à se frapper presque inconsciemment avec la garde de son épée adoré, Tsukai Kon'Ran'. Voilà qui lui remontait le moral. Quoi de mieux que commencer la journée en se gâtant un peu ? Elle parti donc vers le rue en étant presque de bonne humeur. Le soleil lui tapait sur les nerfs. Pourquoi le soleil lui même avait l'air de bonne humeur ? Le moral déjà dans le négatif de Mazeru, descendis encore plus. Il lui faudrait un peu de chaos pour le faire remonter. À cette seule pensée le moral de Mazeru remonta un peu. Après avoir déambulé à la poursuite des ennuis, Mazeru s'était retrouvé dans le Rukongai. Un quartier mal famée. Elle sourit, un bagarre avait éclaté à sa gauche, des mâles blessé et mourant se tenait à sa gauche. Voilà qui était bien. Du Rukongai et de la Soul Society, Mazeru aimait bien mieux le Rukongai.


Après avoir marché un bout, Mazeru était tombé sur un quartier relativement calme, donc ennuyant. En plus, elle commençait en à avoir vraiment marre du soleil qui plombait sur ses épaules nus. Elle décida donc à contre-coeur d'arrêter dans une taverne. Elle était mieux que les tavernes dont la plus part des gens avait l'habitude. Sombre et lugubre...et heureusement il ne semblait pas y avoir beaucoup de gens appartenant à la gente masculine. Elle s'assit au bar et attendis, regardant le comptoir.


- Hey, si tu ne consomme pas, tu vas devoir sortir.

C'était ce stupide tavernier. Il ne voyait donc pas qu'elle était un shinigami ? On les laissaient tranquille...d'habitude. Mais c'était un gars, donc normal qu'il n'ait pas reconnu un habit de shinigami à peine modifié...imbécile.


- Tu es peut-être trop idiot pour le voir, mais je suis une shinigami. Alors fou moi la paie, tu veut ?

Il se retourna en grommelant. Dommage qu'il n'ait pas rechigné...elle aurait pu l'emmener en arrière et le tuer. Elle s'était sans doute montré trop polie. Alors qu'elle allait retomber dans une torpeur, un rayon de soleil vint l'éclairer. Elle se retourna brièvement pour apercevoir un shinigami. Un gars. Elle se retourna en serrant les poings. Merde. Et pour boucler le tout, il vint s'asseoir juste à côté de Mazeru, il semblait décidé à lui adresser la parole. Elle serra les poings, elle se sentait comme une bombe à retardement qui pourrait exploser à tout instant. Elle détourna les yeux vers la gauche, ou était assis Umisuke. Elle aperçu un papillon, délicatement tenu dans la mains d'Umisuke. Il était magnifique. Mazeru eut un petit sourire en coin, le temps de se rappeler quelle créature infecte tenait la chose. Elle le prit des mains d'Umisuke en évitant soigneusement tout contact physique. Il était vraiment magnifique.


"Alors, vous ne buvez rien, jolie demoiselle ?"


Cette seul phrase la mit en colère. Espèce inférieur. Vermine. Comment osait-il lui adresser la parole. Elle serra un poing du plus fort qu'elle put.


"Je ne suis pas comme vous, espèce inférieure, je n'ai pas besoin de boire pour avoir du plaisir."


Elle avait jeté cette phrase d'un ton cinglant. Puis elle siffla entre ces dents à peine assez fort pour qu'Umisuke ne l'entende.


"Fou moi la paix"


Si il n'aurait pas apporté ce papillons, il serait déjà mort. Il ne faut pas dérangé Mazeru lorsqu'elle n'est pas de bonne humeur. C'est à dire presque jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le papillon du bonheur   Ven 12 Fév - 5:01

Spoiler:
 

Umisuke :

La réponse fut froide, encore plus, elle fut vulgaire.

"Je ne suis pas comme vous, espèce inférieure, je n'ai pas besoin de boire pour avoir du plaisir."

Tout le contraire de ce qu'Umisuke s'attendait. Un véritable contraste entre la fille de tantôt et celle-ci. Pourquoi une telle réponse, avait-il fait quelque chose de mal ? Non, bien évidemment, il avait à peine eu le temps de parler. Mais alors, quel était son problème à cette fille ?

"Fou-moi la paix !"

La première pensée d'Umisuke fut de faire exactement comme elle avait dit, mais deux choses le retenait. De un, il n'avait pas fini son saké, et il n'y a rien de pire que de gaspiller du saké aussitôt d'une si belle journée. De deux, il n'avait plus son papillon dans la main. Il ne l'avait pas remarquer, mais la jeune femme l'avait prit de force alors qu'il prenait sa gorgée. Il eu peur qu'elle l'écrase sur le champs, mais étrangement, le papillon était encore intact sur la main de l'inconnue, même qu'elle semblait l'apprécier. Ouf, pensa Umisuke, je ne l'ai pas encore perdu, mais là, va falloir le récupérer. Il n'était plus question de quitter maintenant, et Umisuke allait devoir user de son charme et de son sens de l'humour pour apprivoiser la fille. Sa bouche était assez pâteuse. Il prit alors une autre gorgée de la délicieuse liqueur sous l'oeil presque violent de la fille, prit une grande respiration, et ré-ouvrit la bouche.

"Pourtant, vous ne semblez pas avoir beaucoup de plaisir en ce moment, belle demoiselle. Essayer le saké, vous allez voir, ça va vous requinquer. Écoutez, je ne peux pas vous ignorer comme cela. Vous m'avez prit mon papillon, et j'ignore toujours votre nom. Mon nom à moi est Umisuke, et je suis heureux *heureux, c'est relatif, pensa Umisuke* de faire la connaissance d'un si jolie visage *jolie visage peut-être, mais le reste du corps ne vaut peut-être pas la peine que je m'attarde sur cette fille*!"

Presque immédiatement, Umisuke fini d'une traite son saké. Il avait clairement le sentiment qu'il en aurait besoin. Comment une journée si magnifiquement commencée pouvait se transformé en ce genre de moment ? Umisuke l'ignorait, mais il aurait bien aimé le savoir. Il essai de s'intéresser à la gente féminine, et il reçoit ce genre de réponse. Vraiment, les femmes de Seireitei ne sont pas comme celle du monde réel. Peut-être aurait-il été mieux de suivre la femme de ce matin pour son tour de garde. Le propriétaire de l'établissement, de son côté, semblait bien amusé par notre échange. Pour couronner le tout, la femme gardait toujours le papillon. Moi qui avait eu une si bonne idée de l'amené dans ma chambre. Non, vraiment, pas question de lui laisser, je veux mon papillon de bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Umisuke
Modérateur | 4ème siège de la 9ème division
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 23
Date d'inscription : 30/12/2009

Feuille de personnage
Faction: 8ème division
Niveau:
20/40  (20/40)
Nom de l'arme: Tsukai Korosu

MessageSujet: Re: Le papillon du bonheur   Ven 12 Fév - 7:06

Mazeru Kuro:

Mazeru regarda le papillon intensément, dans l'intention de se calmer. Mais en vain. Elle ne pouvait ignorait l'énergumène qui se trouvait juste à côté. Il y avait comme quelque chose qui s'en dégageait. Un genre d'aura sympathique. Enfin, sympathique, pour quelqu'un d'autre qu'elle. Au contraire, elle trouvait cela agaçant et lui tapait sur les nerfs. Au moins avait-il décider de l'ignorer, du moins, pour le moment. Il semblait pensif. Son expression changea et Mazeru crût qu'il allait parler, mais avant il prit une gorgé de sake.

"Pourtant, vous ne semblez pas avoir beaucoup de plaisir en ce moment, belle demoiselle."

Quelle perspicacité...comment avoir du plaisir avec un imbécile de ce genre, pensa Mazeru.


" Essayer le saké, vous allez voir, ça va vous requinquer."

Ça requinquerais seulement un idiot de la pire espèce,pensa encore mazeru.

" Écoutez, je ne peux pas vous ignorer comme cela. Vous m'avez prit mon papillon, et j'ignore toujours votre nom. "

*Quoi ? Il ne peut m'ignorer comme cela ? Pourquoi pas ? Son papillon ? Possessif, en plus d'être stupide. Et si il croit que je vais lui donner mon nom, il se met le doigt dans l'œil.*

"Mon nom à moi est Umisuke, et je suis heureux *Un imbécile comme lui peut-il être malheureux ?* de faire la connaissance d'un si jolie visage. *Tient, il parle de mon visage, quel surprise. C'est un pervers subtile au moins. Et puis quel arrière pensé peut-il bien avoir pour lui.*"

Ou-mis-sous-quai fini son sake d'une traite comme un ivrogne. Mazeru eut un frisson de dégout et de colère. Elle n'avait pas l'intention de de lui donner son nom, mais le papillon battant paisiblement des ailes sous ses yeux l'adoucit assez pour lui permettre d'articuler une phrase avec un minimum d'injure à l'encontre de ce babouin rampant sous évolué.

"Regarde Ou-mis-sous-quai, pas question que je te donne mon nom, pas question que je te donne se papillon. Pas question que j'enlève mes vêtements devant une larve de votre genre qui peut entretenir une conversation intellectuelle avec un caillou puisque vous avez environ le même quotient intellectuelle. Mazeru commençait à s'échauffer tout en parlant. Donc, emmène toi un baril de sake, prend t'es cliques et t'es claques et fou le camps d'ici. "

Mazeru avait jeté la dernière phrase presque en criant. Puis elle eu un éclaire de génie.

"Non, mieux que ca, je fou le camps. Reste ici dans le noir à te saouler la gueule et à draguer des petites...et surtout, ne me suis pas!"

Mazeru se leva en bousculant volontairement Umisuke et sortit de la taverne d'un pas rapide. Une fois à l'extérieur elle sauta sur le toit et partit d'un Shunpo dans la profonde forêt qui entourait une partie de Rukongai. Qu'il essai de la suivre. Même si elle ne doutait pas que ce résidu d'ordure, ou de son équivalence en Q.I allait essayer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le papillon du bonheur   Sam 13 Fév - 4:41

Umisuke :

Ce que le saké est bon dans ce genre de moments. La jeune femme, dont Umisuke ignorait toujours le nom, frissonnait maintenant. C'est que la température avait descendue d'un cran subitement. Il pensait pendant un court instant à la réchauffer pour être galant, mais ce n'était pas une bonne idée. Décidément, plaire aux femmes était devenu très difficile à Seireitei. Par contre, il en faut plus que ça pour décourager Umisuke, il y a toujours un moyen d'avoir le meilleur d'une situation. Maintenant, il n'attendait qu'une chose, que la demoiselle lui réponde. Justement...

"Regarde Ou-mis-sous-quai, pas question que je te donne mon nom, pas question que je te donne ce papillon. Pas question que j'enlève mes vêtements devant une larve de votre genre qui peut entretenir une conversation intellectuelle avec un caillou puisque vous avez environ le même quotient intellectuelle. Donc, emmène toi un baril de saké, prend tes cliques et tes claques et fou le camp d'ici. "

Étonnant, c'était peu dire. Umisuke avait bien fait de finir son saké, var même sans liquide dans la bouche, il s'était étouffé, difficile de voir ce que l'effet aurait pu être avec le saké. Tout de suite, il commanda d'autre saké au propriétaire, qui lui riait aux larmes. Il lui fallait essayer de comprendre tout ce qu'il avait été dit, alors il décortiqua tout ce qui avait été dit le plus rapidement possible.

*De un, pourquoi est-ce qu'elle prononce toutes les syllabes de mon nom aussi distinctivement. C'est Umisuke mon nom, tout d'un coup, pas Ou-mis-sous-quai. Ensuite, ce n'est qu'un nom, pourquoi ne pas me le donner. Sérieusement, je peux bien l'appeler Sakura si je veux, ça changera quoi ? Ensuite, pourquoi elle tient autant à MON papillon ? Enlever ses vêtements, quoi ? Jamais je n'ai penser à ça depuis que je l'ai vu. Bon, c'est vrai que j'ai regarder avec "attention" son corps, mais je ne l'ai pas imaginé nue. Une larve, et qui parle avec des cailloux en plus. Bon, elle a tout de même un sens de l'humour, c'est assez comique comme image. Cliques et claques, vraiment, une expression aussi vieille, trop drôle. J'ai le goût de lire, mais je vais me retenir. Et ce qu'elle cri fort.*

Évidemment, Umisuke pensa à tout cela très rapidement. De toute cette pensée, il retira une seule chose : cette jeune femme était malheureuse, mais elle n'était qu'à un pas du bonheur.

"Non, mieux que ca, je fou le camps. Reste ici dans le noir à te saouler la gueule et à draguer des petites...et surtout, ne me suis pas!"

Ne pas la suivre, n'importe quoi. Bien sûr qu'Umisuke allait la suivre. Pas pour la draguer, même pour récupérer son papillon. Il y avait maintenant beaucoup plus que ça. Le papillon du bonheur, c'était maintenant Umisuke. Le bonheur est toujours tout prêt. Il faut simplement aller le chercher en étirant le bras. Par contre, la demoiselle ne semblait pas vouloir étendre le bras, il fallait donc à Umisuke de pousser le bonheur vers elle. Il finit d'une traite le saké, paya le propriétaire, et suivit la jeune femme.


Dernière édition par Mazeru Kuro le Lun 15 Fév - 23:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Umisuke
Modérateur | 4ème siège de la 9ème division
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 23
Date d'inscription : 30/12/2009

Feuille de personnage
Faction: 8ème division
Niveau:
20/40  (20/40)
Nom de l'arme: Tsukai Korosu

MessageSujet: Re: Le papillon du bonheur   Dim 14 Fév - 4:09

Mazeru:

Mazeru courait à toute vitesse dans les bois. Évitant les arbres de justesse. Un shunpo par ci, un par là. Tout était flou, son instant la guidait plus que ses yeux. Après deux minutes de course effréné dans les bois, elle se retourna pour apercevoir l'andouille qui la poursuivait. Pourquoi ne pouvait-il pas lâcher prise ? Était-il trop stupide ? Quel intérêt à la suivre ? En tout cas, elle ne pourrait courir éternellement. Elle accéléra jusqu'à déboucher dans une brève clairière. Une clairière parfaitement ronde, entourant par des arbres gigantesques. Très haut. Le soleil arrivait à percer à travers la forêt pour illuminer la clairière, lui donnant un aspect de compte de fée. Un endroit parfait pour en finir. Cet andouille l'avait fait poiroter et suffisamment mit en colère pour mériter sa punition.

Mazeru serra son zanpakutoh adoré dans sa mains puis marcha jusqu'à l'autre extrémité de la clairière avant de se retourner pour que le condamné voit son bourreau avant sa mort. Le temps n'était plus à la rigolade. Elle lâcha le papillon. Il prit son envol vers le soleil. Volant majestueusement dans le faisceau de soleil qui descendait du ciel, donnant un aspect irréel à la scène. Puis Mazeru prononça la phrase qu'elle aimait tant.

-Aoru, Tsukai Kon'Ran'.


Sa lame se ramollit et s'allongeât jusqu'à devenir un fouet en cuir de deux mètre cinquante. Mazeru fit claquer le fouet, faisant crée une explosion de petite ampleur dans l'air. Son ennemie devait savoir qu'elle était sérieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le papillon du bonheur   Lun 15 Fév - 4:21

Umisuke :

Umisuke essaya de ne pas se faire voir tout de suite, il voulait voir ce que la jeune femme ferait. Il fallait mieux la connaître un peu pour savoir comment l'aider après tout. Il la suivit en essayant de se faire silencieux, mais le saké avait sûrement commencé à faire son effet, parce que la fille n'eut aucune difficulté à le voir derrière elle. Le saké c'est bon, mais faut croire qu'après trois coupes de ce merveilleux breuvage, les mouvements sont moins bons. Dans tous les cas, la poursuivie se sauvait maintenant en faisant plusieurs shunpo de suite. Umisuke se dit qu'en ce matin là, remplit de saké, le shunpo n'était pas conseillé. Malgré tout, il était sur le point de ne plus avoir de pistes, fallait y aller. Au premier shunpo, il manqua la branche d'arbre sur lequel il voulait atterrir, mais se rattrapa de façon merveilleuse. Il attrapa de son bras droit la branche d'en dessous, pivota autour de celle-ci pour se balancer vers l'avant. Il ne put s'empêcher de se féliciter tout haut de son bon coup. Ce n'était pas tout les jours qu'il réussissait à faire de telle pirouettes. Le reste de la poursuite se passa sans anicroches. Après quelques temps, celle dont Umisuke ignorait toujours le nom s'arrêta dans une petite clairière. Elle se dirigea vers son centre, alors qu'Umisuke se tint à l'orée.

"Aoru, Tsukai Kon'Ran'."

La lame du zanpakutoh, que la femme avait retiré en un quart de seconde, devint un fouet. Une autre chose qu'Umisuke ne voyait pas souvent, la transformation d'un zanpakutoh en shikai. S'il n'avait pas été la cible de cette attaque, il aurait sûrement apprécié la beauté du fouet claquant dans les airs. Était-ce des explosions qu'il croyait voir ? Peu importe au fond, parce qu'il avait maintenant deux yeux injectés de sang pointés sur lui, la situation se corsait.

"Attent, je ne te veux pas de mal, je veux juste t'aider. Tu semblais si seule, j'ai cru que tu avais besoin de quelqu'un..."

Umisuke prononça ces mots tout en se doutant qu'ils n'aient que très peu d'effet. Il ne voulait tout de même pas en venir à se battre. Il s'était promis, devant son comparse de la deuxième division, qu'il utiliserait son arme qu'en dernier recours. Le tissu bloquant son zanpakutoh était là pour le prouvé. Cependant, la femme devant lui n'allait pas y aller de main morte, il le sentait. Plus rien à faire d'autre que d'attendre la tempête venir et de tenter de la contenir, au pire de l'éviter.


Dernière édition par Mazeru Kuro le Lun 15 Fév - 23:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Umisuke
Modérateur | 4ème siège de la 9ème division
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 23
Date d'inscription : 30/12/2009

Feuille de personnage
Faction: 8ème division
Niveau:
20/40  (20/40)
Nom de l'arme: Tsukai Korosu

MessageSujet: Re: Le papillon du bonheur   Lun 15 Fév - 6:05

Mazeru Kuro:

Mazeru se délectait de l'explosion dans l'air. Elle adorait son zanpakutoh. Autant au niveau de la forme, du pouvoir, ou du zanpakutoh lui même. Elle n'aurait pu rêver mieux. Elle lança un dernier regard au papillon, avant qu'il ne sois hors de vue. Mazeru reporta son attention sur la misérable petite créature, il semblait douteux, voir embarrassé.


"Attent, je ne te veux pas de mal, je veux juste t'aider. Tu semblais si seule, j'ai cru que tu avais besoin de quelqu'un..."


Il avait prononcé ces paroles d'un ton septique. Sois il ne disait pas la vérité. Sois il se doutait que sa phrase serait sans effet. Et il aurait raison. "Moi avoir besoin de quelqu'un ? Seulement de Gin-sama, et personne d'autre. Vouloir m'aider ? Je n'ai besoin de l'aide de personne, pensa Mazeru"Mazeru cru aussi remarquer que le zanpakutoh de l'abrutis était enveloppé dans un drap, ou une toile. Vraiment un imbécile. Il serait facile à tuer. Et puis le chiffre sur le bras gauche de Mazeru ne lui plaisait guère. Il était temps de faire du changement.

-Tu crois pouvoir m'aider ? Tu crois que j'ai besoin d'aide !? Je suis très bien seul.


Elle se propulsa vers Umisuke, le bras en arrière, trainant son long fouet derrière elle. Puis d'un grand mouvement circulaire du bras elle abattis son fouet droit vers la position d'Umisuke. Puis elle fit un "360°" le bras en avant. Une attaque dévastatrice d'une grande envergure. Le bras, plus le 2,50 mètres du fouet. Ou était passé cet enfoiré ? Il était tant qu'il paie.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le papillon du bonheur   Mar 16 Fév - 4:27

Spoiler:
 

Umisuke :

"Tu crois pouvoir m'aider ? Tu crois que j'ai besoin d'aide !? Je suis très bien seul."

Bien sûr qu'Umisuke voulait l'aider. Quoi d'autre voudrait-il faire, à la suivre comme ça jusque dans une petite clairière... Euh... ouais, faut dire que la situation était louche. En gros, Umisuke s'était mis dans de beaux draps. Vouloir aider quelqu'un n'était toujours pas à son avantage. Il essai de protéger Seireitei, et se fait tabasser par un rouquin. Il essai de tenir compagnie à une fille, et elle se retourne contre lui. Vraiment, la chance n'était pas de son bord aujourd'hui, et il aurait dû rester coucher ce matin. Quoi que, la journée avait bien commencée, avec la belle shinigami de ce matin et le papillon, et elle n'était pas perdue. Il se demanda justement où était rendu le papillon. Bah, peu importe, Umisuke se dit qu'il ne fallait jamais désespérer trop tôt. Il allait s'en sortir, et ce, sans même utiliser son zanpakutoh. Et puis, la jeune femme fonça tête baissée vers Umisuke, le fouet trainant derrière elle. Trop tard pour les regrets, trop tard pour les belles pensées.

"Non, arrête !"

Umisuke évita le premier coup qui tomba du ciel sur lui en se tournant vers la gauche. Il se dit qu'avec des coups aussi prévisibles, il n'allait pas avoir de difficultés à les éviter. Il avait malheureusement penser trop tôt, car un coup horizontal suivit tout de suite après, et celui là n'était pas prévu. À la dernière seconde, il sauta, en espérant passer par dessus, mais le fouet s'agrippa à son pied. Il sentit son pied brûler sous la flamme de l'explosion juste avant de s'écrouler face contre terre. La douleur était terrible, mais Umisuke ne perdit pas une seule seconde. Il roula sur lui-même pour feindre de s'éloigner de la femme, mais fit en fait un shunpo pour arriver directement derrière la fille pour lui empoigner les bras et donc l'empêcher de continuer son attaque.

"En tout cas, je ne connais pas encore ton nom, mais je crois que je vais t'appeler Sex-Bomb, parce que tu es vraiment pas mal explosive. Bon, trêve de plaisanterie, faut arrêter de se battre là, ça ne sert à rien sérieusement de m'attaquer de la sorte, je ne te veux pas de mal..."

Umisuke n'eut pas le temps de finir sa phrase

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Umisuke
Modérateur | 4ème siège de la 9ème division
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 23
Date d'inscription : 30/12/2009

Feuille de personnage
Faction: 8ème division
Niveau:
20/40  (20/40)
Nom de l'arme: Tsukai Korosu

MessageSujet: Re: Le papillon du bonheur   Mar 16 Fév - 5:02

Mazeru Kuro:



Touché! Mazeru avait sentit le fouet entré en collision avait quelque chose, puis l'explosion qui s'en suivit. Puis Mazeru essaya de regarder sa cible, mais elle n'était plus là, elle leva le bras pour se donner un violent coups sur le ventre, mais quelque chose arrêta son mouvement. Une mains sur son bras. Elle était encore plus en colère, même si la mains était passablement douce, ce contact la répugnait.

"En tout cas, je ne connais pas encore ton nom, mais je crois que je vais t'appeler Sex-Bomb, parce que tu es vraiment pas mal explosive. Bon, trêve de plaisanterie, faut arrêter de se battre là, ça ne sert à rien sérieusement de m'attaquer de la sorte, je ne te veux pas de mal..."


Mazeru décida d'ignorer la plaisanterie. À la fois de mauvais gout, et puis, pas drôle du tout et très vaseuse. C'était quoi cette blague ? Il le fait exprès pour être imbécile ? Et puis le reste n'était guère mieux...Trêve de plaisanterie ? Elle avait l'air de plaisanter ? Non mais. Il ne lui veut aucun mal...il semblerait que sa notion de mal ou de bien sois déréglé au plus haut point.

Avant qu'il ne continue à dire des conneries, Mazeru lui asséna un grand coup de talon, sur les orteils d'Umisuke. Dégagea son bras en donnant un coup de coude sur son menton. Elle pivota pour se retrouver dans son dos et passa son bras droit sur le cou d'Umisuke puis serra avec son autre bras pour lui faire une sorte de clé.

"J'ai l'air de plaisanter ? C'est toi la plaisanterie. Et que tu me veuille du bien ou du mal, j'en ai rien à foutre, l'important, c'est que moi je te veuille du mal.


Puis elle relâcha son étranglement puis asséna un coup de coude derrière le crane d'Umisuke dans le but de l'assommé. Puis elle leva sa jambe puis lui asséner un coups dans le dos avec son talon. Puis elle abattit son fouet avec toute la force dont elle le pouvait. C,était le coups qui mettrait fin au jour d'Umisuke.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le papillon du bonheur   Jeu 18 Fév - 5:18

Un coup de talon sur les orteils. Évidemment, elle avait plusieurs manière de se libérer d'Umisuke, mais Sex-bomb avait choisi la manière la plus douloureuse. Umisuke voulut prendre son pied pour masser ses orteils qui venait de doubler en taille, mais il n'eut pas le temps. Déjà, un coude se dirigeait vers son menton. Le choc aurait pu briser sa machoire, mais Umisuke réussit à arrêter le coup avec sa main en lâchant le bras de celle qu'il essayait d'aider. Il cru avoir enfin le temps de soulager ses malheureux orteils, quand deux bras vinrent coincé son coup en une habile clé. De l'air, il lui fallait de l'air. Déjà les coups lui avaient coupé le souffle, il avait maintenant perdu celui-ci. IL tenta d'arracher les membres qui resserraient leur prise, sans succès.

"J'ai l'air de plaisanter ? C'est toi la plaisanterie. Et que tu me veuille du bien ou du mal, j'en ai rien à foutre, l'important, c'est que moi je te veuille du mal."

Après ces mots, Sex-bomb, lâcha Umisuke, et lui donna un coup de coude derrière le crâne. Heureusement pour lui, la jeune femme avait très mal visé, et avait frappé la partie la plus solide de l'arrière du crâne. Si elle avait frappé plus au niveau du coup, Umisuke aurait pu en mourir sur le coup. Puis, il passa à un cheveux de se faire frappé dans le dos également, mais le coup sur le crâne l'avait propulsé trop loin. La fille avait mal calculer son coup, encore une fois. Il était tout de même bien sonné, et le choc au sol fut plutôt brutal. Il en fut maintenant sûr, la jeune femme y allait pour le tuer. Il en était malheureusement arrivé là. Il dut faire un bond en arrière rapidement, car Sex-bomb tenta de le frapper avec son fouet. L'atterrissage fut raté, et Umisuke se retrouva encore au sol, car son crâne était encore en état de choc. Des bouts de terre lui arrivèrent au visage, car le contact du fouet avait créer une explosion assez imposante. Pas de temps à perdre, Umisuke fit une roulade arrière pour se retrouver sur ses pieds.

"Désolé, mais tu ne me laisse plus le choix, je vais devoir t'immobiliser définitivement, et que tu le veuilles où non, je t'aiderai. Que veux-tu, je suis trop gentil."

À la fin de son petit speech, Umisuke fit un shunpo derrière un arbre, qui lui même était derrière la femme. "Hado no Sanjuichi, Shakka Ho !" La boule de feu fracassa l'arbre, et celui-ci dirigea sa descente directement vers la jeune femme. "Bakudo no Ichi, Sai !" Umisuke tenta ainsi d'immobiliser la jeune femme, pour que l'arbre lui tombe dessus et qu'elle tombe dans les pommes. Ne restait plus qu'à voir si ça allait marché.
Revenir en haut Aller en bas
Umisuke
Modérateur | 4ème siège de la 9ème division
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 23
Date d'inscription : 30/12/2009

Feuille de personnage
Faction: 8ème division
Niveau:
20/40  (20/40)
Nom de l'arme: Tsukai Korosu

MessageSujet: Re: Le papillon du bonheur   Mar 23 Fév - 21:16

Mazeru Kuro:



Tout ne s'était pas passé comme prévu. Le coups de fouet de Mazeru avait raté, et donc Umisuke vivait toujours. Mazeru reçu tout un tas de terre durcis sur les jambes, résultat des explosions.



"Désolé, mais tu ne me laisse plus le choix, je vais devoir t'immobiliser définitivement, et que tu le veuilles où non, je t'aiderai. Que veux-tu, je suis trop gentil."

Et avec ca elle essayait de trouver Umisuke des yeux. Mais la poussière s'était levé et elle n'y arrivait pas. Mais si elle n'aurait pas été si aveuglé par la colère, elle aurait pu apercevoir une forme indistincte traversé le brouillard. Mais la colère et la frénésie du combat l'emportait sur son raisonnement logique.

"M'immobiliser ? Dit-elle dans un moment de colère, Tu crois pouvoir faire cela ? Tu va aller croupir en enfer!"

Après cette brève provocation trivial et inutile, elle se mordit la lèvre jusqu'au sang.


"Hado no Sanjuichi, Shakka Ho !"


Après cette phrase, une explosion retentit.

"Saloperie, du Kido, pensa Mazeru"

Puis elle se retourna en trombe pour voir un arbre commencer à tomber lentement vers elle, en faisant des bruits de craquement intense.Elle allait se tasser mais non.

"Bakudo no Ichi, Sai !"

Si elle aurait eu la moindre notion de kido, même minime, elle aurait eut le temps de briser ce sort de bas niveau facilement, et éviter l'arbre. Mais ce n'était pas le cas. Après avoir essayé la force brute, son dernier reflex fut de libérer du Reiatsu, mauvaise idée, puisque cela pourrait attirer du monde, mais au moins elle n'était plus prit dans le Kido. Mais après tout ce temps, l'arbre était sur elle. Moyennement gros, mais tout de même assez pour l'assommer. Comme dernier reflex, elle balança son fouet sur l'arbre mais ce fut insuffisant. Tout ce qui arriva, ce fut des éclats d'écorce dans le figure, elle du fermé les yeux pi ne pas en avoir plein les yeux. Certains se plantèrent avec assez de violence pour lui faire des entailles. Puis...le noir. Après une impact, Mazeru s'était retrouvé entre le sol et l'arbre. Ses oreilles cillaient. Elle avait la bouche et les mains moitent. Et de plus, son fouet était coincé entre l'arbre et son ventre. Créant de petite explosion à intervalle régulier. Elles avaient déjà déchirer une partie de son linge et endommager sa peau. Si elle n'était pas secouru rapidement, elle pourrait y passer d'un hémorragie interne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le papillon du bonheur   Mer 24 Fév - 6:52

Umisuke :

Il avait réussit, peut-être même un peu trop bien réussit. L'arbre s'était écroulé sur Sex-bomb, et elle ne bougeait plus. L'arbre était finalement plus lourd que prévu, et Umisuke devait vite faire quelque chose sinon elle allait mourir sous le poids. Il s'assura qu'elle était bien tombé inconsciente, puis il souleva, en utilisant une force assez énorme tout de même, l'arbre qui était sur la jeune femme. Dire qu'au départ il voulait seulement lui parlait, il l'avait maintenant salement amoché. Umisuke prit enfin le temps de masser ses pauvres orteils. qui criaient de douleur. Il sorti son pied de ses sandales, et essaya de faire retrouver sa taille normale à ses orteils, en remarquant par la même occasion les traces de brûlures laissées par le fouet explosifs. Tout ça pour aider une seule personne, et qui ne le voulait même pas qui plus est. Vraiment, Umisuke se considérait comme l'incarnation même de la bonté, ou, à peu près en tout cas.

Bon, que pouvait-il faire maintenant ? Sex-bomb avait tout de même essayé de le tuer, quelque chose d'assez grave, voir proche de la trahison. Évidemment, les circonstances peut-être louches atténuaient l'affront. Umisuke pourrait quand même l'amené en cours pour sa trahison. Non, il fallait faire autre chose, Il fallait l'aider, comme il s'était dit au départ. N'empêche qu'en la laissant comme ça, elle l'attaquerait sûrement au réveil. Il prit alors des morceaux de linge déchiré pour attacher les bras de la jeune femme derrière son dos, ainsi que ses pieds. Il put enfin réfléchir à la manière de l'aider. Évidemment, il allait être difficile de convaincre une fille aussi aussi arrêtée sur ses idées. Bon, et puis, Umisuke était juste mieux d'attendre qu'elle se réveille et de voir quoi dire rendu là. Cette technique marcherait mieux avec un peu de saké à portée de main, mais bon, peu importe, faudra faire sans. Umisuke s'assit donc aux côtés de Sex-bomb, en massant toujours son pied. Quand elle se réveilla, Umisuke n'attendit même pas qu'elle essai de briser ses liens, il parla tout de suite.


"Bon, enfin réveillée. Avant que tu explose, comme la bombe que tu es, je veux que tu m'écoutes. En attaquant les gens comme ça et en évitant les gens qui cherchent simplement à devenir tes amis, tu vas avoir plusieurs problèmes, te retrouvée seule et peut-être même être arrêtée. Quoi que, si tu es arrêtée, tu vas être contente en prison puisque tu vas être seule. Maintenant, je veux essayer de t'aider à mieux agir, je peux te donner des trucs pour aborder les gens si tu veux. Si tu ne veux pas, je vais simplement partir et te laisser là, et tu peux d'ailleurs te compter chanceux que je ne t'arrête pas tout de suite. C'est bien parce que je t'aime bien et que je me suis peut-être fait mal comprendre. Alors, veux-tu que je t'aide ?"
Revenir en haut Aller en bas
Umisuke
Modérateur | 4ème siège de la 9ème division
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 23
Date d'inscription : 30/12/2009

Feuille de personnage
Faction: 8ème division
Niveau:
20/40  (20/40)
Nom de l'arme: Tsukai Korosu

MessageSujet: Re: Le papillon du bonheur   Jeu 8 Avr - 6:57

Mazeru Kuro ~

Mazeru était à moitié consciente, comme lorsqu'on est sur le point de se réveillé. Elle n'était pas sur de ce qui arrivais. Elle avait le visage d'un homme en tête. Un jeune homme au cheveux noir. Cela faisait plusieurs minute que cette image persistait dans sa tête. Elle était maintenant en colère. Un colère qui la ramena à elle petit à petit. Lorsque la douleur revint elle se redevint consciente à cent pour cent en une fraction de seconde. Tout lui revint. La poursuite, le combat... l'arbre. Elle tourna ses yeux injecté de sang vers cet être qu'elle détestait tant. Il était toujours là. Il était calmement assis. Il était sur le point de parler. Que faire d'autre que l'écouter ?

"Bon, enfin réveillée. Avant que tu explose, comme la bombe que tu es, je veux que tu m'écoutes. En attaquant les gens comme ça et en évitant les gens qui cherchent simplement à devenir tes amis, tu vas avoir plusieurs problèmes, te retrouvée seule et peut-être même être arrêtée. Quoi que, si tu es arrêtée, tu vas être contente en prison puisque tu vas être seule. Maintenant, je veux essayer de t'aider à mieux agir, je peux te donner des trucs pour aborder les gens si tu veux. Si tu ne veux pas."

Mazeru avait à moitié compris cette partie la. Elle était trop en colère. Elle avait compris seulement une des dernières phrase.

"Des trucs pour aborder des gens ? Il est stupide, j'ai l'air de vouloir aborder des gens ?"

Elle ne comprenait pas comment Umisuke résonnait. Il aurait du voir ce qui arrivait lorsqu'elle était aborder par d'autre gens.


"Je vais simplement partir et te laisser là, et tu peux d'ailleurs te compter chanceux que je ne t'arrête pas tout de suite. C'est bien parce que je t'aime bien et que je me suis peut-être fait mal comprendre. Alors, veux-tu que je t'aide ?"

Mazeru était sidéré par la stupidité des hommes. Aucuns n'étaient comme son Gin-sama. Aucuns n'étaient aussi malin et intelligent. Tous des cons.

"Il m'aime bien ? Cette seul phrase est un affront, une provocation, même un insulte. Et il croit qu'après tout ca, je veux de l'aide ?"

La stupidité de ce gars la mit tellement en colère qu'elle laissa échapper un grand coup de Reiatsu. Au moment ou ses yeux s'injectèrent de sang, une terrible vague de reiatsu parcourut un partie du Rukongai. Les shinigamis avertis l'avait très surement senti jusque dans la soul society. Mais pour le moment Mazeru était trop en colère pour se rendre compte de ce que cela pourrait provoquer. Pour le moment elle ne faisait que contracter son corps au maximum. Et les liens de fortune étaient malmené. Sur le point de lâcher...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le papillon du bonheur   Ven 16 Avr - 21:59

Umisuke :

Quoi faire maintenant. Elle n'écoutait pas, ne voulait pas écouter et n'écouterait jamais. Vraiment, que pouvait-il essayer d'autre ? Seulement à parler, il avait réussit à mettre Sex-bomb très en colère. Était-ce sa magnifique voix qui avait autant de pouvoir, ou seulement qu'elle n'avait vraiment aucunes patience, au point où elle ne pouvait endurer quoi que ce soit ? Il hésita à lui demander à personne, mais se dit que ça ne ferait que l'enrager encore plus, si cela pouvait être possible. En effet, la jeune femme contractait tous les muscles possibles de contracter pour se libérer, et sérieusement, elle allait réussir d'une seconde à l'autre.

"Il m'aime bien ? Cette seul phrase est un affront, une provocation, même un insulte. Et il croit qu'après tout ca, je veux de l'aide ?"

Que faire, se sauver ? Sûrement pas, ce serait seulement être une proie pourchassée par un prédateur... euh, prédatrice plutôt violente. Vite, plus de temps, plus de temps. Puis, quelque chose de simple vint à l'esprit d'Umisuke, même que de ne pas y avoir pensé avant lui donna l'impression d'être plutôt ridicule. Il sauta sur le corps qui se tendait dans tous les sens au sol et se mit à... la chatouiller !!! Voilà de quoi lui laisser le temps de réfléchir... et d'accrocher enfin un sourire au terne visage, bien malgré elle. D'ailleurs, il chatouilla un peu partout, pour s'assurer de trouver l'endroit le plus sensible aux doigts, projetant ainsi le plus possible d'influx nerveux faire le cerveau, et ainsi, l'hilarité. Umisuke se dit d'ailleurs, car il avait bien le temps de penser à autre chose en ce moment, qu'il était possible de mourir de rire. Du moins, c'est ce qu'il avait lu dans un magasine du monde réel. Apparemment, si le cerveau reçoit autant d'influx trop longtemps, il se déconnecte automatiquement. Quelle belle mort tout de même, mourir de rire. Il pensa d'ailleurs, pendant seulement une fraction de seconde, qu'il pourrait offrir cette mort à la femme, attachée comme elle est, elle ne pourrait sûrement pas faire grand chose. Mais, bon, Umisuke était un trop bon gars, alors il n'aurait pas pu faire cela, même si il l'avait vraiment voulu. Bon, aller, faire quelque chose de constructif... Mais quoi ? Ah, tiens, pourquoi pas.

"Alors, c'est ma voix mélodieuse qui vous met dans cet état, ou vous avez ce caractère de cochon à longueur d'année ?"

Pourquoi pas le demander après tout...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le papillon du bonheur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le papillon du bonheur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Le bonheur est comme un papillon : il vole sans jamais regarder en arrière. ? »
» SOS Refuge "Aux Bonheur des 4 Pattes"
» La cuisine du bonheur
» Le papillon des étoiles
» Scott 17 mois croisé teckel/papillon (06) Nice

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Le RPG :: Colisée :: Skinchangers-
Sauter vers: