Bleach Le RPG

Forum RPG entièrement cadré sur l'univers du manga Bleach ! Venez incarner votre personnage préféré de la série, et surtout, amusez-vous !
 
AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Amano Lyl [40%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Amano Lyl [40%]   Lun 19 Avr - 20:45

Présentation de (Amano Lyl)


* Personnage en bref :


_Nom : Amano
_Prénom : Lyl
_Age : une petite vingtaine en apparence
_Race & rang : Shinigami éxilée/ Larbin/âme damnée de Gin
_Aspirations :
_Craintes : Faillir à sa tâche et par dessus tout ne plus être utile à son maître.
_Manies :

* Personnage en détails :

De taille moyenne, pour une fille, mais petit pour son âge Lyl est svelte elle mesure entre 1m60 et 1m70. Cependant les courbes de la jeune femme n’en reste pas moins généreuses.
A première vue, Lyl semble être une jeune femme insignifiante et adorable. Pour cause, l’expression maussade et enjôleuse à la fois de son visage fait qu’on lui dirait " amène " à tous ses caprices.
Un joli visage ovale aux traits doux, une peau blanche et nette, de fines lèvres rosées et un petit nez bien dessiné. Lyl a les yeux verts, son regard semble trahir une certaine tristesse enfouie dans le cœur de la jeune femme. On peut dire que Lyl est une jeune femme charmante.

Pour ce qui est de la coiffure, on peut la juger inhabituelle. Pour cause en plus d’être roses, ses cheveux sont fins et ébouriffés un peu partout formant des épis, ce qui accentue son air enfantin. Ces derniers cascadent dans son dos. Une frange inégale lui tombe sur le front encadrant son visage. La jeune femme semble être sans arrêt en guerre contre ses cheveux, elle leur livre une guerre sans merci. Pour luter contre ses épis, Lyl les attache à l’aide de fines barrettes.

Elle porte des boucles d’oreilles bleues en cristal représentant le yang d’environs trois centimètre de longueur et un centimètre de largeur. De paire avec les boucles d’oreilles Lyl porte un pendentif assorti en quelque sorte. Également bleu et en cristal l’objet est suspendu à une chaîne en argent. Souvenirs des merveilles de la terre.

Coté vestimentaire, Lyl arbore une robe blanche, semblable à toutes celles des femmes du Hueco Mundo. Légèrement décolleté au niveau de la poitrine sans pour autant être vulgaire. Sa robe s’arrête bien au dessus des genoux. Elle a pour habitude de porter son Zanpakutô dans l’une de ses mains lors de ses déplacements.

_Description psychologique : (7 lignes minimum)
Qui n’a jamais rêvé d’un pantin qui vous serrait dévoué corps et âme ? Lyl a vendu son âme à la Fourberie depuis longtemps à présent. Âme damnée d’Ichimaru Gin, Lyl est entièrement docile à celui-ci, et se démène comme un diable pour satisfaire ses moindres désirs quels qu’ils soient. La jeune femme est totalement dénuée de bon sens, le bien le mal, où est la différence ? Elle a oublié la signification de ces deux mots depuis des années à présent.
Tentant toujours d’être irréprochable, Lyl passe son temps à observer les moindres faits et geste de son maître.

C’est une personne intelligente et très observatrice. Éprouvant une admiration ambiguë envers son maître, Lyl est très protectrice envers celui-ci. Légèrement impulsive en ce qui concerne ce dernier.
Calme, intentionnée disciplinée, elle également très respectueuse envers son supérieur. Elle n’est pas susceptible et ne semble pas être dénuée d’humour.
Lyl n’aspire à rien si ce n’est satisfaire son maître.

Pour ce qui est de ses rapports social avec les autres, Lyl n’a pas de tact et n’hésite pas à faire part de ses mécontentements.

Niveau combat, Lyl ne manque pas de courage, elle n’a pas froid aux yeux. Considérant la mort comme un chemin qu’il nous faut tous prendre un jour, la mort lui est insensible.
Cette indifférence fait que la jeune femme n’hésiterait pas a donné sa vie pour sauver son maître.
Insouciante ou téméraire, Lyl ne perd que rarement son sang froid dans les situations les plus critiques.
Plutôt calculatrice, elle est du genre à réfléchir à deux fois avant de se lancer dans une situation.
Lyl est extrêmement curieuse, espionner les autres et surtout son maître est pour elle tout à fait normal; vaut mieux être trop informé que pas assez. De plus, la jeune femme semble être ambidextre et dotée d’une dextérité qui ne demanderait qu’à être exploitée au combat.
Pour ce qui est du reste, des bonnes choses de la vie, Lyl aime énormément les sucreries et la nourriture en général. Un vrai glouton. Elle est loin d’être pudique.
Bien qu’elle soit toujours en train de se plaindre ou de commenter les futilités auxquelles s’adonnent les humains, Lyl aime se rendre sur Terre.

_Passé et présent de votre personnage :

J’ai toujours cru que je serrais terrassée par la maladie, j’avais tord.

Que dire si ce n’est que je fus dés mon plus jeune âge attiré par la médecine et la science. Comprendre le fonctionnement de l’organisme humain et animal, connaître l’anatomie humaine. Me plonger pendant des heures dans des bouquins scientifiques, même si je n'y comprenais rien, c'était au delà de ma curiosité, une passion.
Mélanger un produit B avec un produit A pour obtenir une solution X. La plus part du temps, je dois l’avoué, mes mélanges n’étaient autres que de la terre et de l’eau. Mais ! En laissant sécher le tout j’avais découvert que ça tenait plus longtemps et que ça me faciliterait la tâche pour mes châteaux de sable. Il m'arrivait même de me prendre pour un médecin en soignant les petites bestioles qui venaient à croiser mon chemin. Blessées ou non je me devais de les examiner sous toutes les coutures, les disséquer pour observer leur fonctionnement et comparer avec des livres d'anatomie humaine.

Si j’aimais autant la nature, découvrir et percer les secrets qui nous entourent, ce n’était pas par simple curiosité. En effet, ces passions n’étaient pas venues comme ça du jour au lendemain, non. Elles ont toujours été là, pour cause dés ma naissance je fus atteinte d’une maladie inconnue à l’époque et mortelle, le tout soutenue par de l’asthme. Je vivais avec sans m'en plaindre, c'était devenu mon quotidien. Chaque jour me tuait, chaque effort me rapprochait de la mort. C’est cette maladie qui éveilla en moi ces curiosités qui se transformèrent en passions, la médecine et la science, en y réfléchissant bien, ils sont tout deux liés. A l’époque, en m’y intéressant je pensais pouvoir comprendre, connaître et peut être même résoudre ce qui me rongeait. Bien évidemment, toutes ces questions étaient resté sans réponse, pourtant je ne m'en désintéressais pas.


Parce que toute histoire à un commencement…voici la mienne

Élevée dans un amour inébranlable, j’étais très proche de mes parents. Je fus le dernier enfant de la famille Lawliet. Mon père était natif d'un pays anglo-saxon, ma mère asiatique. Le mélange des deux avait fait que mes cheveux étaient bruns et mes yeux verts et un teint matte. Un mélange assez intéressant. Au départ, après mon frère devait s'en suivre deux, voire trois autres enfants. Cependant, lorsque mes parents apprirent que j’étais malade et que le temps m’était compté, ils décidèrent de se concentrer uniquement sur moi. De plus, ils ne voulaient pas infliger un tel sort à un autre enfant, aucun d'eux ne comprenaient qui était titulaire de mon mal.
Issue d’un milieu bourgeois on m’inculqua rapidement le bon savoir vivre que je n’eu aucun mal à retranscrire. En aucun cas je fus pourrie gâtée ou traitée comme une mourante. Au contraire, ils me traitèrent comme un enfant normal, me punissant comme ils l’avaient fait pour Shin, mon grand frère. La seule différence fut l’école, mon état physique ne me permettait pas de rester des heurs assise ou bien de suivre le rythme, tout simplement. Je suivais des cours particulier avec un professeur fort sympathique. Ma croissance ne fut pas altérée, en revanche j'étais un peu trop mince, une minceur légèrement inquiétante. On m'interdisait bon nombre de sports de peur que je me brise un os !

Shin, était un soldat au service de son pays, ses absences étaient longues et nombreuses. Quant à mes parents, ils étaient tout deux retraités. Que dire de plus si c’était une vie et une famille de rêve. Comme toutes les bonnes choses ont une fin, le rêve prit fin quelque temps après mes huit ans.
Le jour de mes huit ans, Shin revint à la maison après une longue absence. Il avait obtenu quelques jours de vacances et par chance ça tombait pil le jour de mon anniversaire. J'étais beaucoup attachée à lui, le voir ici était un peu comme un cadeau. Aujourd’hui il était là, rien que pour moi, rien que pour fêter mon anniversaire, tels étaient ses mots.
A genoux sur ma chaise, penchée sur mon gâteau, je m’apprêtais à souffler mes bougies sous les regards attendris de ma famille. C’est alors que Shin me suggéra de faire un vœu. Un vœu...J'en avais tellement, je réfléchissais à un moyen de tous les concentrer en un. Ne sachant comment tourner ça, je l’ai regardé d’un air renfrogné. J’ai ensuite reporté mon attention sur le gâteau, j’ai fermé les yeux avant de souffler mes huit bougies croisant mes mains sur ma poitrine. Vous vous demandez quel fût mon vœu ? C’est tout simple, que pouvait souhaiter une gamine de huit ans si ce n’était prolonger ce genre de moment à jamais ? Je n’étais pas original, simplement attachée à ma famille. Je voulais en profiter, profité de ces moments tant que je le pouvais.

Quelques semaines précédant mon anniversaire s’en suivit ma disparition.
J’avais passé plusieurs jours dans un hôpital pour y faire des examens. D’après les médecins mon état se stabilisait de plus en plus. Bonne nouvelle non ? Quand je suis rentrée chez moi, je me suis empressée à l’instar de mes parents, comme à mon habitude, d’aller jouer dans un parc non loin de chez moi. Celui-ci comprenait toboggans, balançoires et tout un tas de jeux du même genre. Un vrais paradis. Comme la plupart des jours d’écoles, il n’y avait personne à l’air de jeu. Ce qui fut une chance car mes rapports sociables étaient très mauvais. Si, par malheur, le toboggan était occupé, c’est sans gêne que je faisais fuir ses occupants pour y prendre place. Disons que j'étais particulièrement agressive.

Une mort prèmaturée.

Alors que jouais tranquillement, sans me préoccupais de l’inquiétude que j’avais encore dû crée à mes parents. Quelque chose, comme un pressentiment me fit tourner la tête, un bruit, une présence, quelque chose me surveillait. Prise soudainement d’angoisse, l’asthme entra en scène rendant compliqué ma respiration. Je descendis du jeu que j'occupais pour m'assoir et retrouver mon calme. Ce genre de crise était devenu une habitude, j'arrivais à les contrôler la plupart du temps.
Soudain une chose me frôla pour ensuite me propulser quelques mètres plus loin. Après avoir roulé sur le sol ma chute prit fin lorsque je heurtai un objet, sûrement un des jeux. Là je sentis mon cœur faire un bond, je ne mis pas plus de deux secondes avant de ne me relever et hurler comme un démon. L'adrénaline était tellement élevée que je ne ressentais encore aucune douleur. Comme prise d’une crise d’hystérie je courais dans tous les sens jusqu’à ce que mon corps fût de plus bel étendu sur le sol. Cette fois plus moyen de bouger, je fus prise d’une crise d’asthme due à la peur. Alors que je sentais la vie peu à peu me quitter mon cœur loupait des battements.
C’est alors que sans même sentir la moindre chose je fus expulsée de mon corps. Je me suis retrouvée près de la balançoire alors que quelques secondes avant j’étais allongée plus loin, paralysée, avec de nombreuses fractures. Tout était allé si vite, si... irrationnel.

Me sentant soudainement plus légère et en pleine santé, je me suis relevée intriguée par ce changement subit d’état. Quand je me suis retournée j’ai vu un monstre gigantesque et tout noir, masqué. Au lieu de restée plantée là tétanisée, je me suis mise à hurler à nouveau. Je me suis retournée, pris mes jambes à mon cou. J'entendis des pas derrière moi puis plus rien, sans me retourner, je regagner ma maison à toute vitesse empruntant des ruelles étroites. J'eus une pensée pour mes parents, je les revoyais m'interdire ces raccourcis "lugubres". Tant pis, j'étais poursuivie par un truc bizarre pas le temps pour la morale.
Enfin, j'arrivais chez moi, je tendis la main, en hurlant à m'en époumoner, alors que je m'appétais à empoigner la poignée je perdis l'équilibre et traversai la porte. Je me retournai pour examiner celle-ci, persuadée de l'avoir traverser sans l'ouvrir. Je baissais les yeux et remarquais que mes jambes étaient translucides, j'observais alors mes mains et remarquais que l'intégralité de mon corps l'était. Une nouvelle crise d'angoisse me fit sangloter, je me relevais pour allé voir ma mère. Cette dernière sortit à l'intersection de la cuisine et du salon, elle me traversa, telle un fantôme je rôdais dans la maison afin que ma présence soit détectée. En vain, j'étais bel et bien un fantôme, je traversais les murs ne pouvant interférer avec les objets qui m'entouraient.
Quand mes parents s'aperçurent de mon absence, ils commencèrent à s'affoler. Après avoir passé en vue la maison et ses alentours, ils se rendirent au parc et trouvèrent mon corps inanimé.

Les suivants ma mort étaient tous emplies de tristesse, aussi bien pour moi que pour ma famille. Ne comprenant pas pourquoi je restais sur Terre, je retournais souvent là où j'avais perdu la vie. A prèsent ma plus grande crainte était de resté ainsi pour l'éternité. Il me fallait trouver le repos eternel, si celui-ci existait.
Alors que je trainais aux alentours d'un lac, un monstre noir fit à nouveau son apparition. Persuadée que lui seul pouvait me faire disparaître une bonne fois pour toute de ce monde j'allais à sa rencontre. La chose était bien plus grosse que la dernière fois, son masque était également différent. Je compris alors qu'il y en avait d'autres et conclu qu'ils étaient des "mangeurs de fantômes".
J’eu tout juste le temps de faire deux pas puis bim, je vis tout noir puis perdis l’équilibre. Une fois de plus, tout était allé si vite, je venais de me cogner sur une personne vêtue de noir. Sans même daigner me regarder, l’inconnu brandit une épée et réduisit le monstre à l’état de poussière. Les yeux écarquillés, je fixais droit devant moi, après quelques secondes d’absence je me suis relevée avant de ne les gronder pour avoir tué mon unique "sortie". Une fois sa tâche assurée, l'homme se tourna vers moi en rengainant son sabre. Je restais passive, depuis ma mort je n'avais jamais été aussi molle, aussi peu intéressée. L'inconnu approcha la garde de son sabre vers moi et posa sa main sur mon épaule. Comme si ce contacte physique m'avait fais sortir de ce néant je retrouvais espoir, ravie qu'on puisse me toucher. Je sanglotais, je balbutiais lui demandant ce qui m'arrivait. L'homme me rassura avant de ne poser le bout de la garde de son sabre sur mon front. J'eus une impression de légèreté puis plus rien...

Un nouveau monde

Deux années s’étaient écoulées depuis ma mort. Après l’incident je fus emmenée dans un endroit appelé la Soul Society. En quelque sorte j’en avais conclu que c’était le paradis. Cependant je n’y avais pas retrouvé mes parents comme je l’imaginais, ou quiconque d’autre de ma famille. Mais je n’étais plus malade, mon corps était pour la première fois en bonne santé, je respirais normalement, j'avais même prit du poids. Je vivais dans un orphelinat. Ici la vie était différente, on nous inculquait des règles bien étranges. Les shinigamis étaient la référence, ils étaient sans arrêts évoqués. Ma tutrice n’avait que ce mot à la bouche. Pour ma part je restais indifférente. C’étaient une bande de frimeurs qui faisaient parfois mal leur boulot, d'où ma mort. C'était mon impression, ma conclusion. Je ne voulais pas accepter une quelconque justification pour ce retard. Bien que ce monde parallèle me paraissait étranges, tout comme ma mort, je ne me posais pas de question, j’avais d’autres trucs en tête. D’autres trucs comme ma famille, la tristesse qu’ils devaient éprouver. Je les imaginais se démener pour savoir ce qui s'était passé. Cette idée me brisait le cœur, c'est pourquoi j'avais tiré un trait sur mon ancienne vie mais n'avais pas encore eu le déclic d'aller de l'avant.

Quand j’eus l’âge approprié et la motivation requise j’entrai à l’école des shinigamis passant outre mon ressentiment. J’étais passé à autre chose, j'avais accepté ce nouveau monde, ce retard. Après tout, je ne pouvais pas leur demandé la lune, j’avais été tué, mais on m’avait épargné d’errer sur Terre dans une solitude extrême. Et ça, je ne l’oubliais pas, je voulais moi aussi aider les autres. Je voulais libérer les âmes errantes présentes sur Terre. N’ayant pas abandonné l’espoir de revoir un jour mes parents, cette solution, devenir un shinigami, me semblait être la meilleure. De plus, je voulais devenir médecin, un shinigami médecin.
A présent j’étais reconnaissante, en quelques sortes, d’avoir perdu la vie ce jour-là. Je ne souffrais plus, ma seule peine était d’avoir perdu mes parents, mais je savais qu’en devenant un shinigami haut placé je pourrais les revoir. J’ai donc travaillé dur dans ce but là et afin de devenir un shinigami.
Toutefois, l’école des shinigamis n’avait rien à voir avec l’école sur Terre. J’appris énormément de chose sur ce nouveau monde, notamment sur ce qui m’avait tué ; les Hollows.
Le combat, c’était l’une des "matières" que je détestais le plus. A quoi bon se taper dessus ? Pour s’entraîner à casser du Hollow certes, mais ce n’était pas ma tasse de thé. La science, la médecine, voilà ce qui m’intéressait. Je trouvais rapidement un intérêt pour les cours de Kidô. Plutôt douée dans ce domaine, j'abandonnais l'idée de développer un pouvoir avec les fameux Zanpakutoh. Ma maîtrise du sabre était quelconque, celle des arts martiaux médiocre. De toute évidence, je ne ferrais pas une bonne combattante, cette idée m'indifférait totalement.
Repensant sans arrêt à ma vie en tant qu’humaine, je fus chagrinée de ne pas pouvoir devenir une grande scientifique, et surtout de ne pas pouvoir me payer une maison au bord de la mer. Ben oui, mes parents disaient toujours qu’il fallait travailler dur à l’école pour obtenir ce que l’on voulait. Pensez-vous que le diplôme de shinigami me permettrait de me pay…ne nous égarons pas. Tant de questions inutiles et bêtes trottaient dans ma tête.


Nouveau départ.

Quelques temps après mon entrée à l’académie, j’entendis parler d’un homme qui cherchait par tous les moyens de contrôler de nombreuses techniques.
Tentant, tant bien que mal de me renseigner sur les travaux de cet homme, Tessai, je pris une décision qui changea ma vie en tant que Shinigami.
Pourquoi maîtriser l’unique pouvoir que nous confère notre Zanpakutô ?
Je décidais de suivre, en quelque sorte, les traces de ce Tessai et vers la Nécromancie à mon tour.
J’avais enfin trouvé ma voix, je pouvais ainsi m’intéressais à la science et la médecine. Mais ma curiosité ne s’arrêta pas là, je voulais aller plus loin.
Mon talent dans le domaine de la nécromancie ne faisait qu’augmenter. Le temps passait tandis que je m’améliorais. A présent j’étais devenue un shinigami bien gradé et compétent.
Mais, ma petite vie en tant que bon shinigami devenait de plus en plus lassant jour après jour.
Encore jeune à l’époque, je fis la rencontre d’un certain Aizen. Mon innocence toucha énormément l’homme, d’une certaine manière je fus pris d’admiration pour cet homme. J'enviais jalousement un petit garçon au sourire irritant qu'il avait prit sous son aile. Ainsi, je me démenais pour devenir une nécromancienne de haut niveau pour un jour moi aussi capter l'intention de quelqu'un.


Les années passèrent, j'avais obtenu mon diplôme mais pas de place au seins d'une des Divisions du Gotei. Je restais simple shinigami nécromancien. Je passais mon temps dans des laboratoires, tentant de développer de nouveaux sorts. Je fis même la connaissance d'un, grand homme d'après moi, Kurotshu Mayuri. Un scientifique, fou d'après certains, pour ma part c'était devenu l'un de mes exemples. Le fait qu'il fut enfermé pendant un certains temps attisé encore plus mon intérêt pour cet homme. J'avais trouvé un nouvel objectif ; intégrer sa division. Cette opportunité s'offrit à moi quelques années plus tard. Bien que mon statut ne fût pas très élevé, il m'arrivait de travailler avec lui. J'en profitais pour lui soutirer des connaissances.
Ce petit train de vie me plaisait, cependant, je m'en lassais vite.


Nouvel objetcif.

Du jour au lendemain je voulais évolué. Mes missions sur Terre étaient toujours les mêmes, j'étais tombé dans le cercle appelé ; routine. Si ennuyeuse. Ma curiosité avait prit du galon, il me fallait la satisfaire. Il y avait tout un tas de techniques interdites qui m'intéressaient, tout un tas d'interdictions alléchantes. Pour une nécromancienne en soif de savoir, c'était devenu difficile à gérer. N'ayant aucune envie de finir comme ce cher Mayuri ou Urahara, je m'abstenais, refoulant mes envies, mes ambitions.
Je restais donc dans mon coin à broyé du noir en attendant un nouveau déclic.

Lorsqu’Aizen quitta la Soul Society, je vis une autre voie s’offrir à moi dans sa trahison, telle une révélation. Je l’enviais. Mes ambitions et surtout ma lassitude me rendaient instable. Je savais Aizen en possession de nombreuses techniques interdites.
Les jours suivant son départ, je me remettais sans arrêts en question. Je revoyais la position des shinigami, réfléchissais sur ce qu’étaient réellement les shinigamis. N’étaient-ce pas nous, shinigamis, les meurtriers dans l’histoire ? Nous donnions la mort à des êtres emplis de tristesse et solitude. Pourquoi interdire des techniques ?
C’est ainsi que j’abandonnais l’idée du bien et du mal, en me voilant la face. Plus tard, j'entendis parlé du Hueco Mundo , un autre monde parralléle où Aizen avait établis son refuge, son régne. C'est à ce moment là que j'eus le déclic qui bouleversa ma vie de shinigami. Le Hueco Mundo était devenu mon issue. Je savais qu'en y allant je serrais libre de développer toutes sortes de choses farfellues.
En fait j’ignorais tout de cet endroit si ce n’est qu’il y avait des Hollows. Des Hollows en liberté, personne pour les tuer. Pourquoi ne pouvions-nous pas les emmener là bas au lieu de les tuer ? Des questions faibles et futiles, tous les moyens étaient bons pour me motiver à quitter le Sereitei. Je cherchais une échappatoire, une nouvelle vie. Il me fallait changer de voie. Mes ambitions étaient si grandes que j'admettais l'idée de trahir les shinigamis pour ma propre cause. Aizen devait être quelqu'un de très intéressant pour emporter avec lui quelques personnes... Une nouvelle opportunité vit le jour lors d’une mission sur Terre.

La trahison.

Lors d’un raide sur Terre, je fus dépêchée sur celle-ci à cause de manque d'effectifs afin de combattre la menace. Aizen passait à l’action, il envoya ce jour là certains de ses hommes.
Cette rencontre, pour moi était un signe du Destin. Le Hueco Mundo, je voulais m’y rendre par tous les moyens possibles.
Je commis donc l’irréparable. Isolée avec un de mes supérieurs, nous combattions un ennemi. Cet être m'obnubilait tant que je ne pouvais me résoudre à le combattre. De plus, il était mon ticket pour passer du côté obscure... Ainsi je mettais très peu d’ardeur dans ce combat. Pour tout vous dire j’attendais la mort de mon supérieur afin de pouvoir m’entretenir avec l’ennemi. Je me tenais en retrait afin de pouvoir lancer mes sorts. Mon supérieur n'avait pas les capacités requises pour combattre cet être, cette nouvelle menace.
Agacée par la durée du combat je lançai une technique qui eut pour but de paralyser mon supérieur et donner la victoire à l’ennemi. Ainsi, ce dernier s'empressa de supprimer le shinigami. Avant de ne me supprimer, l'homme me questionna, j'en profitais pour lui faire part de mes ambitions. L'ennemi jugea bon de me laisser en vie et tourna les talons.

Afin de rejoindre les rangs d'Aizen, il me fallait prouver ma loyauté pour avoir le droit d'entrer dans son palais. Je fut donc chargée de plusieurs missions, je me demeurais pour assister aux missions sur Terre et demander mon dû. La solitude et la motivation furent mes seuls alliés. Année en année je gagnais de plus en plus la confiance d'Aizen, quand il me jugea enfin digne de confiance, quelques événements surprenants survinrent Le garçon au sourire irritant, celui qui suivait Aizen partout telle son ombre, Ichimaru Gin, se révéla être un traître. Je ne fus pas surprise par cette trahison, au contraire, j'en étais toujours venu à me demander pourquoi il ne l'avait pas suivi. Tout comme moi, c'était une sorte d’indic ! Il avait tenu la distance depuis tant d'années. Remarquable. Ainsi, je me joignis à lui afin de quitter le Sereitei et réaliser mes "rêves".

Ultime ambition.

Ma vie, jusqu'à présent se résumait à quelques ambitions non soudées, à des opportunités. Quand je fus enfin au Hueco Hundo, dans ce vaste désert de sable, et que je pus assouvir mes désirs je fus soudainement épris de remords. Allons bon, j'étais devenue et avais obtenu ce que je voulais au prix de quelques vies et sacrifices. Telle l'avarice. Cependant je ne trouvais pas la paix intérieure. Je ne restais rien de plus qu'un pion au service d'un homme qui se prenait pour Dieu. Ma vie au Hueco Mundo se résumait à un vide et une solitude sans nom. Je haïssais ce que j'étais devenue, je haïssais Aizen. Ses plans d'annihilation me répugnaient, tout son être me révoltait. Je fis donc ce que je savais faire de mieux afin que ma vie ne se résume pas à quelques ambitions futiles, je pris pour objectif la vie d'Aizen. Je ne tuerais ou participerais pas à la mort de cet homme pour moi, mais pour tous et au nom de tous. En étant aussi près de l'ennemi, je n'avais qu'à attendre le moment propice, apprendre et observer à ses côtés dans le but de regagner ma dignité. Je savais que sa mort serrait l'ultime chance d'arrêter tout ces massacres.
C'est pourquoi je m'efforçais d'être un pion loyal et intéressant pour ses plans. L'arrivée des Arrankars ne fit qu'augmenter mon envie. Je me penchais beaucoup sur leurs pouvoirs, sur leurs origines afin de les combattre également un jour. Aizen fit de ces êtres puissants sa garde personnelle. Chacun une division avec des sujets. Pour ma part je restais à l'écart, j'étais l'archer qui se contentait de resté en retrait et d'attaquer de loin pour protéger son Roi. Aizen était ce roi, le roi que je voulais anéantir. Mais, je savais qu'une de mes flèches, même si elle l'atteignait, ne le blesserait pas.
Un jour, lors d'une réunion, je fus, en quelque sorte "chargée" de la sécurité du bras droit d'Aizen. Une tâche qui me paraissait encore plus difficile qu'elle en avait l'air. Ce geste de la part du soit disant Dieu avait pour but, sans trop y croire, de prouver à Ichimaru qu'il lui était précieux. De plus, je fus qualifiée comme distraction, Aizen donna donc le droit de vie ou de mort à cet homme au sourire indéchiffrable. Cette promotion me rendit d'une manière ou d'une autre plus importante. Je restais utile aux yeux d'Aizen en tant qu'être et combattante.
Hors mis quelques brides de son passé, je ne savais rien à propos d'Ichimaru. Ses aspirations, son but, sa vraie nature et encore moins ce qu'il pensait de moi. Un homme de sa trempe devait avoir très peu de valeurs sociales, j'avais du travail pour monter dans son estime en tant qu'être. Le côté combattante avait été déjà dosé. Bien que mon rôle de "nourrice" paraissait sérieux, je ne l'honorais pas totalement. Après tout, Gin Ichimaru était le bras droit d'Aizen, automatiquement tout son être m'était insupportable.
Ca, c'est ce qui aurait dû se passé si je n'avais pas décelé en lui un soupçon d'humanité, un brin de moralité derrière ce masque. Quand j'eus découvert autre chose que fourberie en cet homme, après avoir passé un certain moment près de lui j'appris enfin à l'apprécier. Il valait mieux l'accepter, après tout, il était libre de prendre ma vie à tout moment.

Bien que ce ne soit pas réciproque, aujourd'hui la haine qu'il animait en moi s'est atténuée pour laissé place à un tout autre sentiment positif. Terminé l'ambivalence. Il avait comblé la coquille vide que j'étais, à présent je n'étais plus seule même si notre relation restait tous sauf familière. Parfois les gens préfèrent suivre quelqu'un de mauvais plutôt qu'être seul. J'étais en quelque sorte dans cette situation. Maintenant que j'avais trouvé ma place, un but, je devais en apprendre plus sur ce maître si mystérieux. Quelque part, nous n'étions pas
si différents, deux traitres au masque imperceptible.


_Nom de l'arme/pouvoir :Reiki
_Effet et forme de l'arme/pouvoir :

Etant nécromancienne, Lyl ne possède pas de pouvoir, son zanpakutoh est un simple sabre. La lame mesure environ un mètre, la garde vingt-cinq centimètres. Le fourreau est blanc vernis par dessus lequel s'entrelace une ficelle argentée. Il en est ainsi pour la garde. Son Zanpakutoh ne présente pas grand nombre d'entailles ou de dégradation. Il ne lui sert quasi-jamais si ce n'est pour bleuffer.

Shikai:

_Test RP :

"Ce n’est…pas le paradis ? Maman et papa ont dis que si j'étais sage toute ma vie j'irais au paradis."
Lyl avait sorti cette phrase avec une arrogance infantile et innocente, on pouvait distinguer une pointe de fierté dans sa voix.
un sourire, c’est tout ce qu’elle eut en guise de réponse, Lyl resta là, le regard vide. Elle sentit une main dans son dos la pousser, elle tourna la tête, l’un des shinigamis la priait de se rendre vers le comptoir un peu plus loin en face d’elle. Le pas chancelant, la mine boudeuse, Lyl s’y rendit. Une vieille femme tout rabougrie lui demanda de décliner son identité. Jusque là, rien de bien compliqué...Détrompez-vous...
La surprise de Lyl fut doublée, non seulement elle était laide mais en plus elle n’avait rien d’un ange. L’enfant ne se fit pas prier pour lui faire la remarque…

"Z’êtes pas un ange. Z'êtes pas belle et Shin m’a dis que les anges étaient beaux".
L’expression de Lyl ressemblait à quelqu’un qui venait de se faire trahir, elle croisa les bras en signe de mécontentement. La petite fille ne semblait pas se rendre compte à quel point ses propos étaient impolis et blessants. Le visage de la vieille femme se referma, elle cligna plusieurs fois des yeux tout en jaugeant la gamine. Elle se pencha alors du haut de son comptoir et pointa son doigt sur l’épaule de l’enfant avant de ne lui répondre froidement et avec dédain…
"Oh excuse-moi si ma tête ne te revient pas, sale môme. Il n’y à que les Dieux de la mort ici."
Lyl déglutit un œil plissé comme si qu’elle venait de découvrir la télévision… Après un petit silence durant lequel une succession de grimace défilaient sur le visage de l’enfant, elle reprit enfin, peu rassurée...
"de la mort… ?"
La vieille femme soupira avant d’hausser le ton et reprendre :
"Ton nom, ton prénom et ton âge, dépêches-toi un peu!"
Lyl entortillait son doigt dans son t-shirt, le visage toujours aussi ahurie elle n’avait qu’une chose en tête et à cet âge là on est tous bornés !
"C’est parce que j’ai pas été sage c’est ça, je vous assure que c’était pas moi j’ai…"
"Ca suffit ! Donnes-moi ton nom !"
Cette fois la vieille femme était hors d’elle, sa patience semblait être inexistante face à Lyl. Faut dire qu’elle avait le don pour rendre fous les gens, elle était si tête en l’air. L’enfant sursauta avant de ne se dandiner et de la regarder comme si qu’elle avait fais une énorme bourde.
La petite fille s’exécuta, Après quelques minutes, la femme adressa Lyl à une autre. Cette fois-ci, c’était une femme un peu plus jeune, l’expression de son visage était beaucoup plus gaie que celui de la vieille. Cependant, malgré les sourires répétés qu’elle adressait à l’enfant, celle-ci restait passive, le visage toujours aussi maussade. Attendez de voir son visage lorsqu’elle prendra conscience qu’elle est bel et bien morte et qu’elle finirait le reste de ces jours ici.
Deux heures venaient de passer, Lyl était recroquevillée dans un coin fixant le couché du soleil. Là, elle attendait sa nouvelle famille près d’une fenêtre. Elle était seule dans la pièce, il y avait plusieurs portes, dont celle d’entrée, les autres donnaient sur des bureaux. Elle n’avait qu’une chose en tête ; retourner à la maison.
Assise dans l’herbe, les bras entourant les genoux, Lyl fixait la petite rivière. Il pleuvait à flot cette après midi là, mais ça lui était égale. Deux semaines avaient passé depuis son arrivée au Rukongai, périphérie de la Soul Society ; le monde des Shinigamis. Depuis sa mort, Lyl n’avait versé aucunes larmes, n’évoquait aucune émotion, ce qui inquiétait son entourage. Moralement et physiquement, la fillette n’était pas au top. Elle ne mangeait plus, on ne l’avait encore jamais vue sourire. Aujourd’hui encore, elle espérait rentré chez, retrouver sa famille. Pourtant on lui avait expliqué, elle avait accepté mais pas oublié. Elle ne pouvait oublier sa famille.
Ici, Lyl vivait avec un couple de paysans ayant déjà un enfant. Celui-ci était encore jeune, toute l’attention du couple était portée sur ce petit être. Lyl ne comprenait pas, elle ne voulait pas. Elle avait été tuée, et la logique pour elle voulait qu’elle soit le centre d’attention de sa nouvelle famille. Hélas, ça ne se passait pas ainsi, ici, tout le monde était logé à la même enseigne. Qui plus est, sa nouvelle vie plus ou moins pauvre ne lui plaisait pas, elle avait été habituée au luxe.
Lyl resta là, repensant aux deux semaines longues et horribles suivant son arrivée. Elle ne dormait presque pas, toutes ses pensées étaient tournées sur sa famille. Lorsqu’elle ne rêvait pas de sa famille, elle rêvait du Hollow responsable de sa mort, elle se revoyait face à lui. Quelquefois il lui arrivait de se faire des scénarios, elle s’imaginait rester chez elle. Parfois, Lyl faisait la liste de toutes les choses qu’elle était prête à faire ou subir tant qu’elle repartait… Sa maladie, cause de tous ses problèmes, elle était prête à la subir à nouveau.
Pourtant, c’était bien ce qu’elle haïssait le plus au monde, sa maladie, sa faiblesse. Au fur et à mesure que toutes ces pensées lui revenaient, la fillette serrait plus fort ses jambes contre elle. Elle pinça fort ses lèvres, sentant les larmes lui monter. Pourquoi maintenant, alors qu’elle avait eus deux semaines pour pleurer. Malheureusement toutes ses émotions refoulées firent soudainement surface, Lyl éclata en sanglot, la pluie masquait ses larmes.
Là, la petite fille pleura ses parents à flot, ne pouvant cesser. Sa peine fut plus ou moins calmée lorsque sa tutrice vint à sa rencontre, inquiète sur sa longue absence…
Allongée dans l’herbe, Lyl regardait les nuages, il faisait si beau. Les bras croisés derrière la tête, un air serein sur le visage, la jeune fille pensait percevoir tout un tas de chose, notamment un stéthoscope. En effet, depuis deux ans, à présent, Lyl n’avait pas perdu sa passion pour la science. Loin de là, son penchant s’était renforcé. Cette passion avait été bénéfique pour combler le vide laissé par la séparation avec sa famille. C’était un moyen pour elle de ne pas oublier sa vie, qu’il était. Lyl avait d’ailleurs laissé poussé ses cheveux, elle avait retrouvé le sourire, et son caractère de chipie. A présent, ses rêves étaient joyeux. Quand à sa vie de paysanne…elle s’y était faite. Lyl avait de nouveaux objectifs, elle voulait entrer à l’école des Shinigamis. Pour elle, passer sa vie ici était impossible même pas envisageable. Il lui fallait se rendre utile.
Quand elle ne se pavanait pas près de la rivière, Lyl escaladait les toits de la ville afin d’apercevoir la Soul Society. C’était un rêve pour l’instant impalpable, son unique sortie, son seul vrai point de départ. Là, perchée sur un toit, la jeune fille levait les pieds, plissant les yeux pour tenter vainement de voir quelque chose dans la Soul Society. Elle savait que c’était inutile, mais elle répétait tout le temps le même geste. Après tout, l’espoir fait vivre. C’était l’espoir, et lui seul qui avait gardé permis à l’enfant de se remettre de sa mort.


* Le vrai vous :
_Prénom : (facultatif)
_Age : (facultatif)
_Loisirs :
_Estimation de votre niveau de Rp : 6?/10
_Pays (la région si vous le souhaitez) : Lyon

_Comment avez-vous connu le forum ?
Par le biais d'Hitsugaya Tôshiro
_Avez-vous déjà fait du RPG ? Si oui, sur environ combien de forums (s'il y en a plusieurs, et les citer) ?


CODES DE VALIDATIONS:
Validés par Gin~[u][strike]


Dernière édition par Amano Lyl le Sam 25 Sep - 16:32, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Orihime Inoue
Admin | Lycéenne folle à ses heures perdues
avatar

Féminin
Nombre de messages : 114
Age : 22
Localisation : Ici et là ~
Date d'inscription : 16/01/2010

Feuille de personnage
Faction: Humain avec pouvoir
Niveau:
20/40  (20/40)
Nom de l'arme: Shun Shun Rikka

MessageSujet: Re: Amano Lyl [40%]   Jeu 22 Avr - 4:06

Selon ma petite expérience personelle, je n'ai remarqué que sept fautes ... si si, j'ai fait le décompte :O Nah...j'dois sans doute mal connaître mes trucs de français...ou alors, tu es excellente :3

Ah non sincèrement, l'histoire est bonne, les descriptions sont fantastiques..je ne saurais que dire de plus, bien franchement ! C'est tout un ok pour moi ^///^

_________________


Dernière édition par Orihime Inoue le Mer 5 Mai - 0:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Amano Lyl [40%]   Jeu 22 Avr - 19:11

Bienvenue, chère demoiselle !


Alors là, je dois vraiment appuyer le fait que ton niveau d'écriture est plus que respectable... Mais dis-je ? Il est excellent ! Very Happy (et je ne suis pas avare de compliments, en général...)

Je me suis dit, au début, de lire uniquement les premiers paragraphes, pour jauger le niveau global. Résultat, grâce à ton style d'écriture, j'ai tout dévoré.


Citation :
elle possède des formes généreuses là ou il en est recommandées…

Tiens donc ? Voila qui semble digne d'intérêt ! (je n'irai pas plus loin, sous peine de me faire rosser par une certaine boudchoue colérique - que j'aime fort, soit-dit en passant. Biz à ma cherry, si elle passe par là.)


Bref, personnage vraiment intéressant. J'aime le paradoxe suivant : Kirua semble avoir des difficultés dans ses relations sociales (Elle n’a pas de tact/froide et dure/rancunière et impulsive, etc) pourtant elle passe sa vie à aider, soigner et protéger les autres. Cela en fait un personnage profond et consistant, dont tu auras - je l'espère ! - beaucoup de plaisir à faire vivre.

Les longueurs n'ont rien d'exceptionnelles, mais je sens lorsqu'un personnage mérite d'être approfondi.

C'est donc un grand oui pour ma part, avec une réserve : ou sont les dialogues ? J'ai envie de voir comment ton personnage s'exprime ! Si tu pouvais insérer quelques dialogues dans ton test, ce serait parfait. Ca nous permettrait de voir comment ton personnage réagit à ce qu'on lui dit, et comment il réagit à certaines situations.

Voila, j'espère avoir été complet. Bien que cela ne t'exempte pas des commentaires de mes chers camarades Wink (bien que notre "cuisinière" adorée semble d'ores et déjà conquise !)
Revenir en haut Aller en bas
Ichimaru Gin
Admin en chef | Bras Droit d'Aizen
avatar

Masculin
Nombre de messages : 346
Age : 25
Localisation : Il est là!!!
Date d'inscription : 03/07/2008

Feuille de personnage
Faction: Shinigami déserteur
Niveau:
36/40  (36/40)
Nom de l'arme: Shinzo

MessageSujet: Re: Amano Lyl [40%]   Jeu 22 Avr - 19:17

Alors~alors, pour ma part, je ne reviendrai pas sur ce que Starrk a dit. Bravo à toi, n'oublie pas de tenir compte de ses remarques, bonnes ou mauvaises Wink

En ce qui concerne ta division... as-tu choisi d'intégrer la quatrième (ce qui serait logique vu ton pouvoir...) ou désires-tu en intégrer une autre ? Je n'ai pas le souvenir que cela ait été précisé (en même temps, j'ai lu cela fort tard...).

Et pour ton niveau, une fois que les exigences de Starrk et la réponse à ma question seront remplies, je te donnerais bien une puissance égale à 23 sur notre échelle, ce qui est respectable. En fonction de ta division, tu pourras briguer un rang plus où moins élevé chez les shinigamis.

A bientôt pour la validation ! Very Happy

_________________




ギン 市丸
Ikorose... Shinso...

Enjoy !~
I can't see trough that window...it is square, and my head is round !~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-le-rpg.forums-rpg.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Amano Lyl [40%]   Jeu 22 Avr - 21:42

Merci !

Croyez-moi vous en faites un peu trop…
Hélas je ne sais pas où m’orienter mais je dirais vers le Hueco Mundo. Pour ce qui est du rang je n'en ai aucunes idées...Je ne peux pas faire partie des combattants... Smile
J’ai calé un dialogue et j’en ai profité pour rajouter une petite vingtaine de lignes.

Pour ce qui est du paradoxe, il est bel et bien voulu. Je trouve que ça donne une certaine ambiguïté au personnage. Un caractère bien trempé qui laisse croire que c’est une désintéressée de la vie, une éternelle blasée ambivalente. Cependant ce n’est qu’une image.

Cette présentation n’est pas définitive, je pense changer de personnage très bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Ichimaru Gin
Admin en chef | Bras Droit d'Aizen
avatar

Masculin
Nombre de messages : 346
Age : 25
Localisation : Il est là!!!
Date d'inscription : 03/07/2008

Feuille de personnage
Faction: Shinigami déserteur
Niveau:
36/40  (36/40)
Nom de l'arme: Shinzo

MessageSujet: Re: Amano Lyl [40%]   Jeu 6 Mai - 21:33

Oups~oups on t'a laissé un certain temps sans réponse, désolé !

Je te valide pour un niveau 23 que tu mérites amplement, déplace et lock le sujet !
N'oublie pas de compléter ta fiche de personnage dans le profil et de réaliser ta fiche technique !
Bienvenue parmi nous Wink

_________________




ギン 市丸
Ikorose... Shinso...

Enjoy !~
I can't see trough that window...it is square, and my head is round !~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-le-rpg.forums-rpg.com
Ichimaru Gin
Admin en chef | Bras Droit d'Aizen
avatar

Masculin
Nombre de messages : 346
Age : 25
Localisation : Il est là!!!
Date d'inscription : 03/07/2008

Feuille de personnage
Faction: Shinigami déserteur
Niveau:
36/40  (36/40)
Nom de l'arme: Shinzo

MessageSujet: Re: Amano Lyl [40%]   Dim 16 Mai - 13:10

Alors, re-révision demandée, re-révision accordée !

Certains points, notamment dans les descriptions, se contredisent et certaines nouvelles fautes se sont glissées dans le paquet Surprised
Par contre, le contenu est correct, et le tout appréciable, à nouveau. Je ne peux te demander que de corriger ces quelques fautes, pour avoir bonne conscience, et ensuite, go rp ! Smile

_________________




ギン 市丸
Ikorose... Shinso...

Enjoy !~
I can't see trough that window...it is square, and my head is round !~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-le-rpg.forums-rpg.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Amano Lyl [40%]   Dim 16 Mai - 14:14

Je pense, et j'espère, que c'est bon.
Revenir en haut Aller en bas
Ichimaru Gin
Admin en chef | Bras Droit d'Aizen
avatar

Masculin
Nombre de messages : 346
Age : 25
Localisation : Il est là!!!
Date d'inscription : 03/07/2008

Feuille de personnage
Faction: Shinigami déserteur
Niveau:
36/40  (36/40)
Nom de l'arme: Shinzo

MessageSujet: Re: Amano Lyl [40%]   Jeu 20 Mai - 22:27

Il me semble que c'est bon, oui~ (fâcheuse manie que j'ai de ne pas commenter après avoir lu...). Tu gardes donc le même niveau, le même groupe et tout et tout, mais je change ton rang~
Re-bienvenue ! =D

_________________




ギン 市丸
Ikorose... Shinso...

Enjoy !~
I can't see trough that window...it is square, and my head is round !~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-le-rpg.forums-rpg.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Amano Lyl [40%]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Amano Lyl [40%]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un livre sur Yoshitaka Amano

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Le RPG :: Règles, Présentations, FAQ :: Présentations :: Présentations Hueco Mundo :: Présentations validées-
Sauter vers: