Bleach Le RPG

Forum RPG entièrement cadré sur l'univers du manga Bleach ! Venez incarner votre personnage préféré de la série, et surtout, amusez-vous !
 
AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 MacQueen ou, comment faire chier son monde } UC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: MacQueen ou, comment faire chier son monde } UC   Jeu 17 Juin - 14:49

Présentation de (MacQueen + Elizabeth)


* Personnage en bref :

_Nom : MacQueen, qui n'es pas son vrai nom bien entendu.

_Prénom : Elizabeth, c'est ainsi qu'elle s'est appelée, depuis le temps, elle a oublié son vrai prénom, ou plutôt, elle ne veut plus l'entendre. Elle a choisi celui là donc, juste pour le fun.

_Age : D'apparence, elle a 15 ans, en vérité, elle doit avoir à présent 16 ans, enfin, si elle n'avait pas été tué.

_Race & rang : Âme humaine ou âme errante, comme vous voulez.

_Aspirations : On ne peut pas dire qu'elle possède des tas d'objectif dans la vie, puisque officiellement, elle est morte depuis maintenant longtemps, les gens ne la voient plus, ne l'entendent plus et on la à présent oublié. Bien sur, certains la remarquent, et elle fait donc tous pour rester en contact avec eux, parce qu'au moins, elle se sent un peu moins seule. Sinon, on peut dire que ses objectifs, si cela est possible de les qualifier ainsi, c'est de chercher d'autres âmes humaines, d'échapper aux Shinigamis, tout comme aux Hollows et de profiter du monde humain autant qu'elle le peut.

_Craintes : Elle ne craint pas les voitures, le feu, les choses coupantes ou les armes à feu. Enfaite, elle ne craint rien, enfin, rien que les humains ordinaires puissent comprendre. Elle est morte, elle ne peut donc pas mourir une deuxième fois. Cependant, elle possède bien des peurs. Comme celle de se faire bouffer par un satané hollow, ou de se faire envoyer dans la Soul Society, endroit qu'elle ne désire pas découvrir. Pas le moins du monde même !

_Manies : Elle a l'habitude de se gratter la tête lorsqu'elle réfléchit, ou de taper amicalement, bien qu'elle y met pas mal de force, ces amis lorsqu'elle les croise, ou qu'elle en a simplement envie. Enfin, lorsqu'elle trouve une personne capable de la voir, elle ne la lâche plus du tout.


* Personnage en détails :

_Description physique et vestimentaire : Par où peut-on commencer ? Je dirais tout d'abord que Elizabeth est une jeune femme loin d'être imposante physiquement parlant. En plus d'être guère plus grande que sa chère mère, elle n'est aussi pas plus impressionnante qu'un vers de terre. Dégageant une telle fragilité, une telle innocence que le moindre petit coup de vent pourrait la balayer, comme si elle n'était qu'un fétus de paille, un grain de sable dans le déchainement d'une tempête, un oisillon tombé de son nid. Oui, en apparence du moins, obligeant alors tous ceux autour d'elle de la prendre sous son aile, pour la protéger dit-on de la cruauté du monde, elle, fille à la peau marmoréenne, frêle et douce, semblable à ces poupées de cires que l'on n'ose prendre dans nos mains de peur de les briser. Mince, ou maigre c'est comme vous le voyez, elle n'a rien de la femme forte et sportive, de celle qui crache par terre et qui passe plus de temps à ce comporter comme un garçon au lieu de s'intéresser à des choses digne d'une fille. On la verrait plus dans une bibliothèque, le nez plongé dans un bouquin, accompagnée d'une pile monstrueuse d'encyclopédie en tout genre, les doigts tachés et de l'encre sur le nez à force de gratter sur un vulgaire bout de papier des équations de chimie incompréhensible. Notre chère Elizabeth transformée en rat de bibliothèque, c'est exactement ce qu'elle devrait être, c'est indéniable, son caractère ne peut pas être autrement, pas avec se visage fin, cette peau pâle, signe évident qu'elle n'est guère habituer aux rayons du soleil, et ses grands yeux bleues cachés derrière une petite paire de lunettes rouges. C'est le physique même de l'élève parfait, enfin, ça aurait put l'être si ce n'était l'étrange couleur de ses longs cheveux.

Turquoise ! Mais qui aurait eut l'audace de les teindre de cette couleur, qui aurait put avoir le culot de briser cette image de la fille parfaite, de réduire à néant le bonheur d'un professeur face à son élève modèle autre qu'elle ? Parce que c'est évident, quand on voit ça, quand on prend le temps de réfléchir, on comprend qu'une fillette sage ne chercherait pas à attirer l'attention d'autrui, pas de cette manière, pas en transformant ses cheveux en chewing-gum géant ! C'est alors qu'on se dit qu'elle n'est peu être pas si sage que ça, c'est alors qu'on remarque aussi son sourire malicieux, son regard taquin, ses joues rougies et son rire tonitruant. Oui, décidément, il était idiot de penser ce genre de chose, d'avoir put ne serait-ce que croire enfin avoir trouver le fille parfaite, pas avec sa dégaine. Des tenues légères, Rock'N Roll, parfois classique, parfois provocante, des ongles rouge vernis, des bracelets et babioles en tout genre, un baladeur au fond d'une poche, une sucette au bec et des rubans dans les cheveux, voila le style général de Elizabeth, loin de ce que l'on aurait put s'attendre, loin de l'apparence sérieuse qu'elle dégage. Parce que Elizabeth c'est ça, le doute permanent de savoir qui elle est vraiment, une fille sérieuse ou l'image << je m'en foutiste >> qu'elle renvoie derrière son style vestimentaire, une fille fragile ou alors celle au caractère bien trempée. Comment le savoir alors que d'un côté, son visage, son apparence crie à la douceur et à la vulnérabilité mais que sont comportement et ses goûts renvoient à la brutalité et l'excentricité ? Mais ce qui nous marque le plus, ce qui nous donne la chair de poule, c'est cette petite chaine cassée placée au niveau de son cœur, c'est ce petit signe visible pour ceux capable de la voir qui prouve qu'Elizabeth ne fait plus partie des vivants depuis bien bien longtemps.

_Description psychologique : Elle veut tout. Elle veut être chouchouté, câliné, elle veut qu'on lui offre des cadeaux, des sucreries, qu'on soit à ses petits soins, qu'on exauce ses moindres désirs, qu'on la fasse rigoler et surtout, qu'on lui soit toujours fidèle. Elizabeth, elle ressemble à une gamine, celle qui aime être entourée et qui boude lorsqu'elle n'obtient pas ce qu'elle désire, quitte à se mettre à << pleurer >> ou à frapper ceux qui l'entoure pour l'avoir, parce qu'elle aime cette attention particulière qu'on lui voue, cette sensation d'être aimer et protéger. Elizabeth, elle est égoïste, égocentrique et quelque peu manipulatrice. Elle apprécie particulièrement d'avoir un contrôle sur tout et rentre parfois dans un colère noire lorsque quelque chose lui échappe, lorsqu'on la met de côté, qu'on l'oublie, qu'on l'abandonne pour quelqu'un d'autre. Elle peut très bien faire un caprice si personne ne lui porte d'attention particulière, tout comme faire des coups par derrière si elle ne vous porte pas dans son cœur pour une raison ou pour une autre. Du haut de ses 18 ans, de ses 1m60 - 63 lorsqu'elle porte des talons - elle ressemble à une enfant, se comporte comme une enfant mais elle est loin d'être stupide. Oh non ! Elle souhaite juste garder l'image d'une imbécile, d'une idiote de première qu'on amadoue avec des mots doux et des bonbons. Elle s'amuse à jouer avec les uns et faire souffrir les autres. Elle se délecte de leur petite gueule abasourdie lorsqu'il découvre enfin qui elle est, quand ils se rendent compte qu'ils se sont fait duper par cette petite peste, mais qu'est ce qu'on l'aime cette peste ! Elle aime s'amuser et si parfois, cela va trop loin, elle est toujours la première à s'excuser, sauf si bien sur vous l'avez bien mérité.

Mais c'est aussi une jeune fille qui peut se montrer très mature, débordante d'énergie et de bonne humeur. Elle passe d'ailleurs le plus clair de son temps à rigoler, à faire des blagues aux professeurs ou à ses camarades, à rire sans se soucier des regards qu'on lui lance, sans se soucier des enseignants qui lui demandent de se taire ou des maint et maint punitions reçues, ce qui ne l'empêche d'avoir de bonnes notes, enfin, ce qui ne l'empêchait pas, puisque maintenant elle n'est plus au yeux des autres. En faite, elle se fiche de tout, mise à part ce qui lui plait. Elle s'intéresse aux choses fun, classe, aux choses qui bougent et qui demandent de l'énergie, elle s'intéresse à la musique et aux jeux vidéos, tout comme à son style vestimentaire. Elle peut se montrer agréable et sympathique, tout comme grossière et irritable. Elle est insouciante et maladroite aussi sur qu'elle se montre déterminée et sur d'elle. Elizabeth possède tellement de facettes qu'il est très dur de toutes les énumérer, on va donc dire les plus essentielles. Comme par exemple le fait qu'elle a souvent la langue qui agit avant le cerveau, de même que son corps, elle est, dirait-on, une fonceuse qui ne mâche pas ses mots. Bien trop franche, bien trop violente, elle casse complètement l'image de la fille douce qu'on aurait put croire. Pourtant, elle n'est pas que destruction et méchanceté, elle est aussi une bonne amie, une amie fidèle même qui retournerai ciel et terre afin de trouver, et en l'occurrence assassiner, celui qui aurait la malédiction de les toucher, ne serait-ce qu'un de leurs cheveux.

Elle a peu être deux pieds et deux mains gauches, elle n'est peu être pas très forte physiquement parlant, elle est toute fois très déterminé et sérieuse quand elle le veut, bien qu'elle a la plupart du temps la tête dans les nuages. Oui, Elizabeth c'est aussi ça, la fille présente et pourtant absente. Elle peut se montrer bruyante ou se faire totalement discrète. Parfois, on a du mal à la suivre, un coup elle est là, elle discute, elle s'amuse et une autre fois elle a les yeux dans le vagues, entrain d'écouter de la musique et de penser à des choses qu'elle préfère garder secrètes. Oui, c'est une penseuse, une grande même ce qui fait qu'elle est toujours un peu étourdie, à se cogner et tomber un peu partout, au point qu'on peut avoir l'impression qu'elle passe le plus clair de son temps le cul par terre, ce qu'il fait qu'il faut être constamment derrière elle. D'ailleurs, elle est un aimant à problèmes et elle se voit presque tout le temps attaqué par des Hollows, heureusement, Elizabeth est très maligne, hyperactive dans l'âme, elle bouge sans arrêt, tel un feu follet. Il est aussi dur de mettre la main sur elle que d'essayer d'attraper de la fumé avec ses doigts. C'est aussi une gamine lunatique. C'est presque une habitude pour elle, changer d'humeur, sans prévenir, vous envoyez bouler pour finir par venir vous faire un câlin, déprimer puis se mettre à rire sans aucune raison, une vraie mauvaise habitude qu'elle a ! Mais, son comportement cache bien plus que l'on aurait pu croire. Elle cache un malaise profond, une tristesse infinie, un trou noir qu'elle tente de combler. Elle cache une âme rongée par le malheur.

_Passé et présent de votre personnage : Je courais, je courais pour sauver ma peau, pour distraire mes pensées qui dérivaient sur une image de mort. Je courais pour m'éloigner de lui, pour que mes jambes cessent de trembler et pour que le vent frais sur ma peau atténue le feu des mes joues, de mes membres lourds, pour me rassurer au contacte de cette brise fraîche qui caressait mes cheveux et me chatouillait le visage. Je détalais tel un petit lapin devant un prédateur, tout en sachant que ma vie s'éteindrait subitement, sans avoir put ne serait-ce que lever le petit doigts, mise à part courir, s'enfuir. J'étais pitoyable, mon apparence était pitoyable, tout comme ma débandade. J'aurais voulus faire quelque chose, mais mon cerveau ne semblait plus vouloir fonctionner et je ne percevais que les battements déchirants de mon cœur qui semblait comprendre qu'il ne battrait plus jamais pour moi. J'entendais ma respiration rauque, rapide signe évident que je fatiguais. Parce oui, j'étais épuisée, oui, je n'allais plus tenir longtemps, je le sentais dans mes jambes lourdes qui devenaient de plus en plus difficiles à soulever, je le sentais dans ma gorge sèche qui me brûlait et je le sentais de par cette présence qui se rapprochait inlassablement de moi, alors que je tentais par tout les moyens de lui échapper. Et je criais, je criais autant pour alerter quelqu'un que pour recouvrir le rire sinistre de mon meurtrier, pour étouffer cette voie froide qui me donnait la chair de poule.

Ma vision se brouillait sous le flot de larmes qui se déversait sur mon visage, coulant sur mes joues. Les membres tremblant, je passais ma langue sur mes lèvres, pour les humecter. Elles avaient un goût salé, amer. Le goût du désespoir, le goût de la fin. J'allais mourir ? Là, maintenant ? N'étais-je pas trop jeune ? N'avais-je pas la vie devant moi ? Comment pouvait-on en arriver là ? Ce ne devait être qu'au début un simple voyage, une simple visite chez les grands parents de ma mère, née à Karakura. Ce ne devait être que des vacances, un moment de répit, et cela c'était transformé en cauchemar. Je revoyais cette silhouette qui se rapprochait de nous, le regard apeuré de ma mère lorsqu'elle avait compris que la personne ne nous voulait aucunement du bien. Je la revoyais se placer devant moi, comme ferait toute mère inquiète pour son enfant, comme toute mère se sacrifiant pour l'être à qui elle avait donné la vie. Et j'étais partie, sans me retourner. Je l'avais abandonné, parce que je voulais vivre, quitte à la voir se faire tuer à ma place. J'étais égoïste. Non, je suis égoïste, une horrible petite égoïste. Je fuyais sans lui donner cette chance, pire, je priais pour qu'il prenne sont temps, qu'il s'amuse avec avant de me poursuivre à mon tour ! Je m'en voulais, oui, je m'en voulais de penser à de telles atrocités mais, je refoulais mon dégoût parce que je devais avant tout survivre, pour ne pas avoir à lui faire fasse, pour ne pas voir son regard accusateur.

Parce qu'elle me détestait à présent, non ? Et même si ce n'était pas le cas, il fallait l'avouer, j'étais pétrifier à l'idée de la revoir si vie après la mort il y avait. De toute façon, j'étais horrifiée pour tellement de choses. J'avais peur de la mort, et celle qui m'attendait ne ressemblait en rien à celle que j'avais imaginé. J'aurais du grandir, devenir journaliste, rencontrer des stars, me faire de l'argent, avoir une belle maison, un chien, un mari et des enfants. J'aurais du mourir de vieillesse, entourée de mes proches et non poignardée dans une ruelle sombre, seule. Mais c'était ce qui m'attendait parce que bêtement j'avais trébuché, tel le scénario d'un film d'horreur. J'étais par terre, pleurant, criant, me traînant sur le sol pour m'éloigner. Mais pourquoi ne me relevais-je pas ? Mais merde, cours idiote ! Voila ce que je me répétais à moi même. Mais je ne courais pas, je regardais la mort en face et la mort me souriait, sous les traits de ma mère. Elle était là, devant moi, avec se sourire hargneux et elle me répétait sans cesse << Pourquoi m'as-tu abandonné ? Pourquoi ne sauves-tu pas ta peau ? Suis-je morte pour rien ? >>. Et je lui criais que ce n'était pas ma faute, mais aucun son ne sortait de ma bouche. Il y avait juste ce liquide sombre qui m'obstruait la gorge et m'empêchait de respirer. En baissant les yeux, je vis le manche d'un poignard dépassé de ma poitrine et hoquetant, crachant du sang je suppliais mon assassin de me laisser.

Et c'est ce qu'il fit. Il me tourna le dos et disparue de mon champ de vision, ou peu être était-ce ma vision qui disparaissait. Il commençait à faire sombre, froid, et je grelotais, chaque mouvement m'arrachant un gémissement de souffrance. Je compris mon erreur, je compris que j'aurais mieux fait de souhaiter qu'il m'achève au lieu d'agoniser. Difficilement, je portas ma main sur le manche de l'arme, chaude comparé à ma température de glace. D'un coup sec, je le retirais, laissant peu à peu une cascade de sang sortir de ma blessure, m'éloignant un peu plus de la vie. Et j'attendais, j'attendais de mourir en souffrant et en pleurant, toussant de temps en temps pour libérer ma voie respiratoire. Puis ce fut le noir, le vide totale. Plus un bruit, plus une sensation, je flottais dans le néant et peu à peu ma conscience s'éteignait pour finir pas disparaître.

Une alarme me tira de mon sommeil sans rêve, et quand j'ouvris les yeux il faisait jour. Les gens parlaient, me regardaient comme si j'étais devenue un monstre. Sans doute était-je couverte de sang. De sang ? Je me relevas brusquement, sans ressentir de douleur. Sans rien ressentir du tout d'ailleurs. Peu être m'avait-on procuré de la morphine pour apaiser mon mal. J'avais donc survécut ! Je remarqua que les regards n'étaient en réalité par braqués sur moi, mais sur le sol. Il y avait une personne, allongée, inerte et pâle. Lorsqu'ils soulevèrent le corps, je reconnus pétrifiée ma main ou le bracelet offerte par une amie pendait à mon poignet ensanglanté. La même main avec laquelle je m'étais débarrassée du couteau. Je questionnais les inconnus, mais ils ne me regardaient pas et ne m'entendais pas. Je tentas d'attraper un homme par l'épaule mais je vis mon bras la transpercer. J'étais devenue invisible, inaudible et immatérielle. J'étais morte, et pourtant j'étais là. Je pouvais entendre et voir, mais la douceur du vent sur ma peau, la senteur du bois, de la ville ne m'atteignait, je n'avais plus de goût, d'odorat, de toucher. Je n'avais plus de chair et donc plus les plaisirs qu'offrait cette dernière. J'étais seule, et cela pour toujours...

_Test RP : (Pas vraiment de nombre minimum, mais au plus il y en a, au mieux c'est ! Tout en gardant une bonne qualité, évidemment).


* Le vrai vous :

_Prénom : XXX What a Face

_Age : 15 ans, mais 16 en décembre >///<

_Loisirs : Lire, j'aime beaucoup, et puis, faire des Rps, regarder des mangas et jouer du violon ^^

_Estimation de votre niveau de Rp : 6/10

_Pays (la région si vous le souhaitez) : Ile de France

_Comment avez-vous connu le forum ?Sur google

_Avez-vous déjà fait du RPG ? Si oui, sur environ combien de forums (s'il y en a plusieurs, et les citer) ? Oui, j'en fais depuis trois ans maintenant x). Par contre, je les comptes plus depuis le temps. Disons que les plus important (enfin, ceux qui sont toujours en vie) sont un sur Soul Eater et un autre sur un western fantaisie.


CODES DE VALIDATIONS: Validé par Bakeneko


Dernière édition par Elizabeth MacQueen le Ven 18 Juin - 22:02, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Orihime Inoue
Admin | Lycéenne folle à ses heures perdues
avatar

Féminin
Nombre de messages : 114
Age : 22
Localisation : Ici et là ~
Date d'inscription : 16/01/2010

Feuille de personnage
Faction: Humain avec pouvoir
Niveau:
20/40  (20/40)
Nom de l'arme: Shun Shun Rikka

MessageSujet: Re: MacQueen ou, comment faire chier son monde } UC   Jeu 17 Juin - 20:06

Alors, bien que cette fiche soit encore ''under construction'', je la trouve très bien débutée. ^^ C'est un personnage très intéressant il me semble, et il est rare d'avoir des âmes errantes sur le forum, mais Élizabeth semble s'y plaire malgré tout, et c'est ce que j'aime beaucoup.J'ai hâte de lire la suite! Ceci dit, bienvenue parmi nous ^//^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: MacQueen ou, comment faire chier son monde } UC   Ven 18 Juin - 22:03

Le test RP est pour tout le monde ou seulement les personnages prédéfinis ?
Revenir en haut Aller en bas
Orihime Inoue
Admin | Lycéenne folle à ses heures perdues
avatar

Féminin
Nombre de messages : 114
Age : 22
Localisation : Ici et là ~
Date d'inscription : 16/01/2010

Feuille de personnage
Faction: Humain avec pouvoir
Niveau:
20/40  (20/40)
Nom de l'arme: Shun Shun Rikka

MessageSujet: Re: MacQueen ou, comment faire chier son monde } UC   Sam 19 Juin - 0:34

Tout le monde très chère! Razz Désolée de te l'apprendre, ou alors je suis contente si tu avais vraiment envie de l'écrire >//<

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shihōin Yoruichi

avatar

Nombre de messages : 6
Age : 27
Date d'inscription : 01/02/2010

Feuille de personnage
Faction: Shinigami déserteur
Niveau:
35/40  (35/40)
Nom de l'arme: Shunko

MessageSujet: Re: MacQueen ou, comment faire chier son monde } UC   Sam 19 Juin - 12:20

C'est pour estimer ton niveau rp.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: MacQueen ou, comment faire chier son monde } UC   Sam 19 Juin - 13:01

Test Rp:

Si la nuit était douce et apaisante, l'excitation de la jeune fille se faisait sentir dans le moindre de ses muscles. Malgré le fait qu'elle affichait un air décontracte, qu'elle était nonchalamment adossée contre le tronc d'un arbre tout en jouant avec l'un des poignards qui était accroché habituellement à sa ceinture, avec d'autres outils de combats, on pouvait remarquer, si toute fois on était bon observateur, que sa concentration était absolue et qu'elle était prête à réagir au moindre signal qui signifierai que se seraient leur tour d'entrer dans la danse. Elle n'était néanmoins pas tendue, ni même inquiète du sort qui l'attendait, sans oublier le fait qu'elle serait plus proche que jamais de Shinigami. En vérité, ça l'amusait. Elle ne craignait pas vraiment la mort, ce n'était pas ça qui l'avait poussé à devenir ce qu'elle était, non, elle ne supportait simplement pas la solitude. C'est pourquoi elle se sentait rassurée, là, assise paresseusement, une jambe croisée sur l'autre plier, balançant machinalement son pied d'avant en arrière. Il ne lui manquait plus qu'un brin d'herbe dans la bouffe et on aurait put voir à la place une parfaite petite paysanne qui accompagnait ses chèvres paître dans la montagne, sereine et reposée. Si toute fois on ne remarquait pas poignards, dagues, shurikens et autre trucs tranchants alignés autour de sa taille, sans oublier cette flamme bleuâtre s'élevant lentement dans les airs et qui, si on y plongeait son regard, raviverait en nous l'odeur de la chair calcinée. Elle ferma un instant les yeux, éteignant alors le feu qui rongeait son œil gauche, respirant profondément tout en appréciant la bise nocturne qui balaya son visage opalin.

Lorsqu'elle les rouvrit, son regard se perdit au loin dans les battisses illuminées, dans les ruelles vides et sombres et jusqu'à Shibusen. Même si sa vision n'était pas au top du top, elle percevait les lumières et entendait le son distinct d'une musique; la fête avait commencé. Elle se laissa glisser dans l'imagination et bien vite, le décor d'une salle somptueuse remplaça le paysage, la lumière s'intensifia et une douce odeur de nourriture flotta dans l'air, remplaçant la fraîcheur du bois pour celle douce et raffinée des mets les plus délicieux. Il y avait un orchestre qui jouait au fond de la grande salle et les fenêtres laissaient voir un ciel étoilé magnifique que la Lune, toujours souriante, surplombait de sa magnificence, puis tout s'estompa et elle revint à la réalité. L'astre de la nuit, jusqu'alors caché par un nuage avait refait surface et éclairait lentement l'endroit ou ils étaient cachés. Les traits de la jeune inconnue devinrent nets, précis. On put remarqué la blancheur de sa peau qui jurait avoir la noirceur de ses habits, ou encore la longue balafre sur son flanc droit, mais c'était surtout le sourire carnassier qui s'était dessiné sur son visage qui en disait long sur ce qu'elle était, un Kishin. Et plus inquiétant encore, c'était qu'elle n'était pas seule, c'était qu'à ses côté se tenait ce jeune homme du nom d'Isaac, arme démoniaque au service de Cross et que celui qui était en tête du petit groupe n'était autre qu'Adonis, grand dévoreur qu'elle avait aperçu à la réunion et qu'après discussion, serait son manieur le temps d'un soir, ou plutôt, le temps que la mission s'achève.

Adonis ... Depuis sa première rencontre avec cet homme, son nom n'avait cessé de résonner dans sa tête, comme si tout son être semblait bizarrement attiré vers lui. Ce n'était pas de l'amour, ni même de l'admiration. Simplement de la curiosité agrémenté d'une pointe de dédain. Lorsqu'il lui avait demandé si elle était prête à se faire manier, elle avait eu envie de lui sauter à la gorge et de l'étriper. Elle était Kishin mince ! Sans doute la seule représentante du sexe féminin ! Il était hors de question pour elle d'être mise dans le même bateau que ses stupides armes démoniaques de Shibusen et encore moins d'être simplement utilisé sous sa forme de bazooka alors qu'elle avait du potentiel dans un combat rapproché tout comme éloigné. Elle avait beau être une femme, jeune de surcroît, elle tenait à faire comprendre aux autres qu'elle n'avait ni besoin de traitement de faveur, ni de protection. C'était sa liberté qui était en jeux et elle devait prouver aux yeux des hommes incapable de voir une femme autrement qu'un être doux et aimant, qu'elle pouvait être aussi forte qu'eux. Elle n'avait aucun doute sur le fait qu'il n'en faisait pas parti, néanmoins, elle se sentait obligée de lui prouver ce dont elle était capable. Parce qu'elle le savait fort, rusée et intelligent, il pouvait devenir un adversaire de taille et ... Elle sortie de ses songes lorsqu'une silhouette vint atterrir à ses côtés avec une légère maladresse mais avec tout de même beaucoup d'agilité. Avait-il perçu quelque chose ? Elle se leva lentement tout en scrutant l'horizon. Elle avait sentie que le vent avait changé, tout d'abord faible, il s'était accentué lentement et lorsqu'Adonis confirma ce qu'elle avait pensé, à savoir que le signal arrivait, elle se leva souplement, rangea son poignard dans son ceinturon et attendit, indifférente au vent qui gémissait de plus en plus fort.

-Maintenant ça va être drôle ... Souffla-t-elle pour elle même.

Dans une presque parfaite synchronisation, Adonis et la jeune fille, Mendel, se précipitèrent vers la ville. Lui, rapide et agile, elle, sautant, virevoltant et dansant tel un feu follet. Il allait beaucoup plus vite qu'elle, privilégiant la force pure à la souplesse et à l'agilité, elle, se mouvait avec grâce entre les toits, tel un félin, silencieuse et efficace, gardant une distance respectable avec son partenaire. Cependant, avancer parmi les toits n'était pas chose aisée puisque tout avait été construit pour justement empêcher ce genre de choses. Cela ne l'arrêta pas. Elle enchainait salto sur salto, prenant appuie sur d'infime rebord et se balançant parfois même sur l'enseigne d'un magasin pour en atteindre un autre. Devant, le Kishin "ouvrait" le passage, et partout où il passait le sang coulait, tel la mort il se montrait généreux en coup d'épée. Elle resta insensible face à se massacre, parce qu'il n'y avait pas d'autre moyen pour être le plus discret possible, parce que pour des Kishins ils étaient impossible d'entre dans Death City sans se faire repérer et parce qu'Adonis tentait surement de cacher au maximum sa folie. Elle la sentait, dégageant des effluves doucereuses jusqu'à ses narines, celle ci se faisait plus discrète, moins odorante et elle tâcha de faire de même avec la sienne. Le plan était efficace que si la Shibusen ignorait qu'eux trois exploreraient les sous sols afin de réveiller Asura, ainsi, il n'y aurait pas de gros obstacles sur leur chemin.

Puis, alors que ses muscles commençaient à chauffer en raison des efforts qu'elle fournissait pour grimper de maison en maison, l'entrée d'une grotte se dessina devant eux suite aux explosions qu'avait crée le pouvoir d'Adonis. Bouche béante dans les profondeurs de Shibusen, elle était comme la promesse d'une nouvelle ère pour les Kishins et Mendel ne put qu'accélérer le pas. Elle tenta de jeter un coup d''œil vers l'école, espérant entre apercevoir les autres, mais elle ne vit rien, mise à part une étrange sphère autour de l'école. Le sort de Cross. Un sort puissant qui leur assurait tranquillité pendant un certain temps, qui les protégeait de Shinigami, le seul qui pouvait vraiment les arrêter. Elle souria, puis reporta son attention en arrière. Isaac suivait-il le rythme qu'imposaient les deux démons ? Était-il vraiment à la hauteur pour cette partie du plan ou il serait exposé directement à la redoutable folie du Grand Dévoreur ? Pourraient-ils le contrôlé sans le tuer si jamais cela finissait mal pour lui ? Toutes ces questions l'inquiétaient, car la réussite du plan en découlerai de ses aptitudes, mais si le sorciers avait confiance en lui, alors elle aussi. Elle s'engouffra à la suite de l'homme dans l'obscurité malfaisante des lieux et repris lentement son souffle. Si lui avait rangé son épée, elle, se saisit d'un poignard et, bien que son cœur battait la chamade, elle essayait de détendre l'atmosphère, même ci cela n'eut pas vraiment l'effet demandé.

-J'espère que quelqu'un s'est munit d'un plan, ça m'a tout l'air d'un labyrinthe !

(C'est un Rp que j'avais fais sur un autre forum, pour vous montrer mon niveau. Si cela ne convient pas, alors je changerais ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Hayato Tanaka
Modérateur | Secunda Asta | "Grumpf"
avatar

Nombre de messages : 80
Age : 25
Localisation : DTC
Date d'inscription : 09/05/2009

Feuille de personnage
Faction: Asta
Niveau:
29/40  (29/40)
Nom de l'arme: Kuyishinbou

MessageSujet: Re: MacQueen ou, comment faire chier son monde } UC   Sam 19 Juin - 14:38

Encore une fiche de pro, j'vais finir par me sentir mal moi !
Codes validés, niveau plus que suffisant, fiche agréable et bien écrite,

BIENVENUE !

_________________


Nomikomu, Kuyishinbou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: MacQueen ou, comment faire chier son monde } UC   Dim 20 Juin - 16:02

Merci ^^

Ça veut dire que je suis validée ? XD
Revenir en haut Aller en bas
Shihōin Yoruichi

avatar

Nombre de messages : 6
Age : 27
Date d'inscription : 01/02/2010

Feuille de personnage
Faction: Shinigami déserteur
Niveau:
35/40  (35/40)
Nom de l'arme: Shunko

MessageSujet: Re: MacQueen ou, comment faire chier son monde } UC   Dim 20 Juin - 19:43

En fait, il vaut mieux que le test rp soit fait pour l'occasion, en général il donne des infos sur ton personnage. Mais en lisant ta fiche, je considère que ton background fait très bien office de test rp, et donc je te valide aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MacQueen ou, comment faire chier son monde } UC   

Revenir en haut Aller en bas
 
MacQueen ou, comment faire chier son monde } UC
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ezio Bonvisi, le surveillant qui se prend un plaisir de te faire chier.
» [OU] Team Haxx : comment faire rager l'adversaire
» Comment faire un escalier ?
» [TUTO] Comment faire des arbres
» comment faire une haie ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Le RPG :: Règles, Présentations, FAQ :: Présentations :: Présentations monde réel :: Présentations validées-
Sauter vers: